Institut Français d'Archéologie Orientale <al-Qāhira>   [Hrsg.]; Mission Archéologique Française <al-Qāhira>   [Hrsg.]
Recueil de travaux relatifs à la philologie et à l'archéologie égyptiennes et assyriennes: pour servir de bullletin à la Mission Française du Caire — 6.1885

Seite: 35
DOI Heft: DOI Artikel: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/rectrav1885/0041
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
Fragments.

35

les ailes se rabattent sur les tempes. L'ensemble est surmonté de l'idéogramme du nom de
la déesse : uu scorpion pour Selk, le signe y pour Nephthis, le siège pour Isis, f\ pour Ma,
0 pour Nout, (2 pour Apet; ceci, lorsque les divinités sont considérées comme puissances élé-
mentaires (voy. pl. III, n0B F. G—12); mais dans le rôle de grandes divinités, les déesses
prennent le plus souvent un diadème composé comme suit (pl. III, n° F. 20) : un socle d'urams
reposant sur la perruque supporte de longues cornes de vache entre lesquelles se place un
disque. Les cornes de vache caractérisent essentiellement la divinité femelle en son rôle de
mère divine. Le disque solaire semé à profusion dans toutes les coiffures rappelle l'origine
commune de tous les dieux; mais diverses représentations démontrent qu'il y a dans ce dia-
dème une seconde signification : souvent un enfant naissant apparaît entre les deux cornes
ou s'élève au-dessus d'une tète de vache; il faut donc considérer (pie cette partie du diadème
fait allusion au dogme de la renaissance du dieu quittant les flancs maternels et s'élevant
comme à l'horizon au-dessus de la montagne de l'Est1. — Les déesses prennent aussi un
autre diadème auquel le précédent peut s'adjoindre (voy. pl. IV, n° F. 25). Il est formé des
deux plumes d'Amon avec le disque solaire à la base fixées sur le socle d'urams. C'est sur-
tout la coiffure propre d'Apet; les titres de cette déesse et son rôle expliquent ces emblèmes.
Citons encore la coiffure en forme de vase, attribut spécial de Sati, mais d'un usage fréquent
aux belles époques (pl. IV, nos F. 27—31).

Enfin les couronnes des dieux décrites plus haut se retrouvent sur la tête des déesses.

Les considérations qui précèdent rendront plus aisée l'étude du temple d'Apet à laquelle
il est temps de revenir; d'autre part, elles s'éclairciront dans la discussion des tableaux qui
décorent l'édifice, et chemin faisant je m'efforcerai d'en étayer les parties principales au moyen
de citations empruntées à d'autres monuments.

(Sera continué.)

iîochemoxteix.

FRAGMENTS

DES ACTES DES APÔTRES ET DES ÉPÎTRES DE ST PAUL ET DE & PIERRE
AUX ROMAINS, EN DIALECTE THÉBAIN

par

G. Maspero.

Il y a six ou sept ans de cela, des fellahs découvrirent dans les ruines d'Asfoûn, au
sud d'Erment, une chambre presque intacte d'une église copte antique, et, dans cette chambre,
un coffre renfermant plusieurs manuscrits en parchemin. Les manuscrits furent partagés entre
les fouilleurs, déchirés, vendus, détruits en partie : j'en ai recueilli cette année quelques frag-
ments provenant d'une seule et même page. Ces fragments ne contiennent malheureusement
rien d'inédit : ils portent des versets des Actes des Apôtres déjà publiés par Woïde, p. 128—130.
Les voici tels que je les ai trouvés :

1) On a vu dans ce diadème l'image du disque lunaire. Dans le cas où la lune représente le prin-
cipe femelle de la divinité, elle revêt en effet cette coiffure, mais c'est en temps que mère, comme toutes
les autres déesses; le disque lunaire a une toute autre forme.

5*
loading ...