Vitruvius ; Perrault, Claude [Transl.]
Les Dix Livres D'Architecture De Vitruve: Corrigez Et Tradvits nouvellement en François, avec des Notes & des Figures — Paris, 1673 [Cicognara, 727]

Page: 235
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/vitruvius1673/0255
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
L î V & Ê V I t. 23;
* çons dé mer. Mais clic est sujette à sc deiseicjier à eause de la salurc ■> \ si on ne la garde dans Ch. XHL
A du miel.
1. Si on ne lÀ garde dans bu miii. Plutarque dit que lésAnciens gardoient l'humeur pourprée en deuie mà-
raporte dans la vie d'Alexandre qu'à laprisè de Suse,il se trouva nieres. La première estoit en mettant dans le miel la chair pilée
parmylebutin le poids de cinq mule talens de pourpre ><Jiïi ayant avec son suc qui saisoit une maslé rouge. Lasècondé en separant
esté faite 190 ans auparavant, avoit conlêrvé la beauté de là cou- de la chair une veine blanche danslaquelle l'humeur pourprée est
leur -, parce, dit-il , que la rouge étoit faite avec du miel,& la blan- contenue > ce qui saisoit ce que Plutarque apelle la pourpre blan-
che avec de l'huyle. On est bien empesèhé de sçavoir ce que c'est che* qui estant plongée dans l'huyle s'y confervoit de mesme
que cette pourpre rouge Se cette pourpre blanche, & quelle est que l'autre dans le miel. Ilsemble néanmoins que Vitruve en-
cette confervation qui en est saite par le moyen du miel & de tende que c'était lé suc feul exprimé des huistres qui sè mettoit
l'huyle. Mcrcurial dans fes diverfes leçons pour demesser cela, dans le miel pour y estre conservé.
CHAPITRE XIV; ChA.XIV.
g Des Couleurs Pourprées*
* /^\N fait des Couleurs pourprées lorsque Ton teint la Craye avec la Carence & ie * Hyp-
* \^s ginum, de mesme qu'avec1 le sucdeplusîeurs sseurs on peut faire d'autres couleurs.
* C'est pourquoy lorsque les Teinturiers Veulent imiter3 le Sil Attique ils font bouillir des
Violettes seiches dans de l'eau, & quand elle est teinte ils la panent dans un linge, & l'ex-
* priment avec les mains dans un mortier, où ils la messent avec de4 la Craye Eretrienne, &
en font une couleur pareille au Sil Attique.
De la mesme manière ils font vne couleur de pourpre fort belle > niellant du lait avec la
* teinture qu'ils ont tirée du îVaceinium:& ceux qui ne veulent pas employer la Chryso.- -T
* colle, a cause qu'elle est trop cherc, teignent les draps bleus avec l'herbe apellée6 Lutmm^
& font un fort beau Vert : & tout cela s'apelle teinture* Auffi quand on n'a pas de l'Inde
* on peut l'imiter en teignant7 la Craye Selinusienne ou l'Annulaire >oule Verre que les Grecs
tQ apellent Hyalon. Voila tout ce que j'ay pu apprendre des couleurs & de leurs proprietez,
1. Le Hysginum. On ne sçait pas précisément ce que vwltttc en France que celle qui tire, sur le bleu, d'oii la couleur
c'est que le Hyjginum. Tous les Auteurs conviennent que c'est Violette a pris son nom : mais cet usage est contraire à celuy des
une plante qui fert à teindre, & que PauTanias dit s'apelkr/À^rs. Anciens qui joignent toujours nigra ou purpuerea avec viola
Mais ils ne sont point d'accord quelle elle est,ny mesine quelle est quand ils veulent sîgnifier la violette qui tire siir le bleu, Se qui
la couleur qu'elle fait. Les uns croyent que c'est Ja pourprée , les n'entendent par viola simplemens prise , que la violette jaune
autres la jaune, les autres la bleue, les autres la rougé. Il y a nean- apellée autrement Lttuoïon , à caufe de la blancheur des seiiilles
moins beaucoup d'apparence que c'est la bleue : car Vitruve dit de sa tige ; comme il se voit dans Horace, quand il dit tinEkv viola
que l'on imite la pourpre, qui est le violet, avec la garence qiii est pallor amantitm.
