Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
10 Mars 1*1*

GAZETTE DES A R O E IM N E S

0* na comprennent pat I

Un journal allemand, la « Vosiische Zeitang » avant
ëcrtt : -
a I/erpérirmc de plm de cent mmbats nous a montré avec
quel extraordinaire conranr les fils de, France attaquent tou-
jours »,

un journal parisien elliroc tjuc « ces phrases ne sont pna
caltes de ffens ptcinunienr victorieux I h

La a Matin » prétend mfmc que, pour parler ninsi, il
faut avoir rrru imu raHéc I

Non*, m , -. ni i deiuu* longtemps que le* jmirnalittles pari-
siens loïit incapable* de reconnaître la vnleur ds l'ennemi.
La juile appréciation de r.idvcrsairo esl une des forces de
l'Allemagne \ laquelle celle-ci ne renoncera pas.

Una Toiz hollandaise.

Le journal hollandais v îict Vteuws van den Dag » écrit :

b Depuis la reprise de la lutte prè» de Verdun noua avons
reçu uns quantité da télégramme* do l'Agence [Taras, où
aHaisan affirmée* te ralrnc fermeté régnant à Paris et le* ter-
ri M «a perles rju'aaraKwt subies le* Allemands. U semblerait
donc presque — car nous sommet devenus sceptiques — qu»
la situatiofi pris de Verdun ne correspond pa* au désir» des
PntnçuKt. Ce sont toujours le* Allemands qui attaquent, et
■i le* télégramme» Haras, affirmant I» confiance dan* l'issue
da la lutte, signifient que celle-ci se terminera par une dé-
fait* allemande', non» ne soyons pas ta moindre raison d'ad-
mettre cela. Si le* Allemand* ne progressent pas, toujour»
e*t-îl qu'ils n'ont encore rien perdu de ce qu'ils avaient prii
la semaine dernière, h

M. sVteaa n'aurait il pa» dit la vèxiti I.

Le» journaux parisiens publient un tracé officiel de la
position franr-aiae prta de Douaumont. Il ressort de celte
esquisse que les troupe* niieniandes ne sont nullement enecr-
oiit* dont U fort de Douaumont, qui se trouve du côté nord
ait communication immédiat*. avec U front allemand.

Nous trouvons donc ici l'Aveu officiel, qu« I» déclara*
tte* Batte à Ut Cteunbr* do» Dapatés, le 2* février, par M.
Rriand était absohinumt inexact» et n'avait qu'un but :
conjurer la paniqua qui menaçait d'éclater à Paria.

Le ïJeutemant>colonel D riant

Nous avons défi signalé (a disparition, lors de» combat*
au noed de Verdun, da lieutenant-colonel Drisnt, député
nationaliste ds> « Mturttia-oi-MosclIe ». Si le* dernière» in-
fonaaUiena sont exactes, il aurai* été trouvé la tempe percée
d'une balte

Patriote, il la fut, voira même- d'un nationalisme
extreine. Gendre du général Boulangée, il fut usa ferrent
partisan de la <i revanche ». Dans les années quatre-vingt,
il tigna'dc son pseudonyme « Capitaine Panril u sa f a-
meusa série de romans militaire* a La Gaeree de demain »,
apothéose ^ïes armes et de la vaillance françaises. N'est-il
pas singulier, ta hasard qui voulut qoe cet offteiar tombât
sur cette même ligne de défense de Verdira, où se pusse
i'action du premier voinma de son roman de guerre ?

Patriote intransigeant, conteur a llmagination vire, 1»
Keutenantcolonet Driant n'était cependant pa» un eaprit
aveugle, un de oeux qui haïssent et méprisent l'ennemi
sans le connaître

Adversaire da l'Allemagne, il roohit connaît*» celle-ci.
En 1906, il alla assister, comme eurrespondant da
I' n EcJaiV %, aux grandes manceurres impériale» aitewandc*.

Ce qu'il rapporta de ce voyage d'étude, fut un» vu.ion
lue» nette de la puissance militai»* allemande. Geste vision,
sombra pr-ssenfiiïicnt dV son patriotisme- rnrrutet, H l'a

exprimée drffu un livre iiililnlé a Vers un noumiu Sedan ».

11 y dit les craintes que lui inspjre lu aunécioritc ulle-
mande et .son upprihfnuun de voir ta France enliviiw (tan*
une guerre par la désastreuse politique de l'entente angtos
français?, inaugurée par Edouard VU et accueillie nvee
empressement par les gouvcrnnnU -frniitai» Cette gtlrTrfl
qu'il voyait venir lui nppnmi.saail comme une guerre mnl*
heureuj ; il pressentait lu défaite comme en 1870.

