Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
HA»*TTB DBS AKDBNNB8

■ civilisation », en Usant surveiller cm Européens
par des Noirs. Il y a longtemps que le gouvernement
allemand avait connaissance de ces pratiques hon-
teuses et de la situation partifuliiïroinent «ruelle lait*
à cette catégoriel de priaonnUrs, tftDt civils que) mili-
taires. Il a plusieurs foi» protesté ~par notena^dlair»'
des ambassades amdricsica et espagnole. Le gouver-
nement lr»nrAla c'ayant pu cru devoir donner suite A
ces légitimes protMUtiona, la gouTsrneinent impérial
m Toit forcé de renoncer aux démarcces diplomatiques
pour user de tuâtes représailles.

Avant d'agir ainsi, il a ouvert ses dossiers, où se
sont amassées les preuves authentiques, lettres et récits
de témoins, afin de permettre a l'opinion allemande et
i ta conscience universelle de se former un Jugement
sur les pratiques du gouvernement français. Nous
mettons aujourd'hui bous les yeux de nos lecteurs une
première série de ces documents choisis parmi tant
d'autres. Il est a remarquer que, vu la sévérité de la
censure, les témoignages vraiment complets ont de la '
peine à parvenir jusqu'en Allemagne. Ceux que nous
avons sous les yeux n'eu sont quo plus éloquents :

Un ingénieur ta cbel allemand écrit à 1* date du
15 aotembra 191* i ,

• Voilà sept semaines que Je végète en captivité, en
pleine Afrique française btgutn\ll* et -■"■■» t» ■'■■»■' j»
sains une misérable vie île travail durai animant, sapè-
rent que bientôt viendra la déliiranoe... Comme celte
lettre eera lue atientlvemsot perdes étreogsra. Je ne puis
«oalbeoreuseroeal écrire davantage... Ce qui eat certain,
c'ait que ci toi ni mu cbert enlenle sa tue rscooDiltrles
dans l'ouvrier abruti, Toûté et déguenillé que je suis

Le même prisonnier écrit le 2 décembre 1914 :« A ma
grande douleur, je viens de nouveau d'entendre dire par

de quatre ï cinq mois. Mais, d'ici-]», je ferai certaine-
ment devenu (ou, si quelque autre maladie ne m'enlève
pas auparavant. La vie ici eat a tel point abrii tissas te et
destructive qu'un boums qui pente ne saurait la suppor-

loquei. Je n'ai presque plus de quoi couvrir ma nudité.
J'ai enveloppé mes pieds de caillons. L'impossib:!i!é de
me laver convenablement a eu comme conséquence des
maladies de peau dégoûtante■. Le jour, noua avons
50 degrés de chaleur et la nuit la bise est lroido. En dor-
mant par terre, Je me suis attiré une mauvaise toux. J'ai
passé par des épreuves horribles... u

D'une lettre dalée du H lévrier 1915 : « Noua iou9roos
tous terriblement. On nom maltraite comme dn criminels,
en noul Pal ef nt nom donne pu à manger. Si cela dure
encore longtemps, nous périrons tons. Nou» tommes teui
malades ; rrou d'entre nom tant déjd morti. Se pouvei-
voui rien pour notre délivrance? Mail la tempe presse...a

D'une lettre d'un ojîcirr, dalée du £t Janvier 1913 :
n La route jusqu'ici, que nous avons du taire, pour la
plue grande partie, a pied, était très pénible... Celte
capnnfé ul ifmtblt, nous en iDmmea tous proiondément
accablés... J'ai des souliera et des vêtements absolument

déchirés... >

tel*»

!• la si

■iprirr

liçuu vague et vuiléa. (l'autre* prisonnier», en
relativement satisfaits de leur sort, alHruient a
-taDOS que beauroup de leurs compilions ne p
Sa dire autant, et ceux-là aurloul, qui ont été tr-nipopia-»
plus! l'interiuurdu payai

Curieux a noter tit le caa d'un missionnaire, qui est
parvenu! tromper adroitement la vigilance de la ceuaure,
en renvoyant celui a qai il écrivait a certains versets de
la Bible, éa mourant le» souflrenoes de Jérémie. -

