Institut Français d'Archéologie Orientale <al-Qāhira> [Editor]; Mission Archéologique Française <al-Qāhira> [Editor]
Recueil de travaux relatifs à la philologie et à l'archéologie égyptiennes et assyriennes: pour servir de bullletin à la Mission Française du Caire — 6.1885

Page: 81
DOI issue: DOI article: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/rectrav1885/0087
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
Essai sur le système métrique assyrien.

81

ebehfalls von der Hand des Horos, XIV, 6; XXI, 4; XXII, 10). Sie entspricht, wie bereits
Brugsch bemerkt hat (S. 38, Nr. 123) dein koptischen hotcot. Es ist daher an unserer
Stelle zu itbersetzen : «in der Art eines Stummen, wélcher ein Herz hat, das sich ebenfalls
zum Guten niclit icenden kann. Ein Thor (??) hat in sich aufgenommen ein Bach» U. s. w.

Xoch an zwei Stellen kommt, wie bereits bemerkt, unsere Grappe vor II, 5: Pef-ei
e-hurt (Vgl. Chainoïs III, 2) n-uôt ach? und IV, 19//// n-uôt p-et-ëop n-Apsa^ç n-toot////.

In der Grappe am Anfang von Zeile III, 16 (56) liabe ich die Reste eines demotischen
« 6 » iibersehen. Das dritte Zeiclien ist in der That, wie bereits bemerkt, die Copula ne. Man
hat zu lesen: Ach erôu pef «Was ist es mit ihnen?»

Wien, 16. Xovember 1884.

ESSAI SUE LE SYSTÈME MÉTRIQUE ASSYRIEN.

(Suite.)

Troisième Partie. — Essai sur les mesures de superficie.

observation préliminaire.

Pour faciliter la lecture des nombres écrits, en caractères assyriens, dans le système sexa-
gésimal, et en même temps, pour diminuer, autant que possible, les chances d'erreur qui résultent,
à l'époque actuelle, du caractère d'étrangeté que les calculs sexagésimaux nous offrent dans
tous les cas, j'aurai soin d'écrire, dans la suite de ce mémoire, les diverses quantités qui y seront
exprimées en chiffres assyriens, en séparant toujours, par un trait double j|, les nombres entiers
des nombres fractionnaires et en indiquant, de plus, par un trait simple [, les colonnes dans
lesquelles on doit placer, à droite, les 60imcs, les 3.600lmcs, etc. et à gauche les unités, les
sosses, les sars, etc. Ainsi, par exemple, le nombre : J j ^ ^ ! ^TTT correspondra

à T ' «TT W = 1 *ar, 22 sosses et 34 = 4.954 unités, plus <J I «TTT = ^ et ^ -

chapitre premier.

Détermination des mesures assyriennes de superficie et des rapports qu'elles présentent

entre elles.

J'ai dit, dans la seconde partie de cette étude, en parlant des mesures linéaires, que
celles dont les arpenteurs se servaient, chez les Assyriens, étaient :

En premier lieu, la perche, de 3m 24 de longueur, composée de 6 coudées ou, ce qui
est la même chose, de 10 pieds;

ensuite, par voie de conséquence, le plôthre, de 32™ 40, composé de 10 perches ou de
60 coudées (un sosse de coudées);

et enfin le stade ou ammat-gagar, de 194m 40, comprenant, dans sa longueur, 6 plèthres,
ou 60 perches (un sosse de perches), ou, ce qui est encore la même chose, et comme le nom
d'ammat-gagar l'indique formellement, 360 coudées.

Les rapports ainsi établis entre ces trois mesures doivent être remarqués, parée qu'ils
ont été réglés, comme je l'ai déjà constaté précédemment, de telle façon que lorsqu'on exprime,

Eccucil. VI. 11
loading ...