La première partie des prévisions du licuLeiuiiit-collmcl
Drifnt s'est accomplie. La fune»re politique de l'entente
anli-nllemande a jeté la France dan» la guoire fatal".

A rencontre do certain* antres, plus fanfarons que lui,
qui abritent leur pfUnolisniR dan* quelque ptudent»
n ombiucndc n, l'ancien capitaine Durait vient de mourir en
soldat. Si le politicien Dnunt eut nou\enl, dans su proj»»*
gnndf clthiirino et revancharde, des allures rappelant l'on
Quichotte, nous ne voulons voir aujourd'hui, dans le ROldit
tombé au bois de Caures que I'offieicr brave, moit comm*
mouraient le* chevaliers.

U GUERRE NAVALE ET AÉlilCWE

Le» pertes des marine» ennemies.
Dans un livre récemment puni, du docteur Tcrclte-Millier
»e trouve un tableau des (ioii*rwu;c de guerre ennemis per-
du» jusqu'au 31 janvier 1010. En voici le réaamé : Ont perdu :

l'Angleterre....... 83 vaisseaux (387.3*3 tonnes)

la France,......... 10 vaisseaux (31.720 tonnée)

l'itahc............. 14 vaisseaux (W.WW tonnes)

le Japon........... 4, vaisseaux (4.C10 lonnes)

la Hiusis......... 13 vaisseauv (27.2?& tonnes)

Total......133~VM8seaux"T*ft" 86ft tonnes).

Bien entondo, il s'agit Ici de vaisseaux ds guerre ; U
toanage des inDombrnbtes navires marchtmda ne figure- pas-
•ur ce tebteau. Au commencement d« 1« guerre le ton no g»
total de la marine de guerre allemande s'élevait à1
1,019,*17 tonnes ; les pertes ennemies représentent donc
preague In moitié de ce tonnage !

Dirigeable» allemand* en Angleterre.

Berlin, ti mata l(Mu (Officiel).
Uuo partie ds nos dirigeables de marine a je Là, rb»n* lé'
nuit du 5 au G mars, de nombreuse» bombes dur 1* point
d'appui naval da Htul (sur le Ilumber) et lo-i dock? qui s'y
trouvent. On a pu observer de bons résultats. Las (Urtgeablea
furent canonnes violemment, mais sans sacce» ; ila sont tous
rentrés.

Un aveu imprudent,

A la sénnee annuelle de la Chombre de navigation,
Sir Wallor Runciman, un des plus grands armateurs anr
glais, a lSche l'aveu que si le gouverne rut rit réquisitionnatt
encore une ùemi-douzaine de navires, les frets monteraient
encore de 50 n, c

m Non» sommes, dlt-11, peut-être sans nous en apercevoir,
à la veille d'une grande catastrophe financière. Je voudrais
bien faire comprendre au public combien grand est ce lan-
ger, puisque nous ns sommes pas k m Ci rie de constrnira-
rapidâment le nombre suffisant de navires. »

La président jugeant ces confidence» trop alarmistes^
Interrompit i orateur en disant qu'il n'y avait pa» de raison
pour craindre une catastrophe nationale, mais rjua toutes
les p&coles d'un personnage de l'importance de M, Rimcimn»
aéraient rapportées a rorniemi.

Le président parle de l'ennemi, en réalité il craint
l'influence desostreaso do telles révélations sur les AIHét,
qui s'épuisent on payant le» formidables frets exigés par
rAagleterre.

NOUVELLES DIVERSES

La cenawft protégeant les députés.

Dan* la nuit du 19 au ?o février, le ministre de la guerre
a téléphoné nur vingt génératui rommandants de région une
craigne h interdisant de ttàtêtf passer dans les journauK
toute attaque systématique contre te Parlement on ayant pour
objet de tourner en ridicule les députés ou de porter atteinte
a la dujnilé du régime parlementaire ».

Les généraux ont télégraphié cette consigne aux préfets
et sous-préfets, qui ont prévenu Ira censeurs.

Celte mesure du gouvernement c*t dirigée contre la vio-
lente campagne antiparlementaire que mène depuis quelque
temps une partie de U presse française"T« Echo de Pan> »,
« Figaro n, n Action Française », etc.).

Une erplosion formidable à St-Denis.