Une dame allemande, qui lut égalemant prison
nlère, décrit d'une façon particulièrement détaillée les
souflrances de ses compatriotes. Sur le bateau qui 1rs
conduisit au lieu de leur caplmlé (au Dahomey), olle.-
rencontra un haut fonctionnaire allemand qui était traité
avec une durelé particulière. On ne lui donna pas d'eau
pendant deux jours et ni couteau ni fourchette pour
manger.., La nourriture se faisait de jour en jour plus
mauvaise et finit par n'être presque plua mangeable. On
y trouvait même de la vermine. Il y avait.a bord uq

n'ai-aient qu'à (ouvrir »... De la cote, les prisonnière
durent faire le trajet vers l'intérieur .. pied, i raison de
30 kilomètres par jour. Une grande partie des hommes
faiblissaient. C'en était trop pour des Européens; au point
que les Nuira eux-mêmes en avaient assez ; loi officiers
traça:*, eui. ae taisaient porter en hamac. Plusi
prisonniers tombèrent ru al rte* 1 la tuile du Isirgu
dm fmtn eut iMwrntt en route. La dame, dont i
résumons le rérit, sut plus tard i.

patrioif t'aient occupe* a coottruire de* rouies, piedf-
nas et presque privés de tout vélemeot... Elle eppril
encore qu'il j avait 3u0 Allemand* du Camerouo a A....

la surveillance de soldais noirs. Ils travaillaient dans 1*
plus grande chaleur, habitaient des buttes en paille et
dormaient sur des natlea. sans moumiq uaire. Un français
aurait avoué qu'on les traitait comme des prisonniers
noirs... A..., un prisonnier blessé dut passer la nuit avec
les jambes liées au dessus des genoux...

Le lait que des Allemands son! employés à construire"
des routes an Dahomey, est d'ailleurs confirmé par un
télégramme parvenu à l'ambassade de Madrid, lequel
ajoute que « ces prisonniers manquent de vêtements, de
Quatre aont morts, bssucoup sont

|a.iBuesjj

lalades

un,»

i pris*

alleu
r a la

i Dabc

jurrtiliancr dt Noirt.

La lettre d'un autre captil nous apprend que celui-ci
passa avec ses compagnons d'Infortune, sur le navire'
français qui le* [remportait, vinRt-quatre heures enlermé
dam un réduit torrlde et sans air, jusqu'à ce que leurs
yeux enflèrent et que leur peau te pela......

Mais rien n'approche en horreur le récit de ce fonc-
tionnaire qui Écrit: a Non loiûdemoi un miuionnairt a et*
hacht à mort par dei nig'ci anoiotihilu, qui décorèrent un
lom-aficicr allemand ar« quatre ,otdatt indijinc». u

Un détachement allemand a d'ailleurs surpris quel-
ques-uns de ces mimes n alliés u de l'Angleterre en train
de préparer de la chair humaine et de ronger des os
d'Européens !...-. \A sutarej.

LA GUERRE ITALIENNE

journal netiement favorable a la Quadrupls-Entenl* et
qui ne tairait doue lire suspecté de partialité.

Dans son numéro du 9 Juin, le s Javnat 4* GnUse » a

publié un article intitulé « Les événements de Milan o,
auquel nous empruntons les piitiges auivanta :

Sur les tumulte» de Milan dins les Journées du 26 su 31
mal dernier, les Journaux milanais Isa moins du* Isun

Ulna el le général
avaient 4btn donné
9 jour* aux leppitli (a pacte»), at-

pago dîna l'histoire de la grande el
ibtrd* ; mili elle doit être relata*,
or le désarroi, l*a ruine* at le* dé-
it dtns une grande ville, *1 pour
it les autorités osaient d'être vlgl-

quelques haï

ismt et tiip\\ltqt.

Mais ce qui eat pis eoc,
l'avance, c'est le fait que

n premier détordre,

it qui démontre le plan établi
salent directement aux eppar-

irabiniera, on nt tatt pain par tm-
rrçus, aitutaunl immobitae 1 celle

appartements

ait eal qu'environ GO fabriques
ont été saccagés, pillés, dévastés en piein jour, wnu que
let fonctionnaire* assistaient au spectscle les bru croisés.