xouge,& le Bysgimm\Se l'on sçait que le mélange du rouge Pourcequiest deJaçouleiirdu^*7Attique,iln'yaguercsd'ap-
avec le bleu sait le violet. Pline dit ausfî que le Hysginum fe cul- parence qu'elle sût autre que le jaune si on en croîr Pline quand il
tive dans la Gaulé, ce qui peut faire croire que c'est l'herbe Ifatis dit que les Anciens fe fervoient du Sil Attique pour donner les ' -
des Grecs, Se le Glasium des Latins qui est apellée GvuÇdt en jours, Se du SU Lydien pour saire les ombres : Car la vérité est
I) France où elle croit en abondance Se meilleure qu'en nul autre que des quatre principales couleurs qui sont la rouge, la bleue,
païs, pour teindre en bleu, principalement en Languedoc ; car la verte Se la jaune, la plus claire est la jaune avec laquelle on peut
celle de Normandie apellée Voueat ? a bien moins de fpree : On rehaussèr toutes les autres, & qu'il n'y a point de jaune brun, de
fait de l'une & de l'autre ce que l'on apelle Pastel, qui est une mesme qu'il yadùrougebrun,du verd brun, & du bleu bruni
paste faite de l'herbe pilée & sechée avec son suc. pareeque lejaune brun n'est pas proprement du jaune.
2. Lé suc de f-tusiEiiàs ïieurs. Ondjt que les belles 4-La craye Eretrienne. Ellecftdedeuxespeces, il y
couleurs dont on peint les toilles de coton & les sàtins à la Où- en a une qui est blanche, & l'autre est grisastre sélon Pline.
ne sont des socs d'herbes Se de sseurs, sans messange d'aucune ait- 5. Du Vaccinium. Lasignificationdecemotestunecho-
tre chofe. Le soc des sseurs Se des autres parties des plantes qui fe sort controversée. Tous les "Auteurs demeurent d'accord que
cfoilïènt en nos quartiers, ne fait point de belles couleurs* princi- c'est une couleur bleue sort obfeure : Mais la disficulté est de
paiement pour ce qui regarde les rouges, si on n'y mésie des les sçavoir quelle estoit sa composition. Il y a trois opinions là-desïùs.
sives qui chargent & qui enfoncent les couleurs, & des aluns qui Les uns croyent qu'elle estoit saite avec la sseur d'hyacinthe,
les rendent vives &éclaÇantes:rnais par ce moyen |es couleurs qui pareeque Diosèoride dit que les Romains apellent l'hyacinthe
fe prennent des plantes , comme de la garance & de la graine de Faccinium. La séconde opinion est qu'il estoit fait de l'herbe Ifa-
vermillon , ou des animaux,comme de la cochenille, deviennent tis dont nous venons de parler -, parte que Pline dit que le Vac-
., beaucoup plus belles quelles ne sont naturellement fans cela : Se il ciniwn croist en Gaule du l'on sçait que l'Ifatis est la meilleure.
E n'y a point dans les ceillets ny dans les sseurs de grenade un rou- La troisiéme est que c'est le fruit du Ligustrum ou Tro'ésne, à caufe
ge ausfi vif qu'en celuy des écarlattcs de Venisè Se de Holande. que Virgile dit
3. Le Sil attique. Demontiosius,ainsiqu'ila esté dit, Alba ligussra codant ,vaccinia nigra leguntur.
prétend que le Sil attique estoit bleu, & il fe fonde sur cet endroit Mais la vérité est que la sseur d'hyacinthe n'est point propre a sai-
de Vitruve, sopposant que la Violette avec laquelle Vitruve dit re de la teinture, & que le fruit du Troësne ne teint point en
que l'on imite le Sil, fait une couleur bleue. Philander est dans la bleu, mais en rouge obîcur -, de sorte qu'il faut dire que l'hyacin-
mesme opinion à l'égard de la couleur de la violette à cause d'un the& le fruit de Troësne sontdits/^c«»«iparmetaphore,à caufe
endroit de Pline où cet Auteur ayant parlé du S/7 & de la poudre de leur couleur obseure & à cause de la resîèmblance qu'ils ont
d'Azur, il dit : sraus viola arida decoEia in aeptam succoepte per avec le vray Vaccmttm qui est \Ifatis ou Pastel : de mesme que
lintewn exprejso in crttam Eretriam. Mais il est incertain de quel- quand on parle de la pourpre des vielettes ou des Iris, on n'en-
lésbphistication Pline entend parler, Se on ne sçauroit dire si c'est- tend point la véritable pourpre qui est le sang d'un limaçon,
le Sil ou l'Azur que l'on imite avec les violettes ; de mefine qu'il 6. Lut eu m. Cette herbe est apellée Lutum par Virgile Se Lu-
n'estpoint consiant par le texte de Vitruve quelle est la couleur te a par Pline. C'est celle que nous apellons Coude en françois. On
que l'on imite avec les violettes. Ce qui a trompé Montiosius Se s'en fert pour ceindre en jaune.
Philander, cst que de toutes les elpeces de violettes on n'apelle 7. La craye Sexinusienne. Pline dit qu'elle est de '
Ppp
1 . •
loading ...