Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
importe quelle n*tton dans les rt
rute itptral.on —an Franc»!
■Udtt A

une atr.on.f* CAinu.iùiif f>!-.»jTit if. /-.'il.: ili! Irr* ;i;i;-.:n'M

gu-ii ,-*»«„( i. r™*, oMto.ioiw ... Amfxmr.

iruuilt nou» P^fc-W f»"« #»""•#• d*S»> ' 1

SI Tr»lm«i.tnM>K'i*—i'g°fj'hlH deTeneJt ni»a*--
ulre, quelle djpfreffe. pou» Il ronce ft l'AtifJeterf» !
Cette dernière. h°l*fa "« ««r*»» d'lr,f**«n»tt*.s

trèa approprié g, a»? htm^f "M^^Mit Ml h

lWr»Vpr-**q«e^^

Inutile df loullfiner les niqU d» Ivio Longust que nsuirvona
cité*. M <l<« a** (founnt pari* H>w«t 4a In France
Inoocopeet Ici. d»nt lu pravl*»*» orcupéu la perspective
decalt* nouvelle campagne 4'Wisr nt'PB doit tuA*al*V
Wauqo ImursuicQ enoora plus pénible, Deou!» lunule")!»,
■'éternelle oueiUon que pose U population, oat cello-cl ;
• Combien de i«mp» vs-t-ells inoon durer, cette eîrrojthle
guerre ? Députa htrrt motn Je ne uli rien dea miens, ni de
Sun mari, d" mon frera al dama ereur an France ! Que c'est

a que» Il on

■ population

itgltit* a'a pu

I PROPOS DES PRETENDUES ATROCITES

La presse frtnçaln, pour qui tout est héroïque, noble
M beau, Ce qui sert la Mme des Alliés, pour qui 11 Ogres cl
Ootaquea deviennent du champions d* 1* civilisation, ne
M**» de sertir à sei lecteurs crédule» laa récits les plus
lantaiiistea et laa plu» terrifia nu sur le compta de l'armée
liaaanaade. àhoud démenti, aucune enquêta impartiale
n'oat prise lur oatta nué» de calomoli». Or, rotet an
aétnotgnsf* de source fraucilai qui paraîtra d'autant
moine impact qu'il émane d'un publleiile connu, Jf. irons

Dans la ■ llnutde Pari» » du 1" min, ce dernier i
publié un petit article intitulé: n A nUtuLal tampoaalre ».
CM hôpital aat installé dm* le lycée d'une petite tille de
province dont le nom n'est pa» indiqué. L'auteur y lait le
ili liai ri'lnurmlar volontaire. Pour an renseigner sur la
aaananiledw **lé*ti allemand» antari leurs camarades
Uançai», si «oui» ri alla anquét* parecao*!.* aiM l'auto
riiallon du tnajur dirigeant l'hôpital en quailion. Qu'a-
trii découvert 7 rionnnni-lui la parole :

* Notre nuinr me dit ; Cherchai donc s'il s'en trouve
parmi ne* blessoi qui aient été témoin» de maueai» trai-
tements infligés lui homme», hori di lombit sur le
attmp de batiltli. De talla en aille, ipréilei paaietneat*,
Je mena mon enquête. Et elle m'apporte au mois» cette
certitude : l'injustice du frjn ira Ils a lions. Les récita que
|t rtcuaflla melalsiant une impression de diteralté Irré-
«ueUhle. w

Las «x cm plat de bleiié* qui le» acidité a Htm and*
auralant m»llrailéa » réduiwnl 4 Irai* an tout, doal un
aaul pourrait éUa, à la rigueur, retenu, puiaqua a'eal
la bleué lulmlm* qui dM iv ,ir 4M l'objat du mau-
vaia traitiiuiut. C'ait un caporal qui, quoique bleue à
l'apaule par un éclat d'obut. aurai! été attaqué 4 la baion-
■«tlflcn d'un combat d(Oé le* Iranuh**», Celte erreur

gsate ni pèsaaH pas lourd ; d et ■main d'observation
soU probibles dans un pireil caj,

Mais l'enquête de notre au leur a sliouii 4 un résultat
piut-ftre tarolontair», 4 tatoir U ctsMtalation du bon
cœur et des aentlmenti humains dei soldat* allemand! :

« Plua d'une loia, le» récita dé no* biaisé» m'ont
nulle des Allemand» attentif» 4 ralpaétw le» loi» de le>

■ Eatll vrai, demandais ja, qu'ils liralanl iur le*
ambulanciari?

