Institut Français d'Archéologie Orientale <al-Qāhira> [Editor]; Mission Archéologique Française <al-Qāhira> [Editor]
Recueil de travaux relatifs à la philologie et à l'archéologie égyptiennes et assyriennes: pour servir de bullletin à la Mission Française du Caire — 6.1885

Page: 1
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/rectrav1885/0007
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
RECUEIL

DE TRAVAUX RELATIFS A LA PHILOLOGIE ET A L'ARCHÉOLOGIE
ÉGYPTIENNES ET ASSYRIENNES.

Vol. VI. Fascicules I et IL

Contenu : 1) La stèle 5576 du Musée de Boulaq et l'inscription de Rosette (avec une planche), par Urbain Bouriant. — 2) Grande
inscription de Stabel-Antar (Spéos Artémidos) (avec une planche). — 3) Découverte d'un petit temple à Karnak, par
G. Maspero. — 4) Le temple d'Apet (avec une planche) (suite), par M. de Rochemonteix. — 5) Fragments des Actes
des apôtres et des Epîtres de S' Paul et de S' Pierre aux Romains, en dialecte thébain, par G. Maspero. — 6) Rapport
sur les fouilles du Fayoum adressé à M. Auguste Mariette, par L. Vassalli. — 7) A Thèbes (avec une planche),
par Urbain Bouriant. — 8) Der Kalender des Papyrus Ebers, von J. Krall. — 9) Neue koptische und griechische
Papyrus, von J. Krall. — 10) Ueber einige demotische Gruppen, von J. Kkall. — 11) Essai sur le système métrique
assyrien (suite), par A. Aurès.

LA STÈLE 5576 DU MUSÉE DE BOULAQ ET L'INSCRIPTION

DE ROSETTE.

PAS

Uebain Boueiant.
Au mois de décembre dernier, le Musée de Boiilaq a acheté une stèle, portant aujour-

Cette stèle, cintrée au sommet, est en calcaire et mesure lm 27 de hauteur sur une
largeur de 0™ 51. Le tableau gravé dans le cintre, ainsi que les trente et une lignes dont se
compose l'inscription sont d'un travail très-grossier : la plupart des signes sont mal exécutés
ou inversés, et il y a confusion perpétuelle entre certains caractères; mais, quelque barbare
que soit l'exécution de notre monument, il n'en est pas moins précieux.

C'est, en effet, un double de l'inscription de Rosette et, bien que l'importance de ce texte
ait été considérablement amoindrie par les découvertes postérieures, je crois qu'aux yeux des
égyptologues, une restitution complète du texte hiéroglyphique de ce décret sera toujours
intéressante.

La restauration de l'original égyptien que nous donnons plus loin n'est pas sans lacunes,
tant s'en faut; la stèle de Damanhour est bien une copie du décret de Memphis, mais c'est
une copie écourtée; bien des groupes sont passés, des phrases entières ont été supprimées,
enfin la rédaction en est si imparfaite qu'il est de toute évidence que le graveur n'entendait
rien ou presque rien à la langue égyptienne.

Cependant, en nous appuyant sur le texte grec de la pierre de Rosette ', sur ce qui,
dans le même monument, reste de la rédaction hiéroglyphique, et sur la pierre de San qui
contient nombre de mots communs aux deux décrets, il m'a été possible de rétablir dans
sa plus grande partie le texte égyptien primitif de la pierre de Rosette.

Dans la stèle de Boulaq, le texte est précédé d'un tableau au-dessus duquel le disque
solaire étend ses ailes. Autour du disque s'enroulent deux urams, coiffées l'une de la couronne

1) Pour ce texte nous avons suivi l'édition donnée par Letronnk dans ses Inscription* grecques et
latines de l'Egypte.

Recueil, VI. 1
loading ...