Revue égyptologique — 10.1902

Seite: 94
DOI Heft: DOI Artikel: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egyptologique1902/0102
Lizenz: Freier Zugang - alle Rechte vorbehalten Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
94

VlCTOE LOEET.

Sous les rois macédoniens et sous les empereurs romains, on gravait encore dans les
temples le récit des combats d'Horus contre Set et, avant que les ^fe*. ou partisans de
Set ne fissent, à peu près au même titre que les j ou suivants d'Horus, partie inté-
grante des Egyptiens, ils ont été longtemps traités en anciens ennemis. Encore sous la
XIIe dynastie, à Béni-Hassan, dans un nome qui avait pris parti pour Set et qui en por-
tait le stigmate dans ses armoiries (l'Epervier d'Horus foulant aux pieds l'Oryx d'un ancien
clan de Set), le dieu Horus était nommé j^^^'J^^^^S*' «l'Écraseur des Vanneaux»,
en souvenir des anciennes luttes des kôm, terminées pourtant depuis plus de mille ans.

Je compte exposer un jour plus longuement mes idées sur ces questions si intéres-
santes et si timidement étudiées jusqu'à présent. J'ai voulu seulement donner ici l'impression
de ce que pouvait être le (j*^^.^. & l'origine. Quand, au lieu de voir dans le mot j^^j
la désignation de quelque lieu ou endroit banal, de quelque vague demeure ou habitation,
on lui donnera dans les textes mythologiques le sens de butte et de Mm, on tirera de ces
textes, au point de vue historique, des choses bien plus intéressantes que ce qu'on a l'habi-
tude d'en tirer au point de vue platement symbolique.

Voici, pour me résumer après cette longue digression, la série rationnelle des sens que

je crois pouvoir attribuer au mot

1° Butte, monticule, tertre, kôm, tell
2° Butte couverte d'habitations, édifice ou village bâti sur un Mm.
3° Butte factice, monticule artificiel sur lequel on construisait les habitations pour les
mettre à l'abri de l'inondation.
4° Tumulus funéraire.

5° Tas, monceau (de ruines, de décombres)
6° Synonyme de

J'ajouterai que ce mot me semble venir d'une racine (I v\ signifiant être bombé, être
convexe, former une courbe, d'où viennent également les substantifs IJ > ^e> îlot,

(jlj^Tj jj'^^^jijj panache de roseau (courbé par le vent), et les verbes f)"^^fô> être
vieux (avoir le dos voûté) et se prosterner (se tenir le dos courbé).

Lyon, 18 février 1902.

- Victor Loret.

LES

ENSEIGNES MILITAIRES DES TEIBUS

ET

LES SYMBOLES HIÉROGLYPHIQUES DES DIVINITÉS.

par

VlCTOE LOEET.

Les écrivains grecs se sont toujours montrés très étonnés du caractère sacré que les
Egyptiens attribuaient à certaines espèces animales et de la profonde vénération qu'ils leur
témoignaient. Ils ont recherché avec soin les raisons de ce culte tout spécial et, puisant
leurs renseignements à des sources égyptiennes, nous ont transmis un certain nombre d'ex-
loading ...