Revue égyptologique — 7.1896

Page: 1
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egyptologique1896/0011
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
REVUE ÉGYPTOLOGIQUE

publiée sous la direction de

M. EUGÈNE REVILLOUT.

ERNEST LEROUX, EDITEUR

libraire de la société asiatique, de l'école des langues orientales vivantes, etc. etc.

28, BUE BONAPARTE, 28, A PARIS.

VIIe Volume. N° I. 1892,

La BEVUE EQYPTOLOGIQUE parait tous les trois mois par numéros de six feuilles au moins, avec
planches, fac-similé etc. — Aucun numéro ne se vend séparément.
Prix de l'abonnement annuel : Paris 30 fr. — Départements 31 fr. — Étranger 32 fr.

Sommaire : Une importante découverte. Papyrus contenant le célèbre discours inédit d'Hypéride contre Athénogène (fin), (Eugène
Eevillout). — Le poème de Pentaour (suite), (Vicomte J. de Rougé). — Planchettes bilingues (suite), (E. R.). —
Papyrus grec inédit relatif à l'impôt sur les pêcheurs (E. R.).

UNE IMPORTANTE DÉCOUVERTE.

papyeus contenant le célèbre discoues inédit d'hypéride contre athénogène.

LECTURE FAITE A L'ACADÉMIE DES INSCRIPTIONS ET BELLES LETTRES LE 18 JANVIER 1889.

PAR

Eugène Revillout.

(Fin.)

Athénogène, comme il l'avait fait lors des reproches à lui adressés eu pleiue agora,
allait saus doute encore prétendre avoir agi de bonne foi, et n'avoir pas connu lui-même les
dettes qu'il n'indiquait pas.

Mais est-ce admissible? Serait-ce possible? Comment un nouvel acheteur, étranger
jusque-là aux choses du commerce, se serait trouvé en trois mois ne rien ignorer du
passif :

«Et lui, au contraire! dans le commerce de la parfumerie depuis trois générations, se
» tenant journellement dans l'agora, ayant possédé jusqu'à trois boutiques de parfumeur, ayant
»soin chaque mois d'en recevoir les comptes, il n'aurait pas connu les dettes? Mais d'abord
»et dans tout le reste, il n'est pas si simple que cela; puis, par rapport à son esclave, il
» devenait, lui-même, garant. D'ailleurs, quelques-unes de ces dettes, il est clair qu'il les con-
naissait (celles qu'il indiquait dans les actes), tandis que d'autres, il prétend ne pas les
» avoir connues : en aussi grand nombre qu'il veut n'en avoir rien su. Un tel langage, o
» juges, n'est pas une justification : c'est incontestablement un aveu!»

Oîzog ôè o êx TQiyevlaç ïov ^vQOftéXrjÇ, %a^evoç ô' h rfj âyoqâ Tt&aai jjpéçai, tqicc fièv
tivQOTZœfaa ■key.&r^êvog Ijdi), Xôyovg ôè yiatà [.ifjva Xa^âvwv, ovx fjôsi %à xgéa; "AlV èv {dv voîç
ffUotg oix iôiézrjg èariv. Ttqog ôè xov oîyiêxrjv airàg èyyv^g èyévsro. Kal rtva yh> tûv xoéwv,
loading ...