Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Dix-Neuvieme = Essai Sur Les Moeurs Et L'Esprit Des Nations, Tome IV): Essai Sur Les Moeurs Et L'Esprit Des Nations — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen, Avec des caractères de G. Haas, 1785 [VD18 90794109]

Page: 392
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1785bd19/0402
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
392 REMARQUES DE L’ESSAI
Romagne, dans Imola, Forli, Faenza, Rimini, Cesène s
Fano , Bertinoro, Urbino, Camerino, et sur-tout dans
Rome. Quel était le titre de cet homme? celui de ferviteur
des ferviteurs de DIEU ; et quelle serait aujourd’hui dans
Rome la prérogative de celui qui est intitulé roi des
Romains? il aurait l’honneur de tenir l’étrier du pape,
et de servir de diacre à la grand’melse.
X Ime REMARQUE.
Des moines»
L’opinion plus que toute autre chose a fait les
moines, et c’était une opinion bien étrange que celle qui
dépeupla l’Egypte pour peupler quelque temps dés
déserts.
On a parlé des moines dans YEjfai sur les mœurs , quoi-
que cette partie du genre humain ait été omife dans toutes
les histoires qu’on appelle prosanes. Après tout, ils sont
hommes, et même dans ce corps si étranger au monde il
s’est trouvé de grands hommes. L’auteur a été beaucoup
plus modéré envers eux que le célèbre évêque du Bellai,
et que tous les auteurs qui ne sont pas du rite romain. Il a
parlé des jésuites avec impartialité ; car c’est ainsi qu’un
historien doit parler de tout.
Le bien public doit être préséré à toute société parti-
culière , et l’Etat aux moines, on le sait alsez. La fociété
» humaine s’est aperçue depuis long-temps combien ces
samilles éternelles , qui se perpétuent aux dépens de
toutes les autres , nuisent à la population, 4 l’agriculture ,
aux arts necessaires ; combien elles sont dangereuses dans
loading ...