Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
an Mat ta

( Ida* des ni tl oui 11 té» > rf*nl la Triple Entant* s'élalt

A ce pro«os, le ]ournil > faHttka » d* "elc-rade écrit
dana ton arlk» «aVlneal #*j t!J maf • atlHUe s'irt *<V-
Clde. a débiter*. tfVnplihiN et Nn «tour.. Le. M'
eheree publique* *•* eainniencé H - :rt °aan
davantage '.' ■, ralann* » lui Ml Ii ■oHtiqie italienne. Le
plui trio, c'a* qta> Ait Mil (]•* so*Mne» !**jet *jj
marché. l AnB*Urfa „r|* fnttirj aecorstent de* eouoes-
>i«m aux dépan* d* la Strbl* *t du Slave» du sud. Si
(Eatia'i m réante «a nmmtrt Uaiin, fuVI* p*jf* II prie
nfcuairt de » propre poeh'. Nou* lommn convaincu*
qui 11 fotieup* de chantaft de tltake lui pa* lympa-
thlnue dod plu* a l'entente at qu'alla na se déciderai
pareilles compensations obtenue! par chantage qua con-
lia uear. Meta non* sommet 'uaiaincn tnwi troe *e

non'«Un,av*ni"paï beaofo de fit*!!* et «mu» a» vuulona
paslaire ô> sacrifiée* Jour ion concourt Llslrte M *
«Mo .inimité sont Aw. «1 h faut qu'elle* retient slaves.
(Jub l'Eu)aata el l'Italie n'oublient pa* une ehsque ten-
tative de laira liolence 4 Ce lait pourrait amoner de nou-
veaux troubles et dejjconlliui un* Un. . . ,j

Le traite constitutif de la TripDce exigeait, pour que
la coiut jaitrii intervint simultanément pour laa trois
puissances contractailea, que l'un* au deux d'*at'*ellu,,
eau provocation directe d* leur part, (usieal atlaquée*
par deux ou irai* grande* puiitance* et impliquée» dana
U« guarr*.

Lorsque, après rallenlat de Sarajevo, l'Àulridie-
Bongrie tut forcio d'agir coatro la Serbie, pour meure
fia a la menace permanente que représentaient pour ae*
Intérêt! vitaux le> menée* pan-serbes, ta Flutala prit la
parti de la Serbie. A l'heure inf me où l'Allemagne e'ef
fDXçail encore, a ta demande du Taar, d'aplanir pacifi-
quement le conflit menaçant entre Vienne et Sainl-
Vétersbourg, elle mobilisa tout et aca lorce* militaires ol
déchaîna ainsi U guerre mondiale, la provocation tient

Malgré cela, le gouvernement italien, prétextant que
c'était l'Àulricue-Hnn|ria qui avait alUqué II Serbie at
provoqué ainall'intorvenllon de b [lussie, considéra le
«nu \adirit comm* non exialanL II a lait ressortir que
1* gouvernement auslra hongroie. pour n'avoir pas donné
préalable m an l connaissance * lllali* de ion projet d'ulti-
matum a li Serbie, t'éialt rendu coupable d'une violation
d« l'article) 7 du Irailii d* U Tripliee : cet arltel* oblige
l'Autriche IloDffriei s'entendre préalablement avec l'Italie
concernant l'éventualité d* compensations mutuelle! dans
Je caa où l'un* de* puissance! se venait forcée da modi-
Der le nain qno dans les Balkans par une occupation pro-

L« gouverne!»enl Italien aurait pu Invoquer r«t
article 7, al l'Autriche Hongrie avait viaé une extension
territoriale dans lea Balkans. Or, Vienne avait déclaré,
■vint la début de la suirr*. . Saint-Péi*r«bourj el a
Borne, que [Aui'tihi-tlongnc ni rituil aucune (jaaahun
fi m la naît au diprnt de la Serbie, Les deux puissances
centrait! belligérantes auraient donc eu le droit de ne
point reconnaître lea objections de l'Italie relative* a ses
obligation! d'alliée. Totiielois. tenant compta loyalement
d* la situation plutôt difficile de l'Italie à l'Intérieur et à

• Tripliee

■ H-vi dut Mienatatffaarliorlahi chjc» le.
igoMerneaavnt atxMa WnKtt>i' s'*a)l déclaré
jjtmii;.-. I entlsauer r„ i u > Mi d* cot
-imt doMt* kl peiilMIllé d'ut dépbkcemi
i sa***

. A ■ ■ in .....iIMBOloM,*!

