L' art: revue hebdomadaire illustrée — 1.1875 (Teil 1)

Seite: 293
DOI Artikel: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1875_1/0317
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
LA CARICATURE ANGLAISE CONTEMPORAINE. 293

celui-ci était entré dans cette période de réaction d'où s'ensuivit le mouvement que nous voyons
se continuer aujourd'hui. — Ainsi, de l'amour du vrai on passa à l'amour du naturalisme, ce qui
est la caricature du vrai.

Si l'on veut considérer qu'Hayez et Bartolini étaient réputés de hardis novateurs par leurs
contemporains, et qu'ils furent jugés des réalistes; si on les compare avec certains artistes italiens de
notre temps, et si d'un autre côté on réfléchit qu'il n'y a pas même une génération entre ceux-ci et
ceux-là, on s'étonnera en voyant cette course violente, ce déclin rapide de l'art , et l'on ne
pourra s'empêcher de se demander : — Où aboutirons-nous ?

On ne doit pas croire que ce mouvement soit analogue, et je dirai cohérent, à celui des idées
philosophiques et politiques.

Point du tout : — le mouvement par lequel l'art s'avance aveuglément nous afflige, parce que
ce n'est pas une agitation d'idées esthétiques, progrès, vie, lutte d'écoles; mais c'est plutôt la
recherche inquiète et tourmentée d'une vérité de formes absolue , rivalisant avec la photographie,
par suite anti-artistique, qui fait dire aux regardants : — Trop vrai !

Un certain nombre d'artistes trouvent qu'ils n'ont jamais fait assez bien, s'ils n'atteignent pas ce
résultat.

Que si l'on peut rencontrer la pensée dans les œuvres de ces novateurs, on voit qu'elle y est
malheureusement pour créer seulement des étrangetés et pour les mettre en évidence , de manière
à les rendre aussi blessantes que possible pour l'œil.

Mais la pensée, on la rencontre rarement dans les œuvres du plus grand nombre de nos artistes.
Voilà la raison pour laquelle l'exécution est souvent si louable : on compense la pauvreté de la
conception par le soin de l'exécution, et l'exécution est scrupuleusement fidèle au vrai, et quelquefois
merveilleuse.

Mais comment se fait-il, dira-t-on, que les œuvres artistiques italiennes plaisent beaucoup aux
étrangers? Comment se fait-il qu'elles remportent des prix aux Expositions universelles?

La chose est claire pour qui voudra considérer que les œuvres artistiques italiennes ont, en
comparaison de celles des autres pays, un cachet de spontanéité et d'inspiration qui montre claire-
ment que, bien qu'elles soient nées dans des temps peu propices aux études du beau, elles n'appar-
tiennent pas moins à ce pays de fleurs et de poésie, où l'art, même sans culture, se développe comme
une plante spontanée et immortelle.

En outre, à l'étranger, et particulièrement aux Expositions, on envoie les meilleures de nos pro-
ductions artistiques : les œuvres, ordinairement, d'artistes Irès-capables et vaillants.

Mais alors il y en a donc, en Italie, des artistes très-vaillants!

Très-peu, à la vérité, mais il y en a, Dieu merci! Nous en parlerons plus tard, et surtout de
Francesco Scaramuzza, de Giulio Monteverde et de Domenico Morelli.

Alberto Rondani.

LA CARICATURE ANGLAISE

CONTEMPORAINE

Les caricaturistes anglais ont la réputation d'être cruels et violents. Si l'on fait exception pour
Hogarth, dont les fameuses estampes, l'Industrie et la Paresse, les Buveurs de punch, le Mariage à la
mode, la Carrière de la prostituée, la Carrière du libertin, les Elections parlementaires, etc., ont une portée
philosophique supérieure aux questions de personnes, la plupart des artistes qui ont manié dans la
Grande-Bretagne le crayon satirique ont montré une causticité arrière, une brutalité qui va parfois
jusqu'à la fureur.
loading ...