Revue égyptologique — 7.1896

Page: 152
DOI issue: DOI article: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egyptologique1896/0162
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
152 Mission de la revue égyptologique. Revue bibliographique.

MISSION DE LA BEVUE ÉGYPTOLOGIQUE.

Nous tenons à prévenir nos lecteurs que nous comptons — si aucun empêchement
administratif ou autre ne survient jusque-là — nous rendre en Egypte avec quelques-uns de
nos amis et collègues dans la science fin octobre prochain et y passer six semaines. La
mission de la Revue égyptologique ira jusqu'aux secondes cataractes, dans un navire spécial
destiné à ses seuls membres — qui pourra, au besoin, s'arrêter sur un point non prévu
d'abord — et qu'elle prendra à la station de Girgèh. Elle visitera les principales localités
antiques de la Thébaïde et de la Nubie, en recueillant sur son passage les inscriptions nou-
velles qui lui paraîtront dignes d'intérêt, ainsi que celles qui ont été reproduites jusqu'ici
d'une façon incomplète ou insuffisante. Ceux de nos lecteurs qui voudront faire partie de
cette mission, dont la direction nous appartiendra, voudront bien donner le plus tôt possible
leurs noms et s'entendre pour les conditions du voyage, de Paris à Paris, avec M. Lafosse
de Thorigny, 9, rue de Rome, chargé du côté matériel, dont nous ne pouvons ni ne voulons
nous occuper, mais qui nous communiquera la liste prise par lui, liste qui devra être approuvée
par nous. Il faut, en effet, que la cordialité la plus parfaite règne pendant le voyage entre
collaborateurs visant tous au même but.

E. PiEVILLOUT.

REVUE BIBLIOGRAPHIQUE.

Nous allons reprendre d'une façon continue la série — trop longtemps interrompue — de nos Bévues
bibliographiques, où, nous aussi, nous avons toujours dit la vérité, rien que la vérité et toute la vérité, pour
nous servir d'expressions devenues assez banales dont on usait naguère. Nous croyons d'ailleurs que, quand
le journaliste a agi ainsi suivant sa conscience, il ne peut substituer cette conscience à celle de ses collègues
et les exempter de juger et même de lire, comme le pense un jeune égyptologue qui va faire un journal
uniquement bibliographique aux frais d'un célèbre brasseur. Nous souhaitons à ce journal bonne chance
et modestie : tout en regrettant que son riche patron n'ait pas jugé plus utile de faire fonder un journal
où l'on produise soi-même, au lieu de se borner à transporter en égyptologie une fable bien connue. «La
critique est aisée, mais l'art est difficile » aurait dit aussi M. Pkudhomme. On ne saurait juger un égypto-
logue d'après la manière dont il a critiqué, souvent d'après des idées étroites et préconçues — des idées
de secte ou d'école — mais d'après ce qu'il a fait et ce qu'il a appris aux autres.

En attendant la reprise continue de nos Revues bibliographiques nous signalerons à nos lecteurs six pu-
blications de moi ou de mon frère que nous avons faites ou mises en vente pour la première fois cette
année même : 1° Mélanges sur la métrologie, l'économie politique et l'histoire de l'ancienne Egypte, avec
de nombreux textes démotiques, hiéroglyphiques, hiératiques ou grecs inédits ou antérieurement mal publiés
(vol. in-4° de 524 pages); 2° Lettres sur les monnaies égyptiennes (vol. in-8° de 246 pages); 3° Quelques
textes traduits à mes cours (vol. in-4° de 96 pages); 4° Quelques textes démotiques-archaïques traduits par
E. Eevillout, avec fac-similé, exécutés par E. Boudier (vol. in-4° de 32 pages et 16 grandes planches);
5° Un papyrus bilingue du temps de Philopator (in-8° de 80 pages); 6° Mélanges assyro-babyloniens, par
V. Eevillout (in-4°). Nous avons en outre sous presse deux ouvrages de 600 pages chacun, qui vont bientôt
paraître : 1° La propriété, ses démembrements, la possession, et leurs transmissions en droit égyptien com-
paré aux autres droits de l'antiquité (deux volumes in-8°): 2° Notice des papyrus démotiques-archaïques et
autres textes juridiques ou historiques traduits et commentés juridiquement à partir du règne de Bocchoris
jusqu'au règne de Ptolémée Soter, avec une introduction complétant l'histoire des origines du droit égyptien.
Je me propose d'achever aussi dans le plus bref délai possible la publication de plusieurs autres ouvrages
dont la rédaction est depuis bien longtemps terminée, mais dont le commencement a seulement paru :
1° Le procès d'Hermias; 2° Le rituel bilingue de Pamout; 3° Le concile de Nicée, etc. Pour tout cela nous
sommes entièrement prêts et n'attendons que les effets de la bonne volonté de nos divers éditeurs et
imprimeurs. (E. E.)

L'Éditeur Ersest Leeoux, Propriétaire-Gérant.
loading ...