* ftepon-e : J'ai vu de* a m hu lanciers l'irancer trfa
loin iur la ligne de feu. On voulait leur tirer desiu». Ili
moatrileot leur* brassards, on la* Uiuait, Autra témol-
Koags du même genre : Un aaporal ambulancier était
penché pour soigner dea blessé* sur le chflnp de bataille.
11 entend ailller un* Dalla : dos Allemand* 4 50 métra»
lui tiraient deeiua. Il a* redresse et leur tait lacs en
montrant son brassard. Ut e«*lent de tirer.

it Un chasseur S pied me rapporte un autre trait qui
révélé l'ennemi détendu, adouci, humanisé : s Une pi-
trouille française, où II n"j arait plu* que dis blessés,
est rencontrée par des Allemands. Ceux-ci font la soupe
aui Français, leur donnant ce qu'il* peuvent, le» recon-
duisent ver* nui ligne*. La lendemain, deux de ce* Alle-
mands étaient blessés et lait* prisonniers k leur tour:
veut la* a*ei vu» dan* uotra train a.

■ Nous ramenione », raconta un autre, n un camirade
blessé. On avait pissé dnui fusils dans un sac percé, an
était quatre. Deux Allemand), entre notre poste et nous.,
mettent notre groupe en jnue. Celui qui était blessé
l'agile et cria ; u S'allei pas tirer sur nous n. ■ Paagei 1 »
qu'ils disent alors, « vous avei la vie sauve. Mai» ne reitez
pis 14 ».

s Mais la plue touohmti histoire qui nous soit pirvenue
est relia que raoo a tait un sergent blessé I la jambe, sur le
quai de li gin où il débarquait. On miudlssalt devant
lui ces ennemis, achevauri da blessés. « Mol qui vous
parle, interrompit H, {'aval» été liiaaé pour mort sur le
champ de batailla. Quand |e me réveille, je vol* un Alle-
mand qui s'avance sur moi, baïonnette au canon, balan-
çant son (usll dam li main droite. Je lui lai* signé que
Je suis blessé; je crié. It s'arrête, pose son [usll, 4 cinq
pi» de moi, prend mou pansement, me lait un bandage.
Pais tout-4-coup, prenant sous sa vareuse un porte leuillétv.
il en lire une photographié : une femme et daui petits
entants. Puis II ne dit qu'un mot : a Friu, Frau I » — lit
Il pleuré. Kl ça me gagne. Et nou» nous embrassons lous

let deux en pleurant u......

Nous n'avons rien à ajouter 1 l'émouvante simplicité
de ces récits, qui Illustrent de laçan salllssanle la fable
haineuse des « horreurs a lervles journellement, avec
I du gouvernement français, par une presse

NOUVELLES DIVERSES

l'alimentation populaire, a déclaré qui, non seulement
l'Allemagne possède alaex de céréale» pour l'année
courante, mal* que les réserves disponible» sont plus
grande! qu'on ne le croyait.

En ce qui asaicerne les pomme* de terre, la situtlklp
est taretament tistt favorable que le* évaluation* ne rot*
dit supposer. Il a j a pas lieu d* raiffelndr* l'élirtfe
de* port* et 11 n'y ■ f lieu non plu* d* recommande! la
continuation 11 la préparation de» con**s-ve*. ,

Le Btti da* fanbiia est aciu*)i»me*! aasylblajniat
inférieur i celui qui se pratique en A«r«l*IJ* Daauj >e
pays le quintal métrique de froment coûte If mark»,
tandis qu'en Allemagne la farine de aelgle te vend
iS marks M celle de fromeatt 3H,TS rurk*. b réanU la

doit mépriser s'ait ptntdt rimpertlaa
trac laaqoaltsi oa reçut partout ta Ai.