La samedi 20 mal. le Corriere délia Sera annonçât qu'on
marchait ixrt le rttublietemen! de l'ordre el ajoutai! : . Tout
ce qui est arrivé doit apprendre t ceux qui ont proooqut et en-

vent commettre; elle doit apprendre que la foule eat un
- sàyasâTtardl've ! ° « P'« P«* "ir.n *in< gui

Les « Baster flaehrichttn a mandent de Chlatso i
date du 10 juin : n Une circulaire confidentiel]* du bun
ds presse du Ministère de l'intérieur Italien prescrit ■
journaux de ne pat donner de titres exagérés a le
défendu de publier dea noms

officiels:.

La rigue
faitune prei

K :iLTur

.tpa*3L

ne dans le pays. L'orgai
courage de son opinion » été supprime. Une dépécbi

:e Journal.

La troltMmt semaine d* la guerre amtro-lullenna taf'sj
ota d'avoir apporté anx Italtsat Tes lauriers qu'lia t'éuient
léja «mphatlqusaient distribués an préalable, l'n loo»
apport of&oiel qa* 1' s A tenHc > ffa>u ■ publl* a la data 1
lu i;s Juin *u.- les faits de goerrads* pr* ml «ravinât loan 1
'-—irai, U vlgilam»,
troupas. Ce rajl ' ■

1'organliatlon et l'hérolame de toute
port et t toutefois en contradiction ai
que I* généraliiiln* Cadorma avait publié jusqu'ici. Deàâ
sucun de ce* rapport* Il n'a été avoué que let Italiinioal
tubi d« perles considérables; ils prétendent au conir*if,
que le* pênes n'étalent que minime*. Or, voici trait su
»ubitement question d1 . atuquet à la baïonnette tt dé
oorsbate de Iront, •ipctéa au feu d'artlll.He «t de.
mltraUlesses, dam'lsaquel* offleiar. *t toldaU as sont
battu* héroïquement en faisant d'enermei *acrlflset »(

Cela correspond à peu pré* a c* qu'on mandait l*au,
jour du Quartier de la Preste dea armée* autrichien»*».

■ Des Ctntsine» d* cadavres italiens «ouvrait lu
penlea du Krn *t n'ont pjr* encore pn étraenlarra* sa
raison du feu violenL Le gouvernement Italien tait hJid
meut loulet les perte*, attendu qu'il ne ptut Juatlflir Mr
aucun succès notable le chiffra relativement conildératla
de tués et d* bleist*. o

Ls oommunlqué Italien se termine par un appel I !*
population, en lui conseillant de ne pas h btrar a.
espoir* exagérés : la guerre sers longBS at pénible.

Il va (te soi que pareilles publications ribaiaaercat
également le diapaton des espoirs dea nouveaux Ain,,
de l'Italie, et cela d'auUnl plus que le a C'tnrtern stil*
S'tra u vient de publier, avec l'autorisation de la csnanra,
un démenti aux nouvelles de l'étranger, prétendant qu
le front Irtnçai» serait renforcé par ds» troupeeltalleansa.
Ce démenti termine en disant que les Italien* eoinbattreii
an première ligna poar leur* propres tnlérélx.

Communiqué officiel autrichien du 13 Juin :
A l'tsoauo, surtout près de Plawa, il j eut ces dau
derniers jours dea combats plua tériaua. La Isatatlia,
(ntrepriaela U juin 'par la brigade de Rsranne aa vue
de gagner let hauteurs de la riva Lst, a* larmlaa parla
retraits de l'ennemi. Hitr matin lu Ilaliaot franchirsot
de nouveau le fleuve. Apres ds violants combats, ne*
troupe* réuxireot a rejeter l'ennemi, qui amenait con-
tinuellement de nouveaux renforts, et d» asalntanlr soli-
dement leur* propres poaitlena, devant lesqaaUea gkeat
environ aOeiisfians morts. A la frontière dt la Cariolhii
al du Tjrol lee oombata d'artlUaria continuent.