Une explosion violante s'est produite, le i mars à
0 heure* a6 exactement, dans la courtine droite de la
poudrière dLi.il do la Double-Ooiminne, située nu nord de
■Saint-Denis, (Un* lo prolongement de la rue de l'.ms, à
l'angle des routes de Goncsie, de PierreBlte et d'Epinay. La
détonation, formidable, n été entendue dans tout Paris,
jusqu'il Montrougc et li Vaugimrd.

Le nomhre des rictimea est malheureusement élevé ; on
rornptnit, h deux heures de l'après-midi, quarante-cinq
morts ot deux cent soixante blessés Les recherches ont été
retardées du fait que l'explosion ayant déterminé plusieurs
points d'mcendie, on a pu craindre pour l'aile gauche de ls
poudrerie, autour de laquelle des barrages rigoureux ont été
établis. Qatce aux ordres d'évacuation donnés et aux mesures
prises, le nombrc'des victimes est du moins limité à la pre-
mière explosion.

Le « Temp» n auquel nous empruntons ce rapport, ajouta
encore quelques détails :

n Des paeasnt», des voiturier* qui se trouvaient dans la
sone de l'explosion ont été tué* sur le coup ; une voiture da
livraison d'un grand magasin gît, renversée ; la cheval » eu
le* jambes coupées et le conducteur est tombé sous le véhi-
cule qttï l'» broyé-, Un taxlauto qui pessait assez loin a eu se»
roue* tordue*. Un tramway contenant 3a voyageurs a été
renversé ; I» plupart de ce* voyageurs ont été blft*és plus
ou moin* grièvement, n

D'apre» le» dernier» renseignements, foutes les vîclime»
n'ont encore pu être retirées, de sorte que le» chiffres que
nous avons donnés augmenteront sans doute encore.

D'après un communiqua officiel, l'ouvrage qui a sauté'
est ls partie droit* en sortant da Pari» de la Doublc-Cotironna
à Saint-Denis.

Détail significatif : Lo u Matin » qui, paratt-il, a voulu
donner le* premiers détails, « pnblîe » de gronda tache*
blanches, et dans le titre de l'article mutilé par la Censura
90 Ut : ait y a........mort» el bletsét. »

Qiielîe drôle de manière de renseigner le peuple français 1

Une Université populaire dan» un camp "de prisonnier»
français ea Allemagne.

Sous ce titre, I' « Action Française n publie une lettre,
qu'un nrisonnier français a adressé à M, Dimier, pour lui
demander de* livrée. Noua en extrayons le» détails entrant* :

<c En raison de l'Inaction forcée des blessés et de la ren-
trée an camp d'un certain nombre de camarades, il s'est

formé bu camp de----un*Université populaire, dont le Eut

cat l'iiMtrtrctioD pbysiquo et morale dît no» compatriotes ;
pour certain*, ls continuation da leur» étudos, pour d'autres
l'Initiation aux rudiment» de leur langue. Un corps profes-
soral composé de toutes te» bonne» volonté* a élaboré un
programme et depuis lin décembre, l'Université fonctionne
avec succès. Nous comptons dan* les corps administratif et
professoral, dont je fais partie, un certain nombre de nos

u L'enseignement donné ici comprend différentes bran-
ches : cour* d'illettrés, de français, d'arithmétique, d'algè-
bre-géométrie, comptabilité, publicité, droit commercial,
histoire, géographie, histoire ancienne, chimie, chimie
agricole, agncultuas, arboriculture, pratique de travaux,
ouvrage* d'art, harmonie, solfège, sténographie Duployé et
Préroet-Del., dessin ioduatriol, mécanique, littérature, cul-
ture physique (gymnastique, boxe, escrima), cours de langue
anglaise, allemande, italienne, espagnole el russe, plus un
cours de français pouralcs Russes.

n Le comité-directeur est composé de doure membres. »

Nous félicitons ce* prisonniers qui savent chasser l'ennui
de cette manière heureuse. Le commandant du camp, nous
en sommes convaincus, fera tout son possible pour faciliter
sa tAche au comité-directeur.

Le» obsèques ds Mounet-Suily.

Paria, t mars 1910.

Les obsèques de Houncl-SuUy ont été célébrées vendredi
après-midi, au temple do l'Oratoire, au milieu d'une nom-
breuse affluence. Une délégation d'officiers de la garde répu-
blicaine rendait le* honneur? militaires. Le pasteur Wagner
a prononcé un discours et fait l'éloge funèbre. Le- frère et le
beau-fils du défunt conduisaient le deuil.