• plM

e. L..

- tqt» ttrin»
i Iromint

L* torptLLio* du • Hmua:. .

Le Journal hollaodllt . Dt R<if4rnK(ftcd< >
afliire du • Lustfama > :

écrit aqr

■ 11 est Important da constater qu'au co m m encornent da Is
guerre d'■ iflunatloo >. nul est la eau» d* l'action tout-
m»rlne, un temps tutllunt pour aanver l'équipage était litué
1 tout le» biUiui tnglil». slala le procédé anglais d'arnaar
le» narirea marchanda, de taire lemblaol de l'arrêter tt de
tirer soudainement sur le* aous-m»rln», ce procédé * reoau
tmpostlble le perquisition nement des bateaux et ta atuieiage
de l'équipage. C'eat 1 l'Angleterre, qu'Incombe U reapont*-
blllté de ce changement. De même 11 ait frappant, que Jut-
qu'niiiourd'bul la contenu de I» cargaison du • Laaftanta ■
n'i pis été publié, •

• Le journal ■ Met Vaderland I fait également reuortlr.

llord »u . lliilv Telaitrapft
ie Turner aur la eargaltoa d

totjaertloa *>t oct**», an e.t rMé Wna»»plr0 ' Impute»»^ .]
lu t:« rtaite», * u vola g regarder mTZZ ,1

marin», qui^lieW^Ua eaox, 4 quai te amm i«.J^

daur at migolflcence m.rtlimt f Tout oela'eal ib.olÏÏ?:

Inutlla. en f.r. ri. I. nillhnria ri. ri». .h„<.l____i-JT?* 1

t, et qu'il» prttlquen
ir pacifique portint t

»m aW taa lleSSsiawSI

joI des perwantt pacli",.»,
-il* «ojagé ter u vik***,

naot eflJcac*1"!!'*'"* '
oler l'Anglaten*1. lSa?/a
Wliim d'an Isolement oomplti, ^ |~
atteint pourtaot ;.i pu des «cHoza 4

l"°a wra.

'"Xîgî,1"

rolt exclue la poulbllllé

• H n'y a pa» d'autre chemta. Cal
gnt empêcha intrement la transport do mtulrM(V
précision aite laqialle laa imn-martm ■ 11a■>—. t,

nous parvient une déclaration de l'ambassade anglaise 1
llerne avouant, bien que de façon tortueuse et peu claire, que
le ■ Lutifanfa en effet a transporté do grandea quantité! de

Lo Journal dtnola < Exlrahltdet > consacre un arllcia de
fond m torpillage du < Lu mania.. :

• Pourquoi ce torpillage aeralHI plu» terrible que les sutrtt
IvênamenU da celte guerre f Toua laa Joura daa (ammeaat
daa eoinals »ont tgéi, loraqu'uue ville aat Bombarda* 1 C'ait
bian connu Que la guerre ne ae soucie guéri de l ige et du
■exe. C'eii donc de l'hypocrisie, de l'hystérie ou de l'étour-
derie. al l'Angleterre la Fnnce, k Rnsrle et l'Amérique
montront une telle ludlgni"'

La Hèd.) lei procédé» trançal» au iliroc — tout cal» et pour-
tant connu du monde entier I Pourquoi élan «1 orlt d indl-

> Il n'y a qu'un seul point de vue qui compta 4 U guerre,

dlnilre a ce que les Anglais et let Américain! pauuenl dei
hurlement» ; celui qui e>t frippe, hurla toujoun. Malt nom
autre», qui aommii étranger» » caf'tlta, noua a* ponvona
partagar catto minière de voir, »i noua voulona garder la
droit de pemor d'une fa;on Indépendante. La premier aentl-

gouvorBement nmêilcain a aavojé t 1',
e note iur la torpillage du . Lutitant».. uimi»»,
ia 1» réponse du gewenwmtat allanad sera etaaat
M kUenuoda, pabU** a* darilir aanaétoae ta ■ tiZmi
—1 pirialMowt la polqt d* jjm

branlé an priaclpa.