HOUVELLES DIVERSES

Belgee et Français.

Les journaux de la Quadruple-Entente ont rempli ds*
pages sur la Belgique ■ violée, dévastée, torturée t, que
sais Je encore I Mais les nouvelle* concernant le traitement
des Belges réfugiés en pays alliés parlent un lunt autrt
langage. La o d'oielle • a déjà publié i plusieurs reprit**
de* nouvelles d'Angleterre, où on traite cet Belge* plu
ou moins en « Indésirables a. En France, c'est 1 peu prêt
la même chose. Cela ne l'Imprime pat, bien entendu, 1

i

L'expérience a maintes toi» démontré combien les soldats trançais tombant en captivité allemande se trouvaient, les premiers instants du moins, sous l'influence des terri San tes suggestions dé leur,
cheht qui leur avaient tait accroire que les Allemands [maltraitaient leurs prisonniers lorsqu'ils ne les fusillaient pas.

' Il suffit, pour juger ces sottes calomnies, do rappeler que S5B.O0O prisonniers français se trouvent actuellement, sains et sauts, en Allemagne où ils sont traités en adversaires ayant lait leur
devoir, tout comme les soldats allemands font le leur. Les Allemands traitent les prisonniers français comme ils désirent voir traiter les leurs en France. D'innombrables lettres de prisonniers démontrent qu
les adldats français sont plus heureux en captivité allemande qu'il» n'eussent jamais orté l'espérer.

La • Gaieite de* Àrdennu ■ a entrepris la publication successive des noms de ces prisonniers, persuadée de remplir ainsi, vis-à-vis de ceux-ci et de leurs familles, un devoir humanitaire négligé pu la
gouvernement trançais.

C'est avec une légitime satisfactisn que la « Gazette » constate l'intérêt croissant que ses Listes de Prisonniers trouvent auprès de la population française. Les nombreux témoignages de gratitude qui lui
parviennent prouvent que cette publication a déjà contribué à dissiper bien des angoisses et à atténuer bien des séparations. ■