M. Emile Fabre au nom do la Comédie Française, M. Sil-
vain au nom des artistes de la Comédie Française, M. Bré-
mont au nom des associations dei urtistc* dramatiques,
M. Adolplie Brisson au nom des critiques dramatiques, ont
prononcé des discours. L'inhumallon a eu lieu au cimetière
Montparnasse

Un bombardement da — phrases.

Nous avons noté que fîaorirle rt'^nnunrio est blessé i
l'œil droit, Nous pouvons ajouter aujourd'hui que le poète
s'est attiré is blessure en sautant d» son aéroplane, lors de
l'atterrissage. Qu'importe I Tout blessé dictant-noua, a droit
à notre compassion. M. Maurice litrrit, lui, M connaît pas
celte pitié élémentaire, car 11 a immédiatement rédigé la dé-
pêcha suivante :

« Vos amis français s in quittent. Dtiês-nous nus rot deux yeux,
an. sertira dé oetre génie, eemUnuerant de puiser ries .mages dan* ,
la beauté du monda. La Barhmia strait trop heaesaaj dê détruire
un regard /aueur ds efMfs-d'osswe». Je vous embrasse, mon cher
et gtorieav ami, . liai de Cadoma.

u Noue uioone iei dans Vangotste da. la bataille de Verdun,
mais ta rue* altommnda ne parviendra pas a rompre I» Iront de
nos admirables soldai*, el plu* que pimais now aeone ta certi-
tude du eomptet triompha final de la oioitisation,

t Wee VItalie i Praternattement votre. »

MAliMCC BttAftS.

C'est presque une rr atrocité », de lnymbo.rdër ainsi un
pauvre malade I

Cntretemps l'état de santé de 'd'Annmizio parait s'être
sensiblement amélioré, car il a pu envoyer a Barre* la ré-
ponse suivante :

a Mon cher frere, que la lumière s'affaiblisse au s'éteigne, peu
importe aufOuraVIuU. Un combattant en vaut un autre, et te si rai
tris bien rtmplaeé. J'ai pu m'inelmer sue la figure sainte da h.rot
de Laubaeh, ■•uetques heures aeant d'entrer dame ma nuti. Mais
il faut que la lumière na s'éteign» ni ne s'affaiblisse dan* te monde,
menacé de ta plue vile obseutilé par ce* Barbares (!) qui déjà
trop de foi* ont tenu d'Interrompre ou de fausser Vttarmanie des
esprits et des formes inoentie par- notre race créatrice.

a Le sang français n'e*t uujorird nut oue de la tumtéra iaUUs-
eanla, et le ciment informa de Douaamont tel plein de dus idéaté
comme les blocs dit plu* beau tarbre dtoù sortent tet statues.

a Da ma dotitoureuea immobilité, tout» mon ûmo se tend vers
la b^tuîlie sublima. Nous voudrions tous combattre 0- 00s côte*
en cette heure de danger et de gloire suprêmes. Ne voue inquiétée
pas de mes yeux, mon (rirtt mais sauce, la aeaulé du monde,
pour les f!«ui /w»uceaia.

tf Vice In France I « Giantsz. d'Annunzio

m nsst ej tttt M groupts

LISTE W 122 CONTENANT 4QO NOMS

(Reproduction strictement interdite) 1

k ntt où sa tarai les prisonniers dont les noms suivent — Lo lofai des noms publiés ïnsqu"auiouni*iiul se monte à environ 240,850 — Restent â publier environ 70,150

Total des prisonniers français Internés en Allemagne ■ 311,000.

Les Jenftmsnte ftumamiatrei dont j'ttwpir* la pubiica-
stea, stem te kGas***rte* Antenne*», da» noma de*

31J,(MK) prisonnlwii français actuWIcment interné* en Aile-
magna, n'ont pas ùte approcuts pus tous avec te inéina équité.
Que non* Importe / Noc lectems ne pensent pat d» tném*
qu'an l* fati. da» ceriutnas rédaction* sur les boulevard»
parts*arts. Nous na laieacrvn* donc pa* troubler fmlnrte
conianternem atse non» éprouvons d'autrtr pa eoawnfcner d
crtrnar tes iruioeétuiic* do milliers do f&tmllca fronçasses,
portant tm rtiflon.de |ose dane te* foyers tetsec* dans la plus
douloutmtee mceHUtuLe par te gonvernauienl (tançait, en
leur. „'.•<•.•• •...* . *n batuu tufirucifo que teus [Ut était, sam et
■■ iuj, sa trouvant m cupctvifl allemande aussi heureux que
ie-psnaeUani les etreonsiances.