Qbou naa» par ose Me *«o
aurtloa* garmaaophone», 1
l'ivolr lilno que vingt mtau

- ^ ■ t.
■11 un griad cnfàiaV

u même .r,.-. ,
»«••*• »*U ha»,
du» mi .Va t k

utnt\tu rmini-

it permia u {tut

du Lords que de* clrconitanna» pourraient aa produit» asl
rendraient Inévitable l'Introduction do servi»» obbgatoin il
par*oa»ll. L'*a revu habdaaudatre He» tmpnrtaav» par**-
aist 1 Loadre», 1* < iVattflu >, ouabU ce j-fipaJ »v»a ■>■

fermeté vraiment unutlonf alla. Une telle maaure diilimn

L'expériertce a maiaieg (ois dèmoairè corallien les soldats français tombant en captivité allemande se trouvaient, les premiers instants dn moins, sou l'influence des terrifiantes suggestions de km
cbeii qui leur avaient fait accroire que les Allemands maltraitaient leurs prisonniers lorsqu'ils ne les fusillaient pas.

Ji auifit, pour juger cas sottes calomnies, de rappeler que £50,000 prisonnier a français ae trouvent actuellement, sains et sauts, en Allemagne où ils sont traités en adversaires avant tait ienr
devoir, to*>t comme tés soldat* allemands font le leur. Les Allemands traitent les prisonniers français-comme ils désirent voir traiter les leurs en France. D'innombrables lettres de prisonniers démontrent (pu
les soldais français sont plus heureux en captivité allemande qu'ils n'eussent jamais osé l'espérer.

ta ■ Gaxetle é$t Antennes ■ a entrepris la publication successive dea noms de ces prisonniers, persuadée de remplir ainsi, vltf-à-vis de ceux-ci et de leurs familles, un devoir humanitaire négtig« par k
gouvernement français. , * *•»

C'est avec une légitime satisfaction que la ■ Gtwettê ■ constate l'intérêt croissant que ses Listes de Prisonniers trouvent auprès de la population française. Les nombreux téacugaa*>ea «ta gratitude qui tt:
parviennent prouvent que cette publication a déjà contribué à dissiper bien des angoisses et à atténuer bien des séparations.

m

LISTE N° 16 CONTENANT 6,400 NOMS

(ÏWprodnctioQ atriotamant Interdit*)

far tutfe de ï abondance du maiièru, nous avow encore a

w prùonnierÉ. Li aMffrt indique m UU du ntppltment imprimé à

Le total des noms publies jasqa'anjoard'nal ie monte à environ 81,000. — Reste a publier environ 180,100 noms

MUENS1NGEN 1 WUERTBRG.

lauiisj

CaUiault Léon, Bourgs», in). K,
Callletn Eugène, Roanne (Lotrel, tnt. 91.
Oaraet Heurt, (Oor»«, la). (Tl.
CaapiBl Uuriat, Baurgea, l*f. K.
OapoHo Mlenel, lOor»»}, lui. m.
OardUU Antolao, Cor»», lui. «3,

Ourle* Clément, Olernaont-Ferread iPuv.de-Dûme), lui. 91.

Oaranx André, Oor»», loi. l»S.

Osaaaavs Marfat, Ours*, l»f ..Ml,

Caatelll Martin.Corae, Inf. 171.

Oeauttoa Lucie*, Ooraa, lui. lit.

entier Faut, BpuHl (Vasgat), lut IT.

Sa* ii.-T.ir». Oone), tal. t*S.

SavaHlta lataeti, Certe. inl. IIS.

Céaarto Bavmond, Bplnel (Volga»), Int. IT.

OkaibonMl Fraioai», CléiDioDl.t'sriiad iPuj-de-D.l, lui. 9Ï.

UkaaUag Autotua, Olarmoat-Farrané {Puj-de-D.], Inf. SI.

Obarrtar rranool», Coaae (Ntétre), lui. U.

OWtrMil Ja^roea, Ooraa, laf. m.

Contât Ftinooli, caporal, Ootne iNlévre). inl. 15.

Olmnaasecl» Oibrlel, Cor»», tuf. tT3.

Colliginn Plirre, Nainf* Inf. fil,

CoBibamoral Ludion, Bourges (CberJ, lot. 95.