LISTE N* 24 CONTENANT 5,600 NOMS

it)i,.« su t.'.t. il™ groupas daaigxiiexit Isa

La total dea noms pnbliâs jnsqa'aajoard'hiil se monte à environ 120.1300. -

Reste à pnblier environ 128,800 noms

GROSSKAROL1NENFELD

La Que* Victor, **rg.-msJor, Ure*t ir'lui itère), Int. col. 1
Oiat Louli, s argent-marinier, Paris, net. d'int. 15.
Oiler Léon, «ergoni-lourrler, Urest, In . col. 2.
Ballon Jean, caporal, Oou«uo (Finistère), loi. col. 2.
Admsin Auguste, St-Sâbsstien {Lolre-Ini.), Inf. col. i.
Albert René, VonIJlée-les-Uirals iVeodée), Int. col. î.
Aman Auguste, Mouiller i Basses-Alpes), lnf. SI.
ÀTinain Beaonlo, Cherbourg, Inf. col. t.
Baradun François, La Limoualalon i.Vendéel, loi. col, ï.
Barth*}u Marcellin, Angles IVendis), inf. col. 1.
Bâtard Auiuite, Remouillé (Lolre-InfO.). Inl. col. !.
Beanchet Maurice, L t roche- *• Von (Vendée), inf. col, î.
Bssudclu Jeaa-Léûa. Fouaaals (Vondfe), lui. col. 1.
Beaudré Fraecoli, Gulinlllot |ticlaiorel, luf. col. I.
Bécam Kraocoi*, fleyber-Ctirlst i Finistère), inf. col. 2.
Belaud Eugène, Uouchamps (Vanuée). Int. col. 1.
Banisrd Gabriel, Qulmner (PlnlttCre), lot. soi. 1.
8*ra*rd Jean-Mtrle, Punt-l'Àbb* (Flniat*re|, Int. col. !.
Bernard Pierre, Poirier IVend(o), Inf. col. I,
Bernler René, Herbiers (Vendée), tnt. col. î.
Bortbouloui Jesn-Marle, TroSec (FlDlstére), lui. col. S.
Berlin Auguste, Clloo iLoire-Inf.), tut. col. 1.
Betnlor Léon, V*J (Lolre-lnl.). laf. col. 2.
Bevan Jeao-Lonla, loguintel iMorblhan), loi. col. 1.
Bibsrd Henri, Tablier (Vendée), lnf. col. 1.
Billion Maurice, St-Jean-de-Monl iVendés), lnf. col. 1.
Ulié Jean-liaptlsie, Dalx (Vendée), im. col. î.
llliat Joseph, Vemncesu (Vendée), inl. eol. I.
lilala r'nnï., St-Vincent-dovLaudcs (Lolre-luL), inf. col.
Blanchard Joseph, Fruuasay iLoIro-tni.), Inl. col. 2.
Bobalard Pierre, TrellUtra (Lolre-lnl.), lnf. eol. i.
Bolsrlvsin Louis, Orvault (Lolro-lnj.). la-, ool. î.
Botagarnier Emile, Vulalns (Scine-et-Marao), Inl. «6.
Bonhommeau François, Palnbmui (Lolre-lnl.), lnf. col. 2.
Uonnln Lee-Baptleio, Pollerln (Lolro-lnl.), inf. eol. î.
Bonnstu Rond, Bcrk (Loire-InL), hif, col.
Bo»**rd Kirth., St-Florout-dea-Boil (Vendée), Inl. col.
Dot**rd Eugène, Trolie-Heptlere (Vendée), inl. col. t.
Boulard Francol», RlNX (Jlorbiban), lnf. col. ï.
Bonrget Victor, llirlc (Loire-lm.). Int. col. ï.
Bonrnigal P., St-PhlIbort-de-Grand-ltaoui (L.-l |, lof. cel
Brutdsc JoacQlm, Plumelln iJlorblb.au), Inf. col. 2.
Brioaud Léon, Vaj iLotre-lnlérieurei, Inl. col 1.
Borel Guillaume, Wuyevet (Finistère], im. col. 11.
Boraau Jnan-l!*pUiis, Maladon iLolro-lnuirlonre), lnf. lia.
Caudal Auguate, Rademo (Morbihan), lnf. col. 2.
Ctasler Jean, Oliora-Cual (Rbénè), lnf. 111.

Cbanluua Prosper, Tdnlté-Portboèt (Morbihan), Int. col. 2.

Chaprou Ronrl. Les Foragaa (Morhlhan|, lnf. ool. 2.

Chariot François, Gulllac (Morbihanl, Int. ool. !.

CtuuDiercpl Jein-HtpUtte, Ménéae |Uorblhan|, inf. col. 1.

Chevalier Joser h, Mouron (Uoibiban), lnf. col. 3.

Olnach Jeap-Maiie. St-SÊvo (Fmislère), Inl. eol. 2.

Cloacb Martin, Sl.Martin-drs-Cbamps(FlntstÈre), inf. col. 1.

C!6dlc rtislpnl». Lan s on et i Morbihan), Inl. col. I.

Clodlc Gabriel, Si-Grsvé (Morbihanl, Inr. col. î.

Colc Hervé. Cambnt [Finistère), lut. col. 2.

Oolltaui Jeao-Marls. Uuer* (Morhibao), lnf. ool. î.

Cralgoou Fraocola, lIo-de-Dalt (FlolatSro), inf. col. 2.

Crojenotc Yves, OulmHliau (Finlsièrrj, laf. col. 2.

Curru Paul, Ploujévédé (Finistère), laf, col. S.

Dtuiélcu Vincent, I'iescat (Morbihan), loi. col. 2.

Dautreisangle Baplisto, St-Boonet-le-Froid (Mte-L.), lnf. 105.

Dano Louis, Cort-Bugst iMurbihan). inl. col. 2.

DlvorrAa Gabriel-Henri. BtSSl (Flûktère), lnf, col. ï.

Doûil Léon. Montardon (Basir^-Pyrènée!). inf. Î83.

Luvil Jean-Marie. St-Sarvan iMotblban), lnf. col. 2.