M AINZ

[OÎJUUr: Internes ces temps aermerf.)
Parent Robert, Maswdly ^et-L-t, ueui., t^oapa aviation 1.
Beaurain r i>è**ni» l'tun». Heu louant, infanterie 317.
Bout» l^toi'.uiund-Uaus, WuUtuU)» iNurd^ a-ksuL, iuf. 412.
Uoutry &uû\uitû, Laite [Nurd.i, lieulentiui» uil/ialurie 412.
Capron Ituior^I^iin, Cttuiarui tNurd), UeuU, intruitevio U2.
(iartl»l Laïus, MUtst l^etno^, lieutenucit, iuluatene 412.
J»bart Mac L'aas^ a^pinini, inteuteria tri.
Lacour l>i-l.. - iiv^il, fiordcuux iGu-uuùoj, cupu., infant. 130.
Titoiton i..'-..;-^Vatlier iDroiita), iiiltuttene 41L
Ausasrgé Andc'j-fiduioriûV Melun ^-«L-M.J, lumL, intenL 12fl.
Auiîuate Guvteve-^ttftÊnc, Le Havre (H--L)¥ lieui., intaaL 129.
Asnte JoaopU, Naroonne (Aude), lieuteuanl terris,, uif. &2.
Chéron Clwrles, L» Havre [ti--!-), aou^beuU intiuilen» 129.
Oau» PUerre. t;bavilte (iinu«e-cl-Owoi, lieuL, (nfaiitena 129.
CreUé ArtJ.u.- Jutea, faris, lieuteiunit, mfontena 12».
Pohriinbaf.il l'recra-b'élïx, ^ans, lieuteiutul, uiiuaterie $St.
ÏÏurnat hfrtlit. boudinr (Lut), uiptUuuc, infautone 12V.
Gourmelûit Nicalaii, iil-liAieuna (Loirej, soii*-iieut, inf. 129.
Lnciuu ^IlJ^é, t»anti, lieutenant, mtauleris 129.
Marchand fti>gt*r, IHaUer» (Vieunej, itutiteuaut, inJanL 274.
Robert E'Jou.ird-Cuuiito, Lais Urne* (S.-l.), lieui., infant. 129,
Sculfter Maa|Hia\ Nict [Alpaa-MiinUiiuts), lieut-, intant; 7.
Serré Marcel, Aji^orre (Yctoncj, lieuLeiunt, infanterie 129.
Tranelicpa.A S -it., Seegiietut ,.Scine-lnf.j, lieuL, inlanl. 129.

MUENST£K ' WESTF.

ManfM

Laiuuiuc Vi.îor, St-fv (Gars), chuofiuuu h p.ed 31.
Luionu AnU'ine, Neuvicq [Currèse), lufnutarie 'Mo.
Lwntenf» l'itntnfiti. Jaslli-u iteèr«), m tente ne W.
Lauicvre ; . .h^k*, ulaïuuit (^«iiioi, uiJiuiU'na iiOO.
Lauurlie loin, U«c*«iie--(Lurri*2i;(, iiifsularie 3u0.
Lary t'jjleaUn, Mouteu (Géra), uifauteri» 97.
Lutuur Maurice, Coiutiict (Vuutluùe), otut^isouiR iil.
- Lauboily }eiut, Citautboiilivc (Ujrrè/.e), intinilcriii JUO.
Luugfcr ttenué, 'lU-aktr (HhOutt), uUanteno i&fl.
Ltturemy L'terre, U.nay (Coldd Ur), iuteute*io lf7. I
LaureiiL Hraui, Aniia» iVimHe»), utfauteim 158» i
Laurent Feruand, atadUiy-liM-Vtynôrea (Vn«M«- i> "I.

Laurin Eugène, Ueaatuiy (Ain), ehasaenrs VA.

