Revue égyptologique — 13.1911

Page: 133
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egyptologique1911/0143
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
REYUE ÉGYPTOLOGIQUE

publiée pae

M. EUGÈNE REVILLOUT.

avec la collaboration de

M. AMÉLIE EAU.

EfiNEST LEROUX, ÉDITEUR

l1bbaire de la société asiatique, de l'école des langues orientales vivantes, etc. etc.

28, EUE BONAPARTE, 2S, A PARIS.

XIIP Volume, N° IV. 1910.

La REVUE EGYPTOLOGIQUE paraît tous les trois mois par numéros de six feuilles au moins, avec
planches, fac-similé etc. — Aucun numéro ne se vend séparément.
Prix de Vahonnement annuel : P«ï'ï\s 30 fr. — Départements 31 fr. — Étranger 32 fr.

Sommaire : Note sur les Liens fonciers de Petuaa sous la première dynastie éthiopienne, par Eugène Revillout. — Les voyelles
en égyptien et dans les langues sémitiques, par Eugène Revillout. — Essai sur la vocalisation hébraïque, par
Eugène Revillout. — Les monnaies égyptoaraméennes des papyrus d'Éléphantine, par Eugène Revillout. — Chro-
nologie des rois de l'époque archaïque. Étude sur les divers systèmes proposés, par E. Amélineau. — Planches.

NOTE SUE LES BIENS FONCIERS DE PETUAA SOUS LA PREMIÈRE

DYNASTIE ÉTHIOPIENNE.

PAR

Eugène Revillout.

Dans mes «papyrus archaïques», paru dans le XIIe volume de la Bévue, et dont je
donnerai la suite dans le prochain numéro, j'ai transcrit, entre autres, en hiéroglyphes plu-
sieurs contrats, datés de Bocchoris de Sabaka et de Tahraka. Tous se rapportent aux titres
de propriété immobilière de Petuaa, fils de Petuamenapi, et nous croyons utile d'en donner,
ou d'en commencer au moins, avec textes démotiques, le mot à mot, dans la partie autogra-
phique de ce fascicule.

Le premier en date, celui de Fan 16 de Bocchoris, a trait à un domaine de deux
aroures et demi, qui portait alors le nom de bien de Menkh et qui plus tard, en l'an 10 de
Sabaka, toujours avec sa même contenance de deux aroures et demie, portera le nom de
bien de Montekhepertus. A cette date Petuamenapi l'acquiert de Téfanan.

Un autre bien, portant le nom d'héritage de Setamenkau, est cédé en échange en
l'an 3 de Tahraka, par les enfants de Setamenkau, à Dji-horsièse-an/-ut'a-senb-heb, fille
d'Udja-hor-suten-nut. Deux ans plus tard, en l'an 5, le frère de Dji-hor-suten-an/-udja-senb-
heb, nommé Pétukhnum, fils d'Udjahor (nom apocope), en avait hérité et le cède en
échange à Pétuaa, toujours sous le même nom.

Un an plus tard, en l'an G, le même Pétukhnum, abandonne au même Petuaa : 1° une
catacombe thébaine; 2° le bien d'Udja-hor son père; 3° un bien, acquis par sa sœur Hotep-èse,
en l'an 7 du roi Sabaka.

18
loading ...