«apajatlioti du rsataUna te li
ilalien ayant mmmrnré des pràoaralila d* aruerro. lae

ceà^rmemenls. Hieuint, il ne l'ijtlt plu» d'exiger seule-
ment la cession du Trantin, mnl* encore celle d'autre*
territoire! fslunl partie de l'hériiaKehislorique autrichien
at tlluéi aur laa [routière* *ud d* la monarebi*, qu'un
réclamait en échange de rengagement a prendre par
I lui il d* ne pa* tomber sur le do* d* *ea anciens allié*,
«BgtFfé* dé]* «llleura sur deux (bé.llre* de guerre.

Ayant I* MM nalursl de tenir l'IlKlie éloigné* de
toute participation l la guerre et de maintenir lea rela-
tions auatm Itallanne* *ur une base imlcaie, le gouver-
nement allemand n'a rien négligé pour amener un actord
entre l'Autriche Hongrie et son allié ilalien Le* négo
dallons se développèrent lentement. Elle* ont été,,île
prime abord, rendue* difficile" pBr lea exigence* du gfld

à InUrtenir ealrét immcdialemenl en vigueur. Pour
éliminer la détlanca que révélait une tolla axlganoo, 1*
gouvarnemenl allemand aoeorda le 19 mars 1U13 sa
garantie aasuranl l'exécution dexceont* immédiatement
aprt» la guerre. ' '

Le gouvernement Italien n'a pu accepté I* première
offre 1res précise tait* p<r l'Autriche Hongrie fin mais ID1S,
laqutlla faisait dé)k prévoir la ceiaion de* terrilolres de
langue italienne du Tyrol méridional. La 11 avril seule-
ment. Il a lait connaître a* gouvernement auslro hongruii
ses proprea exigence* daa* la* termes suivant* :

Ceiaion ahaolua du Trantin aur la baae de* frontière*
(liée* an 1811, c'e»t-a-dire comprenant la cité eaMDtlal-
lemenl allemande de Bozen, située en dehors dn territoire
de langue italienne!

Une rectification de frontière en faveur de l'Italie iur
l'Isomo, (îoen, Gradiaka el Honfalcone inclue;

La transformation de Trieile avec son binlerland jus
qu'a la frontière de l'Isomo, en un Etal libre Indépendant,
comprenant Capo d Istria el Pirano;

La ceaaion du groupe des Iles da Cunolari, avec Lissa,
Usina, Cunola, Lagosla, Dafia et Msleda ;

Toutes ces cassions devaient se faire immédiatement
et les soldais de l'armée et de la marine originaires des
Moires cédés devaient être imnnedialentent licencié*.

LHal
ptèle aur Valooa
complet déiinléi
Albanie.

En compensali

lait, a

l'Autrlche-Hongrie
iflrait n

l'IUlie offrait une Indemnité i
, destinée A acquitter louIM chargei
de l'Aulriehe-Hongrle dana les territoire! cédé*, en pre-
nant l'engagement de rester neutre pendant lout* la
durée de la guerre. L'Italie a'engageait i renoncer a
toutes autres demande* de compensation) basée* sur

j traité de I,

par Util le i

a"n*r
. ..lAul

flltchofthi, rte
, giiuvaniemrtt
Huit re lui était en aM pouvoir putlT laMner I* guuvaf-
•«■1-iititulieal diminuer s», préar ol m*. d'»W VMe.tm-
l.tltuj i.t^rJ. auiait gravement alkafnl lM InHrtti
légitimas et même la dignité de fl monarctile ausTto-

" reodint que laa négociai!uni aa peunulvalMI. l'are

hassadeur d Italie a Vienne déclara d* lacoa Inattendue,
le 4 mal, que aon Ktnaiernament considéra1! le traité
'i* Hongrie comme rompu à cause

1UI4. En même lemp*. Il relirait tout** le* proposition*
faite! Juiqu'alora par son gouvernement.