Oou4* Marcel. Cotna^Nlèvre), Inl. (S.

Dorr*$p Gabriel, Ulermont-Forraud (^uj-da-Dùme), lut. 9!.

Cotta Jean, Corse, inf. m.

Couraudon Léon, Bourgoi |<Jber), Inf. 91.

Dagoi» Lo»l», Bourgaa (tihirl, laf. 91.

Daout Oabriil. Bourgei ICberl, Inf. 9b.

Panam Paul, Carcsssonne, loi. lit.

tSaapejroax Pierre, Itoione IUSto), Inl. 9B.

Dauphin Faruand, Cor»e, Inl. ITJ.

pavld Emile, •ergenl-iourrler, Bourga» icbar). lof. 9:..

Decollogn» Henri, — —

D*aHu|é» K —t —

Lliiasr KnUli, — —

Duboii Ooorgoi. Uourges (Ub«|, Inl. ».

Dumas Lnul», Boanne (Loire), laf. 91.

Damant Em|l*, Coiue (Nl*.rr*|, Inl. li.

Du mont Léontrd, Cleruiont-Ferrand iPur-de-Déms), 1

Dupéroui Dealt, Uosea** lObar), lai. VI.

Eutirgueli Léontrd, tJlirmont-Famnd (Puy^ta-D.), I

Eyntud Kujéne, Oorse, Inl. 1T1.

Ejnturl Sylvain, Corne, Inf. 173.

Fairi Cbarlea, Carcajuonna, Int. 113.

Fagglanl Jean-Biptflté. Cor»». Inf. 173.

Favodon Qllban, Cleriuont-Farrand (Puy-da-Lomt), 1

Fayit Jeai-UarW, lloaaa* |Lolre|, mf. 93.

F*dl Bartaélaoïv, dorée, lai. 171.

Farraudi Jotopk, Cor»», inf. 173.

Farrler Iule», caporal, Hoiane {Loire;, in
Fillppl Philippe, Cône, Inf. 1T3.
Foat» Jo»n, tiporil, Corae. lui. 173,
Forgeât Claud», Bourge» IChnr), Inl. %.
Fournler Armand, Bordeaux, lui. 341,
Franc Jean, Iloinne t Loire), lot. 98.
Franobiakl Joiapb. Corae, îal. 113.
Fraaolii Ulobel. Corao, Inf. m
FrenouwbetUJ.-B.. Corse, Inl. ITi.

Frasa

01.

Frlgglttl Pierre, Cors,

. m.

il i.j . : lergont-lou

toaune (Loire), Inf. 9S.
s, Rot nue (Loire), Inf, 99
i, sergent, Corse, laf. 11
at.Cuioe (Nièvre), Inf. t

i, Ooau* (Mlèvr»|. Inl. i

rjodlveiu Emile, Bourge», Inf.
Goudlnoux Nloouw, Uourges, 1:
Oo/ard Mlcbal, Uourge», laf. 91

Goni Valére, Corae. 173.
Qraatlot Albert, adjuoaut, Narbonne, i
" ermont (Puf-de-Déme

Orav

«, io/. i

af.M.

Oro» Jaan, Bnrdtiui, Inf. SU.
liroutieiu Hyacinthe, itrgeat, Boirga», 1*1. Va.
Guerrlirl Antoine. Corsa. Inl. 173,
Qulpou Franco)*, Bourg», 1*1- K,
IleU Maurice, Clermout [Fuj-de-Dorne), i|I. 91.
Hérault Joao, Bourge», Inf. »5.
Jscquauot Loul», Bordeaux, inl. 311.
Jean Loula. Bourgea, Inl. si.
Jollvet Camille, Roanne |Lolro), Int. 96.
MM Maroel, llonrgea, inl. 96.
July Ernest, tergent-lourrier, Bourga*, lai. 9S.
Julltan Loula, Cosaa iMévre), Inf. ai.
Jurl"t Joseph, liordiux, Iri. 34*.
Lan J.-B., Clermont tPuy>da-Démi|, la. ».
Laobappelle Jacque». Itoann* (Loire), loi. 94.
La targue Pierre. Bordeaux, Inl. 311.
Lai an no Jean, Bordeaux, inf. 314.
Lamet Eugène, Clermont |Puyda-Dflm»), luf. 92.
Laltone OusUv», Mont-de-Manan (Landet), Inl. 134.

