Revue égyptologique — 7.1896

Page: 154
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egyptologique1896/0164
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
154

Victor et Eugène Revillout.

piller, sous les yeux du roi, jusqu'aux portes de sa capitale? Tout le moude craignait alors
cette destruction de Ninive, qui devait avoir lieu, un peu plus tard, sous un autre roi. Et
jusque dans Isaïe on trouve l'écho douloureux de ces prévisions de malheur pour ceux qui
avaient tout renversé et qui devaient être renversés eux-mêmes. Ils ne savent pas, disait le
prophète, qu'ils jouent le rôle de fléau entre les mains de Dieu et que, sa mission accomplie,
le fléau doit être brisé : — citons textuellement : Isaïe X, 5 et sq. : «Malheur à Assour,
verge de ma colère; le bâton dans sa main est l'instrument de ma rage. Je l'envoie contre
une nation hypocrite. Je l'expédie contre le peuple de ma colère, pour faire du butin, em-
porter de la proie et le rendre plat comme la boue des rues.

«Mais lui, Assour, il ne se l'imagine pas ainsi; son cœur ne juge pas de cette manière;
car sa pensée est la destruction et l'anéantissement des nations, en nombre; car il a dit :
«Est-ce que mon sar1 n'a pas soumis les rois (melek)? Calno n'eut-il pas le sort de Kar-
»kemis? Hémat celui de Arpad? Samarie celui de Damas? Comme ma main a atteint les
»idoles dont les images sculptées étaient plus nombreuses que celles de Jérusalem et de Samarie,
»ne ferai-je pas à Jérusalem et à ses images comme j'ai fait à Samarie et à ses idoles?»
Mais lorsque le Seigneur aura exécuté tout son ouvrage sur la montagne de Sion et de Jé-
rusalem, alors je punirai le fruit de l'orgueil du roi d'Assour et sa fierté vantarde, car il dit :
«Par la force de ma main j'ai fait cela; par ma sagesse; car j'ai l'intelligence. J'ai enlevé
»les bornes des peuples, j'ai pillé leurs trésors ... Ma main s'est emparé des richesses des
» peuples comme d'un nid, et je pris le monde entier, comme on ramasse des œufs aban-
» donnés par terre. Nul ne remuait l'aile, n'ouvrait le bec, ne gazouillait.» Mais la hache se
vante-t-elle contre celui qui la manie, ou la scie s'élève-t-elle contre celui qui la dirige? comme
si la verge soulevait celui qui l'agite, comme si le bâton gouvernait. N'est-il pas de bois?»

Dans bien d'autres passages encore, il est question de la chute finale de ces terribles
Assyriens, qui détruisaient tout, dit le prophète, jusqu'à eux-mêmes. Ceci s'appliquait admi-
rablement à la lutte fratricide entre Assourbanipal et Saosdukin, les deux enfants également
partagés du conquérant Assouraddon.

Mais on trouve aussi dans Isaïe des allusions très évidentes aux glorieuses expéditions
qui avaient signalé le commencement du règne d'Assourbanipal, soumettant l'Egypte à l'aide
d'une armée dont faisait partie l'armée de Juda.

«Prédiction sur l'Egypte. Voilà que Jéhova est monté sur un nuage léger. Il vient en
Egypte. Les idoles de l'Egypte sont agitées devant lui et le cœur des Égyptiens s'amollit
en eux. J'exciterai l'Egyptien contre l'Egyptien, l'homme combattra contre son frère, l'ami

contre son ami, ville contre ville, royaume contre royaume,2........Je livrerai l'Égypte

aux mains d'un maître sévère. Un roi victorieux dominera sur eux, dit le Seigneur Jéhova

Sabaoth.......Le pays de Juda sera pour l'Egypte un effroi : on tremble là où on le

mentionne.....En ce jour il y aura une route de l'Égypte à Assour. Ceux d'Assour

1 Titre du roi d'Assyrie inconnu dans ce sens aux commentateurs, ce qui a fait déformer singulière-
ment tout ce passage.

2 Voir ce que nous avons dit p. 136 et suiv. du numéro précédent sur toutes les petites dynasties
qui se partageaient alors l'Egypte, tout en connaissant comme roi suprême, selon les temps, tantôt le roi
d'Assyrie, tantôt le roi d'Ethiopie.
loading ...