Gsell, Stéphane
Les monuments antiques de l'Algérie (Band 1) — Paris, 1901

Page: 206
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gsell1901bd1/0269
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
CHAPITRE VII

MARCHÉS

Nous ne connaissons actuellement en Algérie qu'un seul
édifice auquel on puisse donner avec certitude le nom de mar-
ché. Il se trouve à Timgad, auprès de l'arc de Trajan, sur le
côté sud du decumanas1 (plan,/?*/. 66, d'après le plan levé par
]e Service des monuments historiques ; vues, planches LI et
LU). Des inscriptions qui y ont été découvertes nous
apprennent que ce macellum fut fait par les soins de
M. Plotius Faustus, chevalier romain, et de sa femme. Il
est très probable qu'il dat e du premier quart du 111e siècle.

Sur une place dallée s'élève un portique, au milieu
duquel est l'entrée principale. Il y a, en outre, deux portes laté-
rales, dont l'une donne sur une rue qui longe le bâtiment à
l'est, et dont l'autre s'ouvre sous un portique bordant la face
opposée.

A l'intérieur, des galeries, dont les colonnes sont surmontées
de chapiteaux corinthiens à feuilles non découpées, entourent
une cour rectangulaire, de 24m,30 de long sur 15m,30 de
large, ornée au centre d'un bassin carré.

1. Bœswilhvald, Gagnât, Ballu, Timgad, p. 183-215, pl. XX1II-XXVI.
Ballu, les Ruines de Timgad, p. 209-211, pl. XXXI-XXXV1.
loading ...