Celte aof-disant dénonclatioa du traité qui ne devait
venir j échéance qu'an IMU, avait ainel un aflet rélroactit
ramonlaataux jour* eriliqua* «a juillet da l'»n dernier.
Il ettnou seulemanl en canlradiction avec laa deelira-
tions bienveillantes et amicale* (alla* p*r la roi d'Halle

avic laa exigences du gouvernement actuel visant le*
compensations artificiellement acbaffludéf* par lui sur
1* base de l'article 7 da traité.

' Il reste ■ établir si le* paraonnalilés dirigeante* da
gouvernement ilalien ont été décidée* a eaUa *oHe face
par un pcncbait que de* arrangements lecral* avec le*
mnemls du Allié* ds l'Italie ont rendu de plu* en plu*
impérieux, ou bien si ellee ont cédé à I* pression d*
de I opinion publique, soulsvée chique Jour davantage et
un* répit contre lea pui*une« centrale* par le* Mcita-
i d* Journaux à la aolde d* l'étnikiar.

lEmpir

à Berlin de la déclaration faite a
Vienne, le 4 mii. Une dernière lentaliv*, «n vue d'impé-
cher le 'paasage de l'anclea allié au camp animal, a été
llile le 10 mal par le* ofîrn. encore ccnaidérabliment
élirgie*. do gouvernement auslro linogroli, dont I* eban-
caller de l'Empire allemand a dqnné lecture au Relcbuag
I* in mil.

Tel e*t le développement hiMoriqu* d* l'iBaire. Apre*
e*l exposé objectif, aur un ■ Liera Vert» ae pourra modi-
ner quoi que ce soit au fait que il la gouvernement lait

aa'n raaluri in principe* a* (Ui'JiU ai di (mu foi pour
acquérir une extension territoriale offerte au peuple Ila-
lien par l'Aulriche-Hongrfe, ivec toutes lu garanties
possibles, de plein gré et ssns effusloa ds ung.

NOUVELLE DIVERSES

Autour du torpillage du ■ taualbuiia ■
Au numéro 50 d* la • l*aj*JN s il * déjà été dit que
l'Angleterre a avoué la présence de munition* i bord du
n f.uiitania ». Nous donnoDi cl dessous un communiqué
officiel de l'Ambassade allemande i Berne, qui ut 1res
Intéressant 4 pluetanr* point! de vue :

a L'Ambasude anglaise de Berne publie un comma-
nlquédluntque le croluur luilllalre aoglil* ■ f uiltanid u
n'aurait pai été armé pendant toute la durée de la guerre ;

il ferait erai, par eonlri, fax Ion da ton iimi
avait 4 bord du mnitnti de guerre. L'Ambasaai
déçue par le grand dommage •/]« at yreatige de la BoU*
anglaise a lubi, e recoure auieattricw Isa plus viol sut*
contre l'Allemagne. L'AnbiiMi slltkkind* n* vendrait
lin répondra lur e ■ ' t.- ton. mil* illr eonstale qaa U
r.oÉternengeaJ -::gla.» a- m. tujourd'biii
gWrre par la

eari.iluatutrea, de V-„-„„

™ rî.Îf*""

danger ne lea manaaail, at

nourunt naturelle, ilm,
* prise L'a nu public que du pauagera et dee tmH
nt été traniporté* sur la même bateau, démoatn la
Main cynlqu. de l'AnglsiBrr, pour la vi. du
I la marine anglaise n arme pas aea croiseurs auxilialr»
iracieri*** curama lela dan» lés liâtes omtlslla* «■,»,

z?™t™'*ïï'™im;al » *pc*.^

p "¥*#« il

le ■fro» n»«r*,dab.m»n
.térentuti. Le tMléd4 ea

tfTl'on a assuré aux passagers — atl mépril des svsrtla»*.

iiiiialre

VUmmuï il* gtr«rva
te trouva rtt dans ht * tw*ti|j

11 devra tnujour* fnnilrtérer commi

navy ftit s pnblll i by lutfimHtj n.