La Dali Alphonse, Floulzre (Côtcs-du-Nord), infanterie 156.
Lactereq Victor, Loe* (Nord), chasapuni »,
LeccBUChe Paul, Steenwerk (Nord), chasseurs L
Letevre Mauma, St-Martin-dea-Entrées tCalv.), mL 24,
Lefèvrc Jean, Hoi-lfia-Vntea (Seine-inL), infanlerie 28.
Leroux Mhert, Littry (Calvados), infanterie 24.
Laveque Alphonse, Rochesson (Vosges), chaaseurs 10.
Lignée Jo«eph, Ocgon- (Bouchea-uivithone), génie ti.
Magnand Alfred, Valenca (Rhône), infanterts lâa.
Maillard Emite, Paris, infauteiie 154.
Muingat Louis, Paris, aerg., chasacurs 31.
Moue Qitarlcs, Chancey (Ute-SaOnc), chasseurs 1.
Maniez Auguste, St-PuuUiur-Mcr, ciiasseuri 1.
Mandrin Joseph, Valrcaa (Vauc)usej, chasseurs 31.
Marcel Georges, Boueliaud (Ooedogne), chasseurs 1.
Maecon Jean, LateLlaudière (Loire), infanterie 158,
Mario Clerc, Moulûtes (Calvados), infanterie 24.
Marie Gabriel, Roucusnps (Calvados), infanterie 24.
Maroia Alfred, Lo Iluvic (Seine-InL), infanterie 24.
Marquant Emile, Paj'is, cliiis^surs 31.

Marquet François, St-Denys-des-Murs (IL-^enne), inf. 63..,

Martin Edouaid, Ljtju, adjudant, infanteiie ISS.

Martin Casimir, Ste-Jalle (Drûmo), infnnterie 158.

Martmic Pierre, Ginicl (CorrÈze), chasseurs 31.

Masson Marcel, Bourges (Cher), chasseurs L

Mathieu Joseph, Lahoitaetère (Vosges), chasseurs 31.

Maudeix Pierre, Ladinlae (Ht&-Vienne), infanterie 63.

Mefferte Georges, Rirey-Haut (Aube), serg , chasseurs 1,

Micaucl Louis, Montelaur (Drftme), infanterie 15».

Mlchon Albert, Paria, infantoiie 24.

Milleat Marius, Muntfirheu-Versieu (Isùre), Inf. 97.

Minet I.ouia, Boulogne {Pas-de-Calais), chasseurs 3t.

Mlnoret François, ChAtellernut (Vienne), genip 6

Mique! Paid, Carcae»onne (Aude), inrinterie 28.

Mollet Jeen-L^iuia, La Chanté (Nlovref, capontl, génie 11.

Moululesraut Aubin, Augi^nnc (Dordngno), infunt''-i 03.

Muntalescot Antoine, Ladignae (Hte-Vienne), mf ÎWW.

Moreuu Eugûiie, Moitllu^on (Allier), infanterie (t.

Mortal Ctloilea, Urtuaénil (Vosges), caporal, infanterie 15S.

Muaard Fernand, Pans, cha^soura 1.

Neahon Loute, Bert (Aliter), caporal, chasseurs 1,

Nidiot Etante, Parie, chasseurs III,

Nie! Alphonse, Maneiulte-sur-Rille (Eure), inf. 24.

Nieras Pierre, Meyiuuc (Corrèze), seifi-, infurUone .>0tt

Noôl Adolphe, La Croix-aux-Minea (Viwnes,, tnL 158.

OllcL Jean-Marie, Leuua^uiia (Hte-Garouaoi, chasseurs SI.

OUier Antoine, 9t-pQiil-en-Jiurea (Loire), adjudant, uif. 97.

Pagnon Gobi ici, St-Vneix (Hte-Vienne), infanterie 97.

Pâlies Alexandre, Paiis, uluissimi» 31.

Pascal Emile, Oran (Algérie), caporal, infantet le 24.

PauUmer Albort, Evreux (Eure), infuntriie 28

Pairot Claude, Lesaard-eti-J-Iroise (Sa^ne-et-L.), inf 158. -

Payre Liais, St-Etienne (Loire), chasseurs I.

Peignot liugùne, Azeuiable (Creuse), infanteiio 63.-

PntsssVin Icao, Yseu (Allier), infanterie 03

PWftltol Claude, Uurdignin (llte-Saonei, adjud., inf. 97,

Eterilteud Raoul, fluette (Charente), serg., < tnmseurs t,

l'ernel .le in-Marie, Çremleni [IsAroL infanterie 158.

Perret Auguste, Argis (Ain), tnfanterio 158.
Perner Ernest, Donvlbo (Eure^, iafanterre 74;

Perroud Jacques, yernères-eti-Chatitaigno (Savoie), i. 158.

Pervene Léonard, LXmoaac (Hte-Vienne), infanterie CI.

