Polska Akademia Umieje̜tności <Krakau> / Komisja Historii Sztuki [Editor]; Polska Akademia Nauk <Warschau> / Oddział <Krakau> / Komisja Teorii i Historii Sztuki [Editor]
Folia Historiae Artium — NS: 12.2009

Page: 13
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/fha2009/0019
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
scrits contenant plus d’une yingtaine de miniatures.
11 peut apparaitre a differents endroits du texte.
Logiquement, c’est par cette miniaturę que devrait
debuter la partie du poeme due a Jean, c’est-a-dire
qu’elle devrait preceder le texte: Et si Rai ie perdue
espoir... . 11 arrive pourtant que le portrait de l’auteur
se trouve exceptionnellement, comme c’est le cas de
notre codex, a 1’endroit ou Jean de Meun parle de
lui-meme: Puis vendra jehan Clopinel...

P. 190 — Comme Faussemblant conffesse
malebouche et comme il lestrangle. Dans les ma-
nuscrits du Roman de la Rosę la scene d’ablation de la
langue a Malbouche est beaucoup plus frequente que
celle de son etranglement, parfois sur cette miniaturę
apparait aussi Abstinence Contrainte. Dans le manu-
scrit de Cracovie Malbouche est etrangle par Faux-
Semblant qui le confesse, a 1’absence d’Abstinence
Contrainte. Nous trouvons la meme representation
dans le Cod. 2592 de Vienne. Cette scene est pour-
tant beaucoup plus rare que 1’ablation de la langue.
Encore plus insolite est la faęon de representer les
personnages d’en face. En plus, sur la plupart des
miniatures, a la difference de celle de Cracovie, Faux-
Semblant porte le costume dominicain.

P. 201 — Sicom la vieille enseigne belaccueil.
La Vieille et Bel-Accueil representes debout, gesticu-
lent. Dans le manuscrit de Cracovie la miniaturę est
suivie du vers: Biau filz qui veultJoui aimez... Le plus
souvent la meme illustration accompagne le texte:
Beau filz dist elle moult mesmay..., a cet endroit dans le
manuscrit de Cracovie il n’y a aucune miniaturę.

P. 232 — Dangier qui est avec paour et honte
et dit. La miniaturę est suivie du texte: Bar for dans
hassans hien trufles. Je n’ai pas trouve une telle repre-
sentation (trois personnages conversant) a cet endroit
dans d’autres manuscrits du Roman de la Rosę.

P. 292 - Comme li dieu damours afuble a
Genius une chasuble. II ne reste que la legende
de cette miniaturę decoupee.

Apres 1’analyse du manuscrit de Cracovie, il est
permis de constater que le programme de sa de-
coration est exceptionnel par rapport aux schemas
consacres de 1’illustration du Roman de la Rosę. Tout
d’abord, comme nous l’avons deja vu, le manuscrit de
Cracovie ne debute pas par une miniaturę represen-
tant 1’Amant, ni meme par une lettrine historiee —
sur la premiere page il n’y a qu’une initiale decoree M
{Maintes gens..i] et, selon toute vraisemblance, cette
misę en page fut envisagee des le debut. Ensuite, le
programme iconographique du Ms. Czart. 2920 IV
differe de celui de la plupart des manuscrits du Roman
de la Rosę. D’une part beaucoup d’illustrations tres
en yogue y font defaut, de 1’autre on y trouve des

representations sans analogie dans les autres exem-
plaires de ce poeme ou celles qui s’ecartent sensible-
ment des modeles ordinairement appliques.

L’analyse iconographique nous permet de con-
stater que le miniaturiste du Ms. Czart. 2920 IV
ne connaissait pas les formules de decoration popu-
laires a fepoque. Visiblement il ne copiait pas les
miniatures d‘un autre exemplaire du poeme mais il
executait a son gre les illustrations pour les legen-
des qui lui avaient ete soumises. Peut-etre connais-
sait-il mai le texte qu’il decorait, ceci expliquerait
la representation de Jalousie (une femme dans le
roman) par un vieillard epiant avec haine un jeune
homme qui rend probablement visite a sa bien-aimee
— tout simplement la jalousie faisait penser a 1’artiste
a un mari jaloux, personnage bien enracine dans la
tradition populaire. De meme, il identifiait Neron
a Antechrist. 11 est difficile de dire pourquoi une
decoration aussi riche fut confiee a un miniaturiste
qui ignorait a tel point la tradition iconographique.
II est evident qu’il ne s’agit pas ici d’une production
en serie mais plutót d’une commande particuliere
dont les motifs nous echappent aujourd’hui.

Le manuscrit de Cracovie contient 38 miniatures
(dont une decoupee). Primitiyement cependant on
en avait prevu dayantage. Le copiste dans quelques
endroits a laisse des blancs pour les miniatures qui
fmalement n’ont pas ete executees. Plusieurs feuilles
probablement enluminees ne se sont pas conservees.
Afin de reconstituer le nombre de feuilles qui font
defaut et celui de miniatures eventuelles, j’ai compte
les vers manquants du poeme. Le manuscrit dans sa
partie finale est pratiquement entierement conserve.
Seulement une page de sa derniere feuille, bien'qu’en
partie dechiree, est couverte d’ecriture, ce qui nous
permet de conclure que notre exemplaire ne conte-
nait pas le Testament de Jean de Meun. Le nombre
de vers manquants nous laisse deviner que dans la
partie centrale onze feuilles, soit environ treize mi-
niatures, font defaut et huit autres ont ete changees
de place ce qui n’a pas ete pris en consideration dans
la pagination actuelle. 11 est difficile de determiner
sans equivoque quelles miniatures se trouvaient
sur les pages disparues, surout vU que 1’analyse des
illustrations paryenues jusqu’a nous a demontre
que le manuscrit de Cracovie s’ecarte des modeles
existants. D’autre part certaines feuilles manquantes
contenaient le texte illustre de miniatures tres con-
cretes que fon trouve pratiquement dans chaque
manuscrit du Roman de la Rosę. Dans ce cas, il serait
tentant de reconstruire le programme originel de
notre codex. Avec beaucoup de certitude nous pou-
vons affirmer qu’il comprenait les representations

13
loading ...