L'avtm «ngl.i. rt te Bomtnnnltrml i::«mand
enrore la vèrlt* dea artlere* ilteflnad* at neutr
dulla dsaa les sHmian nueaére* de la ■ liatitm

Tau* lu patugeft qui COmmutHqnèTeut hrtrr* wn
vanlra »M*r*m la ral*.té»p*e dn rrand navire ttiitk
sont uasnlmea 4 aaamaaf «a'auaaital anrna le eetn «,
larpill* une danxiaaa* aaplaalan u prodinatt. teintai

parlent même de plusieurs de 11-nation*, d l'A«nn*a
Havaa raconta que les torpille* iiuaiui rapaada un gu
asphyxiant qui Incommoda nombre d* aaaaagira.

Le* nouvellu dt ce genre abondent. It faut lea h.
procher du rapport* fait* par le soui- ma rin et rAtufrtatl
allemande, letqnele étaMhlaent rv'uti- ir»> tnrptllt t Ht
tanrée. Or, an» wrnMI* asarioa* en loeobani la *e**«
d'un navire. Le a iuiinna » était averti ; oa peut gnaa

pill*:

Lan

■uftlunli

. liuiiéiB*

et la troisième explosion lurent cstuée*. d* lout* Ivl-
dvnre. par le fait qn* la* munittena que panait la navin
s'enflammèrent et éventrèreot compWtement le naître,
da son* qali cœda malftré tenta* Isa mesures praeea-
ttvu. Cala exnliqna aaaaé la provenance de* gai
asphyxiants. Deeaie longtampa déjà la commaadaai él
l'armée allemande * signalé la préeance aï* eu gai éaaa
lu projectile* du ailla*.

Unir* anglais chargé d'obus américain* contecuint n**a
gai uphjxUnt*, * été avarié par 1* coup de tnrpitu.
mal* qu'il n'aurait paacoulé si vite.sil'ixplosion de muni
lions u trouvant 4 llniérlestr do baleaa aaa'étilipa* pro-
datta. CeattVaMla Coaipagai* de aavIfaïkM qutl kat
anenser d'aenlr cause la mwrt de tant d* Toyigiove, *a
laa aoouaot t un vapaar qui raolemust 1* pju* gnaa
daanax pou leur* «lea.

Ecouloné ca qu» dit un Journal américain, I» - ,Vna-
Yoelttr SiaaU^eitumj a, d* 1* comédie d'Indignation d* I*
presse anglaise :

e Vimpuinanet dé rAuftetim, attaquée par une irms

L'eupÉricoce a maintes (ois démontré combien les soldats français tombant en captivité allemande io trouvaient, lea premiers ÎDitaDts du moins, sous l'influença dos terriGaateasoj^esUoiis ds leur*
chefs qui leur avaient fait accroire que les Allemands mallrailaieol leurs prisonniers lorsqu'ils ne les fusillaient pas.

,i 11 sullit, pour juger cet ROttas calomnies, da rappeler que 205,000 prisonniers français M trouvent actuelicmant, sains et sauts, ta AtlemagraB ou ils sont irailés en adTersaixea ayant fait leur
devoir, tout comme les soldats allemands font le leur. Les Allemands traitent les prisonniers français cotame ils désirent voir traiter les leurs en France. D'innombrables lettres de prisonniers démontrent qae
les soldais traocais sont plus heureux en captivité allavnande qu'ils n'eussent jamais osé l'espérer.

La • Garnie des Aràemu* ■ a entrepris la publication successive des uoms de ces prisonniers, persuadée de remplir ainsi, vis-à-vis de ceux-ci el de leurs famille*, un devoir humanitaire négligé par le
fOfjvernement français.

C'est avec line légitime satisfaction que la ■ Gatette ■ constate l'intérêt croissant que ses Listes de Prisonniers trouvent auprès de la population française. Les nombreux témoignages de gratitude qui Inï
parviennent prouvent qne cette publication a déjà contribué à dissiper bien des angoisses et a atténuer bien des séparation».

LISTE N° 17 CONTENANT 6,400 NOMS

Cb»rbminet Gs.pird. 1

is (Nltvr

^Reproduction ntrlotement Interdit»)
Le total des noms publics juaqu'aujourd'hai se monte à environ 88,300. — Reste a, publier environ

Coaaa iMéviel, laf. Sa.