Pesscn Edouard, Viitelou>'<^outenger (Indre-et-L.), inf. 261.

pidict Jean, BourgrSt--Maurice (Savoie), mfanteno 97.

Plaindoux Emile. Viltedieu (Vaucluse^ intenterte 97,

Poudret Julien, Poitiers (Vicnae), adjudant, inf. 268.

Poulain Emile, Paris, infanterie 24.

Prcvost Lucien, Veulettes (Seine-Inf.). caporal, inf. 74.

Pulliat François, Villeurbanne (Rhône), chasseurs 1.

ltachcl Mariu3, MenlhonrSt-Bernard (Hte-Savote), inf. 97.

Uaiunignun Paul, Plan cou! aine (Creuse), infanterie G3,

lianoui1 Louis, Corgmocquc (Donlugne), génie 2.

Ravier Etienne, LydnT infanterie 158.

Redon Emilo, Paris, infantorie &S.

Rogné Marcel, Baerche (Corrèze), infanterie 63. •

Ranua Louis, Guéret (Creuse), infanterie 83.

Révérée Jcan-Bapt., St-EUcnue (Loire), infanterie 97.

Heymondy Pierre, Lagrueu (Ain), infanterie 158.

Reynuud Henri, Lamottc-d'Aveillan (laère), cap., Inf. 97.

Rigny Lucien, Thonons-Ies-Joinwlle (Hte-Marne), chass. 1.

Rivoud François, Vîllars (Charente), infanterie* 03.

Itfzio Joachim, St-Nazoire (Lorre-Inf.), génie 8,

Robert Joseph, St-Jean-de-Meuzols (Ardèehe), mf. 158.

Roche Lucien, St-Maur (Selne>, infanterie 74.

Rostaing Jean, Genay (Ain), infanterie 158.

Roussel Alphonse, Ventron (Vosges), chasseurs 3Î.

Rouillard Alfred, Kton (Menue), chasaeus» 1.

Roux Léonard, Coudât (Corrézc), infanterie ^OfX

Roux Jean, Mossoiay {Corrèze), caporal, Infanterie 300.

Ruet Maurice, Bxldeuil (Charente), infanterie 63.

Suilterd Caniflte, St-Marlin-des-Bois (L,-et-Cher). cliass. 81.

Saniy Louis, Villeurbanne (Rhône), cnporaL infanterie 63.

Sertor Louia, Hontpigny (Aube), chossotir» L

Savi*y Gustave, Courquetaine (Seine-et-M.), cap., chass, 1.

Schlabach Joseph, Haics-tu Qiapcllc (Vosge»>. génie 11.

Septembre Frédéric, tj»fond-Martin (Creuse), infanterie 08.

Simon Oclave, Davancy (Seine), serg., infanterie 28,

Simon Léon, Fraisa (Vosges), infanterie 158.

Souchet Claude, St-Viâtro (l^oire-et-Chcr), chas-^eors 3L

Soyer Lucien, St-Loup (Marne), chaseeurs 1.

Steuimcase Etienne, Dijon (Céte-d'Or), chasseurs 1.

Tasay Aimé, Marseille, caporal, chasseurs Li

Telliex Octave, Givenchy-en-Gohelle (P.-de-C), inf. 28.

Teppe Mariua, VUleurbunne (Rhônu), infanterie 158.

Testalat Gaston, Mouchaud (Cantal), infanterie 158.

Thiebauld Gabriel, RadonviUter» (Aube), chasseurs 1.

Tluoleut Domiruque, Kécainp (Seine-Inf.), infanterie 28.

Thoilher Victor» Jarviite (MeurUic-et-Moselle), chass. 1.

Tine Michel, Lînard» (Hauto-Vienne), infanterie 6S.

Tricot Jean, Lyon (Rhône), infanterie 158.

Voyllequin Fernand, Iae-en-Bassigny (ilte-Marne), ch. M.

Vailudo Alphonso, Mille-Pied» (Gironde), infanterie 63.

Valentin I.ûun, Ruuooux (Lozère), chassears 31.

Valette Emile, Vergez» (Gard), infanteno 08.

Vont Jean, Lyon (TUionc), Infanterie ItiXt.

Vatinal Charles, ChaUlIon (Seine), caporal, infanterie 74.

Vergnaud Eartazn, Nailhac (Dordogne), infanlerie 300
Vermorel Claude, Ste-Paute (Rhône), chasseurs 31.

Veyré Jean, Bourg-Argental (Loire), infanterie 158.'

