Weber, G.
Guide du voyageur à Ephèse: avec deux plans, une vue du temple de Diane restaure et deux cartes — Smyrna, 1891

Page: 18
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/weber1891/0020
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
— 18 —

127, et hautes de 60 pieds ; trente-six étaient sculptées,
l'une d'elles par Scopas. Elles se présentaient par rangées
de 8 sur les façades, et formaient un double rang autour
de la cella, c.-à-d. le temple était octostyle diptère. Il s'é-
levait sur un soubassement de dix marches.

La statue de la déesse, faite en bois aux premiers âges,
puis refaite en bois de cèdre revêtue d'or, était une de
ces figures qu'on a appelées Panthées. La tête portait
une couronne murale à triple rang de créneaux ; les mains
s'écartaient du corps ; le reste disparaissait sous un en-
tassement confus de mamelles, de colliers et de figurines
des animaux les plus divers.

Les ruines du temple, après avoir longtemps servi de car-
rière, finirent par disparaître sous les atterrissements.
Après avoir donné lieu aux hypothèses les plus contra-
dictoires de la part des voyageurs, elles furent enfin re-
mises au jour, en 1870, par les efforts persévérants de
Mr Wood, sous les auspices du Musée britannique.

L'enceinte du temple ou Péribole, qui possédait le droit
d'asile, renfermait encore d'autres monuments, tels que
l'Augustéum, la Salle des festins.

A présent nous traversons la plaine vers l'ouest pour
atteindre le pied du Pion.

EPHESE PROPREMENT DITE

Une chaussée, un peu élevée au-dessus de la plaine,
faisait tout le tour du mont Pion; elle était bordée de tom-
beaux grecs, romains et byzantins et formait une véri-
table voie sacrée.

A deux cents mètres à droite du point de jonction du
sentier d'Ayassoulouk et delà voie sacrée, dans les flancs
loading ...