Charrlol J mes, Perpigean |Pjré*ét*-OnsDtal*!|, Int.
Cnaaaet Frsocoti. sdjodaal, Cosae (Nièvre), Int. lï.
Céutalat JtaB-BapUaus, Coaee iNièvre), mi. ri.
Ctua-eau Germain, Uoeae tNiévrel. lef. S4.
Okeexlaeau tugCua, caporal. Cota* iNlévrei. lai. SS.
Chevalier Louis, Cuaaa |NHtr.i, lot. 15.
Ctaerrlar Jacques, Cosae tNlévrej. loi. K.

tir. ^ Marcal, Cous IMiùvroi, L

Uetsga Désir*. 0
DeUgraage Mui
I >e ûi .- ,i Loula,

l>aali<i.-uf ISBSfki

Duuarcli* Joa

« iNlarra). lai. Si.
Nlisea |Uudl, lof. 4t.

laotile (Isère), ebaas. slp. 14.
id* iNlévrei. lai. Si.
i. il - (Nlévrs). lnf. Si.

n Al[ibun

ib iNlËvn

U.lfl|, Int.
; Int. si.

nnbnla Feilclno. Nîmes (Gard), li
11,.buts Jean, Tout |tleurtb»-at-Uoiellr), lut.
Dubteull Gilbert, caporal, Cosne iNTévra). la
Dama* Itoberl, l'onl-Salni-Esprit (Gard), tel
DupUli FereanJ, Coene iNlevreJ, lui. Ni.
DiitreM Artuiad, Coaee 'Nk.re;, Int. Si
EurjAadré, adjudant, CoaDe (Nièvre). lat. t
Escod 1er Alphonse. Ali-en-Province, Inf. 6
Fsfet Kmtla, AMgBoa iVaueluse]. Inf. il.

Oalanp Juaun, Careaaaeaaa a .... t . uxl. 141.

r Jasa, Au-aa-Prevauca, ut. a,.
Uaij t'eraiMul, Cu.ee (tsKvrej. lat. Si.

Cuetln A.lrot, c
Uuyua lUuul.

s, caporal, Coane INIévro), I
>, CoBoe tNievrei, I

Jnplllat ....>....
Julien Paul, Mu
Lalarguo Jean, S

o-Marsan iLsauee), 1

Leblanc Jules.
Le do m Joaepb,
Laboura; '"les.
LeI*vie André,
Loger Lucie a.

.utrltne Marin*. Hv»r** (V*o, Inl. S.
>iaa..oa Henri, caporal, Uoruaaus, 1*1. 141.
..a Jnan-Marle, Carcaatoas*. Ia(. lit.
sblly tugooe. Aailbee i Al ces-Mari Umesi. lui.
lupetit Ifu-gene, Tout [Maurlbe-ci-MoHUel. la
idelenat Henri, serpent. Cotée <Nlevre|. tel.

il En., ctf .-loor., Ceaae (NhWret, la

Uifaun ilaroal.
Uiooureae Louis,
Klllel Era**t, aergeot,
ilillet Louli.
Montagne» Léon,
asontmela» Martel.
Mot*» Ateerv

1

Paquler Gtorfee, — —*

P*rl»*,»dr*, — -

Pawleloup Lucien. — —

pasrr Éaaata, — — _jjf

Paiorsau Camille, — —

PacilDhir Alfrta, — — ' "'" *

Paupni Knils, — - ■

Paulet Olivier, Clafmoai-»'arr*a»l iPoj^e-noase). ia*. »»•
l'an La I Alpheoee, Aatlbae lAJpse-Mansiraeel, lef. Ils.
PalleUer Qeorfaa, Coane S.trte . tuf. Si.

•.lEim

l'errlau Einlla, caporal,

l'errot Jules, Coin*. Inf. «i. 1
I-errlruslMsarlce, Costa, lef.
l'errecbol Aaloaln. Cetné, laf. St
PaUt Buiéaa, Coane, réf. S9.
PeUlpIed Plèvre, r-.., lai. M.
PMleoa Peat, Ceeee, *tf. s».
PlcBoe André, Caeae, tal. *>.
l'utoû Loeia, Cuaa*,1af. "s.
Picot Su(*ea, (Joea*. ta*. Si.
 
Annotationen