Ltumy Jules, Bourge», lit. 95.

Léaadrt Ourt, Corso, inf. 173.
Leoa AnUilno, Uorse, Inf, 173.
Locola Tauiealnl, Corae, inl. 371.
Léon André, Il

it (Puy-df-Docne), Inf. I

LotIcooI Paacal. tergant, Ooraa, <»l. t7S.

Lotn Ne**, Inf. 173.

Micnlnl Auge, Corte, Inf. 313.

HidnoJoIr Lion, Cltrmoat (Puy-de-pom||, ial. 91.

Usgnol Léon, Itoiuoe iLolrel. lof. 91.

MUIIej lionrl, Ajsoclo (Cor*»), Inf- 173.

Millcret Clnudlus, lloinnt (l^ilre), lui. SB.

Malt net Fornend-Marte, caporal, Bourges (Cherl, inf. ti.

Mtulgault Fr»n«oi», Buurge», Int. li.

Hirlinl Frtnoolt-Andr*, Baitla{Cor**), lof. 173.
Uxlifgi Cbarlat-Jo»*»b, aargant, A|*aelo (Canal, uti>

Wtrtin. Enila-Aiguliio. Bourg**, La/. »S.
IlirtlneLll Antolne-Félli, Bonltteio (Corta), laf. 113.
Manteeili Joseph. AJaoalo, Int. 113.
Vartlal Jaajt-Aadré, aaail* ICana), Inf. m.
■fasaiaui Jaan-Uureai, lia»us, aat. 313.
KataonaiM La^U-Alpho***, MOOfal, liuurrçn», |*1. f».
liMirablle Ptarr*, fjlaruioni-r'arraqii (Puy-de-fJO*»). ML
Machin Oenatutt-Maria, Bourgs», lof. 91.
Méténlar Maxime-Frédéric, sergent, B"urgea, Inl. St.
MéUvtar Jala», twara**, lai. K.
MaiatJaM-Lami, . t*f. ».

■i. -: Alpluoia, CaaMlnaudta a. :■ . uX. 143.
Mongaat /tu, Boargas, loi. 94.
Monnel Anbln, Rouai (Lotra). Inl. 9t.
MMtac*M -j.ru i n. aargeat, Boarf**, M. 9S.
Ua«U .- «i ..ni l'I-rr». i, .-f.r- W, «t.
Uoraiu AogusU-iiylviia, Cou» (Nlévraj, lal, U.
Morean Paul, Boorge», Inf. 95.
Moral Heurt-Joseph. Bourgei, Int. 95.
lioraiU ADïi-Liouilai.iu». «portl. Aiaaclo, Lai, 1)1,
Moaaa Armand, Maraatll*, Motlao é loSmUar U.
Mouilnaeal aVatst, Botugaa, La/, té.
Mooragaoa OLovla-Chaita*. Boargaa, lit. t*.
i .rla-Mltael. Baurgw, k>

Néron Otargea

Inl. «5.

rgea, In/. ».
OHlar Joseph, Koaoni (Loire). Inl. 9*.
OTalDi Josapb-Marli, Btalfa, Inf. 313.
0U*>) Touaialot, AJaccto, lal. 173.

. .. J.i Joaapli, .. t jiu, lal. 173.
■>t4«M Laos, Cotn» (Nlévr.), lal. ai.
Ptralara Henri, bonne*, I*/. «5.
r .. . _ JaU'Baollaaa, aï-., bd. 113.

Paye* RtnA-Cbirit». brtgatUar, Lya*. drtgoa**-
Pellttlor Frapeota, Boarge». I

en»a*ou Paul, fioargot, Inf. 95

Ferrrt Eroait, Bourg*», m. 95-
F*ir*»d JuMM, MM M P%
f wtkoo* J»t*-**^.u, WtorJM- O^trt. M'
 
Annotationen