Duarre Anlolno, Vllleibiinne (Hbooei. Inf. ht.

Dunlac Joaopb, PraU-de-Mollo (l'vr.-Urlen. |, Int. 81.

.mie M...i

si tFlDl

•(Aréèchel.chaJi.iilp. U.
Qseujat Loan*, Brp&i (Finiatèfroi. Int. col. 2.
Oa.utbur Vlacent. Plumorc.t (Morbihan). Int. ool. 2.
Gaulrtnd Hcari, Margnagos-do-la-1'our (Avuyron), ebaa. alp. G.
OUlet Tvos. Bi-Poi-d.-L,un (Flalalère), Inl. col. ï.
Ulraai Manu., L* CSapeUerSIrUstUn (Ardècho), Inl. Ul.
Gotrnlsson Guillaume. Ploumèour-Miinei (Fiant.) lnf. coL 2.
Ooubm Joan, Faouot (Morbihan), Inf, col. ï.
Guépuun Pierre, Breat IFIalttère). Inl. col. 2.
Guichaou«l Louis, Pouldreilo (Finistère}, Inl. col. 2.
GuilievlQ Jea«. Malndon (Morbihan),ici. eol. ï.
Gulllou François, Ploudlry(Finistère), lnf. col. ï.

onvarch Joseph, tituguidlc (Jlorb
a Luui., Graudchauip (Murblhau),

JafTrtii J, an, liront (Fmuièroi, im eol. 2.
leoflroyo Join, Chii>ol.<:ar ,t iJlotbihan), ml. col.
Joocourl Victor. Uouzcc cap KOiup (FlnlatCro|, in
Jouan Jcan-Louia, Kurgrilt lUoibllitii), luf. col. :
Kénbln Yïear, Floganned (Finistère), inl. ool. 2.

Uftvtl Fnnt, PaullïBti iFinlsien), lui. coi. 2.

Kerno* Fra

Crolj (Finistère), la
I Jean, Plomelio (Finistère), Inf. col.
lia Claude, Plongaatel (Flalalère), lui
In Jrnn, Marlgay (Allier), Ici. !(S.
Laberou Smlle-Aug-., Pau (Ba*ses-Pjrr*oéesi,

l, Pion

t-lloe

i (Fluiitère), inf. ool. i

nao (Finistère), inf. c

LigaJec Jet

i-K.jédtr.

i, Locn

(Finistère), inf. i

Le iiilsurec Victor, Jemm*pes (Belgique), Inl. col, ï.
Le liouaron Guillaume, Lcemtlo (Morbihan), lnf. col. t.
Le liojce Pierre, Foueanant (Finistère), lnf. col. t.
Le i>ut.*l Pierre. Guldel (Morbihan), lnf.ool. î.
La Francoii, GuiscrlH (Morbihan), Inf. col. 2.
Le Gall Jean-Marie, Beuteo (Finistère), lnf. col. ï.
Le Gall Joan-Marle-Auguate, Hl-8auveur (FinlsL), lof. col. 2.
Le Grève* Pierre-M s rie. Heuntb-jnt (Uorblban), lnf. ool. î.
Lo lier Yves-Marie. Salnt-Vogn* IFlniatère), im. ool. 1.
Le Jourt Auguate, Plougouvelln (Finl»t*re|, laf. col. ï.
l,o Mer Jean-Mario. Saiatf-Tbe«eenaoe (Fmlnûre), lui. col. 2.
Lo Nain Edm"nd. Lartigoy (Somme), lnf. coi. î.
Lo Nsour Yvos, Scaér (Finistère!, IM. col. 2.
Le Nèiei Pierre, Bel» (Morbihan), Int. col. 2, .
Léon Edmond, tlulngamp |CotS*,*a HBld), luf. ool. 2.
Le Palmée Joachlut, Baud (Morbihan), lnf. eol. 1.
Lo Strat Jean-Pierre, Aenlère. (aeins), lui. ool. î.
Le blauo Jeao-l'ierre, Salnt-Uadou (Finistère), Inf. col. 2.
Lo Terreau TorcuUa. Loctudy (Halèterai 'nf. col. I.
Lo Tonlor Loui*. r»rls, Int. eol. I.
Le Tonne Joseph, lngulnlel (Morbihan), Inl. col. 2.
L Haridun Mathieu, llraapart (Finistère), lui. col. ï.

