Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Metadaten

Bröndsted, Peter Oluf
Reisen und Untersuchungen in Griechenland: nebst der Darstellung und Erklärung vieler neu entdeckter Denkmäler griechischen Styls, und einer kritischen Übersicht aller Unternehmingen dieser Art, von Pausanias bis auf unsere Zeit (Band 2): Le Parthenon — Paris, 1830

DOI Page / Citation link: 
https://doi.org/10.11588/diglit.682#0037
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
DÉVELOPPEMENT ET DECORATION DE LA FRISE DORIQUE.

145

III-

J'ai déjà fait remarquer plus haut que dès que la frise dorique, composée de
deux parties principales, lestriglyph.es et les aires intermédiaires, avait été for-
mée comme un tout non interrompu, la première démarche devait être d'em-
bellir les panneaux des métopes par la sculpture et par la couleur.

De ces deux moyens d'embellissement, le dernier était sans contredit em-
ployé le plus fréquemment ; forts de toutes les expériences que nous possédons,
et que nos prédécesseurs, l'ingénieux Winckelmann même, pouvaient à peine
présumer, nous oserons soutenir, sans crainte de nous tromper, qu'il n'y avait
pas, dans toute la Grèce, un seul temple construit avec soin et avec quelque luxe,
qui ne fût plus ou moins coloré, c'est-à-dire, peint de manière à contribuer à
l'effet, et au riche aspect du monument par la couleur harmonieuse des par-
ties symétriques, surtout des parties supérieures de la construction. Ceci s'ap-
plique spécialement aux temples construits avec des pierres grises, monotones
et sans apparence3, telles que les montagnes de la Grèce en fournissent le plus
souvent. Cependant les temples bâtis du marbre le plus solide, et offrant la sur-
face la plus lisse, par exemple ceux d'Athènes, Sunion, etc., étaient aussi for-
tement enduits de couleur, du moins dans les parties hautes, depuis l'archi-
trave jusqu'au haut de l'entablement, comme chacun peut s'en convaincre en
examinant attentivement le temple de Thésée ou le Parthenon*. Faute d'éclair-

Par exemple les temples de Corinthe, Égine,
Némée, Bassœ, etc.

* Je parle ici des parties supérieures de la con-
struction, n'osant pas décider si la couleur pro-
noncée et qui, éclairée sous un certain jour, pa-
raît d'un rouge vif, qu'on remarque actuellement
aux. temples d'Athènes, construits de marbre pen-
télique, lequel est originairement d'un blanc écla-
tant, provient d'un ancien enduit, ou si c'est l'ef-
fet du temps. Le premier aspect du temple de
Thésée sera, sous ce rapport, ineffaçable dans ma
mémoire. Etant éclairé par le soleil du matin, il
se présenta à nous qui remontions le chemin de-

puis le Pirée, et qui en étions à quelque distance,
comme une énorme flamme, sortant d'un entou-
rage obscur. Le Parthénon, éclairé d'une certaine
manière, présente le même phénomène, qui m'a
souvent et long-temps charmé, placé que j'étais
dans l'ombre, à une distance convenable. On di-
rait que la nature a donné à l'Àttique le superbe
marbre pour qu'il reflétât toute la splendeur du
soleil, aussi bien que le génie de ses habitants. Nulle
part je n'ai vu mieux vendu que dans les dessins
a l'aquarelle de Lusieri, cet effet de lumière sur
les temples de marbre à Athènes.
 
Annotationen