Veyssiérc Jcatv Goule (Correaa), infanterie 300.

Vial Marcel, Grenoble (Isère), Infanterie 158.

Viol PcrnaitfL, Garennes (Eure), caporak, infaruorio 28

Viers Antoine, Part», iiu^anterte 300.

Vilucave Banott, St-Dié (Vosga»), cliaaseura 31.

Vmutter Françota, St-Augustin (CorrezcH, infanterie 300

Vincent Ferdinand, Allernond (Isère), infanterie 07

Vincent Raymond, Couture (Lot-et-Garonne), bat BS.

Virlomct Albert, St-Oucu (Seine), infanterie 15g

Virly Edouard, Vmeuii (Indre), infanterie 97,

Vogel Hayniontl, Parts, infauU-rie 97.

Zuppelli Adoni», Marseille (Buuuhcsrdu^llnona^ inl 97.

Patient Eugéneu Beasac (Charcute), infanterie 63,

Abgrall Yves^ Guieliaa (Finistère), infauterte 402,

Abgrall Henri, Lanibésoilec (Fintetèie), soigsnt, inf. 402.
, Abrun Pi une, Parte, uspirant, infanterie 13&-.

Acter Guitava, Poste, sergent, nifantoria 282.

Aimery Joseph, Pleyben (Finistère), infanterie 402.
' Alquier Henri, TouJouae (R*4ite Garonne), infanterie 97.

Aniiot Paul, Corhoil (Setne-et Oteej, infanterie 283.

Amouroux René, Chateu (Scino), caporal, infanlerie 28i,

André Arsène, Trojes (Aube), ch«*3Cnra û pted 44.

Angoli Louis, Parts, infanterie 483.

Araudel Jnles, Renne» (Ilre-ct-Vtlaine), infanteiie 402.

Assellneno Pirimyr, iseles, sergent, infanlerie 285.

Auffret Emmanuel, Croix-Hortec, aergent, iiifantcne 102

Aulanier Lothmre, l.oury (Loiret), In fan ferre 282".

Autre! Jeiin, [louarncner. (Finistère), infanterie 28?.

Amcnfans Aliène, Couthy-lea-ttote (Ot r), c./po.af, înf I'*

Daehclln ïfenri, St-Gormai», tnfnntertc 26f?

BatUieii Alburt, .S'tiisï-.nB (Aisuo), infanterie (0?

Iterbier Edmond, Auxy, infanterie 232

Barbou lïcnrl, Nains, infanterie 2à2.

liai tès Paul, Harbazant<Hawre-Gmr»"nr), dragnns fl.
. Bai-i et Pu rre, St-Mi-hel-ChoHUieF (l>iirc-lrifé ianre), Inf iO?

Borj" Englue, lalo-Adam (Saino-ot-OLso^, mfjuik'ne Vil.

liuasiùgo Victor, Pont-Audeinar lEitrc). iiifruilene fit.

Bt«iuchôno Jean-Bnptisle, Cotilro (Lmre-lnfèri^tirf!, mf. 40;

Reaudelet George», Arpnguit (Ruine et-Utaei, infanlerie 1

neaudoiu JusLin, Saint-Maurice, tatantcric 2RÎ.

Bédu Ammnd, Paris, infauterte 2âSi.

Iiùdu Dosiié, SiunU-'irtain, iiifnnierle 2SV.

Benugrand Elle, Lénoult (Calvadi>»), infanteiie KL'.

Belltot Pierre, Touri» (LoIrc-IiiliVleure,, infanteno 402

Balpume Jutes, Sl-Jans-Ciippel (Non!;, utbmterte 402,

BelUuae Georges, .larpeau (l»i;ct), caporal, infiMïteiie 282

Berger Fernand, St-Iiics, înfiiulcrle 2&f.

Bernard Jules, Itonnnns, infanterie 407

Bernard lùloimrd, Sl-Lmirer»t, mf.i.'tterir 2ai.

Bcrnet riuslnve, Tnguères (Lwirot), inf-mlerie '<S2.

Borrard 1-oiiih, (Jucsuoy-».-Aural:ios iSûfiune), infanterie 402.

Bcrttiebiiud Pierre, Pairnbceui (l-olio-ltifirtttire), mf

Berloux fj^ipold, Long-I'réi-i'Eooui'iins ^Oiiunc), mf. Il'2.

Bcrtret I.ouis, Piinquteu (Loirc-I nié rieur c), infanteiie 4u2

(A suivre i
 
Annotationen