I nhoi

3, Pluvigné (Morbi
}, Plouay (Slorbiha:

r. coi. i.

çat (Fluiitère), il
dre. Lanoé (Morbihan), Int. ool.
ilnt-SIgal (Fmlstère), ta', ool. 2.

n r'reifîoTi, Ouerleiquln

Flnlaier«i. lof. ool. t.
i«b.ulb (FmiRart), LU, sol. 2.

Morlu Yrei, Balrorbei (Flnlatère), inf. ool. t.
Narrer Jean, Loménolé IFlniatère), lof. eef. t.
Nicola* Pierre. Plovaa iFInnUre), lnf. cal. t.
Ouït r F'rançoie, Salat-Tbegonnec {FlnitUre), ta/, soi. 1.
Paga Alfred, Saint-Barthélémy ILol-el-Oarosne), lnf !0.
Peuneo Pierre-Marie, Locmélar (Fmlllèrr), mf. eol. I.
Perrettl Palottro. Aspremont (AJpet-Marlmnoa), taf. 113.
i Joeeph, Mèlao (Flnlatèrt). Inf. col. t.

Péron Lou

lulgoot Ilenr

Pleumenrlt (Fin II

aoy (Douba), lnf. 1

ool.t

h-Marle, Leoou*

i Htii

.Mord),

i. Ml. t-

_____uldergai [Fini.1ère), Im. eol. t.

Puullqnen J.an-Mirn, Pleyber-Chrisi (Ftniaténl. IsL eoLl

Prisent René, Poubdargat (Flnlatèr*), tal. ool. 2.
Pronaat Efdarn, Tréflas (Fmltlèrs). lof. ool. î.
Poulhsun Joseph, Plouhloee (Finistère), inf. col. T.
(juelneo Jean-Pierre, Peuté (Fielttère), Inr. ool. t.
Quélenneo Lonlt, Ploevara IFloistèn), loi. eol. I.
IJuéré François, Qulnipar (Fiaislèr*), mf, ool.î.
Querné Joseph, Inf. ool. 2.

Querneau Jo.epb. PonU'Abbé (Finistère), lof. col. 2.
QuiliTie Jeeo, Bsqulbm (Flelstèr*). inf. col. ï. -
(Juintla Frantol*. Vuae* <Mor' "

ne), laf. ool. 1
René Hervé, Lai (Flnialèra), tel. col. I.
Richard Joseph. Mélae (Finistère), Inl. col. ï.
Rlchou Jean, llauveo (Fmlatère), lnf. col. 2.
Rlou Torenlln, Qu.rrlen (Flnialèra), lnf. ool. !.
Ktaaj pierre. p|ub*nalev. (flnlstèr*), mi. ool. 2.
Robin Jean-Marie. Plougoutln (FinlalSr*), lnf. ool. 2.
Rolland Kngone. L* Mans (Sarlho), lui. 2.
Rolland Jo.epb-M.rlo, tiuitllgnlc (Morbihan), Inl. I.

t (Finistère), Inf. eol. t.

ic Jean-Fnnoolt, Plougourcn (Flnirtére), laf. <
lean-Hiri*. Bargole* I Vax), inf. 1*1.
François, Plouvom (Flnlatèr*), lof. eal. !.

8inquin Loui*, Bcaér (Fintolère). nu. eol. ï.
etéphan Jean. Pont-l'Ahbé (Flnlatère), tuf. ool. 1.
T rouillai Henri Muaay.aur.Dan (SaèBe-*t.Lolre),
Tonlhoat Jean-Loula, l-leyben (Flnlatère), lof. eol
V*n*l Haarl, BoIIob (V.uclu»), mf, Ul.
Vourch Plirr» 8alnt-0*rrt« IFtoHW»), iml.w*.
Yrehffo Tangny, I Ut/SSini ftUaSSW ml. 1
 
Annotationen