Institut Français d'Archéologie Orientale <al-Qāhira> [Editor]; Mission Archéologique Française <al-Qāhira> [Editor]
Recueil de travaux relatifs à la philologie et à l'archéologie égyptiennes et assyriennes: pour servir de bullletin à la Mission Française du Caire — 12.1890

Page: 209
DOI issue: DOI article: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/rectrav1892/0219
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
Note sur les fouilles d'Aboukir.

209

22. >-»^y^ ]} ^ H^T^" pal-a-na Se-gar gi-gal

23. Kffl £3 lu-U

24. Kffl <y^ ^ S^âï3 *ED[ ^ <^fy lu-lu-si-di-ra nin èrim ag(ga) gim

25. >~< £l5 *~*^~ ^TT^y ^^yTry ^^^y^y^- badâ-bi an-na ur-ura gi-mi-gal

26. ^ *^"y >rT ^F~y *~yy^y êu-na-ni-ba-ri

27. H^T-^ *~*T~ *~TI^T ^I*""! gab-gal dingir-ri-ne-ka

28. ^ ^] ^^yyy ^yy En (D) Ningirm-ka

29. »~y<y^ >-%*EJX It nam-mag-â-nii

30. S^yy S^y >-^yy kalam-ê gi-zu-zu!

NOTE SUR LES FOUILLES D'ABOUKIR.

PAE

Daninos-Pacha.

Depuis longtemps déjà, à la suite de fréquentes excursions à Aboukir, mon attention
avait été fortement attirée par l'amas considérable de débris de matériaux de constructions
qui jonchent le sol de l'antique Zépbyrion. Toutes les époques, comprises entre le com-
mencement de la période ptolémaïque et la fin de la période byzantine, y sont représentées
abondamment; on y rencontre le basalte, le granit rose de Syène, l'albâtre oriental, les
plus belles variétés de marbre, le grès rouge, les calcaires tendres et durs, et les briques
cuites de toutes les dimensions. L'étendue des ruines, au milieu desquelles ces débris se
trouvent jetés pêle-mêle, est vaste et indique l'emplacement d'une opulente cité de plai-
sance. L'aspect général présente le tableau le plus désordonné. Le sol a été tellement boule-
versé, depuis près d'un siècle, par les fouilles que l'on y a pratiquées pour la recherche des
matériaux qui ont servi à la construction des quatre forts d'Aboukir, que, sur toute l'étendue
de l'emplacement de l'antique cité, on ne voit plus que d'énormes trous et de nombreux
monticules artificiels, au milieu desquels il est difficile, à première vue, de retrouver un
plan quelconque de l'ancienne ville. En prêtant une attention plus suivie, on finit cependant
par démêler quelques points importants et par découvrir quelques coins qui paraissent avoir
échappé aux fouilleurs. On distingue une vaste aire, où s'étendait probablement le cirque,
et des colonnes de granit rose cannelées, de Gm50 de hauteur et de près d'un mètre de
diamètre, qui gisent sur l'emplacement du temple élevé en l'honneur de Vénus Arsinoé.
Non loin de là, dans une fort jolie petite baie, dont la plage est couverte de sable fin entre-
mêlé de coquillages lilas, on rencontre, taillés dans des bancs de rochers, des bassins ayant

1) narbutsu.
lîccueil, XII.

27
loading ...