Société de l'Histoire de l'Art Français [Editor]
Bulletin de la Société de l'Histoire de l'Art Français — 1918-1919(1919)

Page: 25
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/bshaf1918_1919/0031
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
25 —

Tableaux peints pour l’Oratoire en 1687.

(Communication de M. G. Vauthier.)

On sait qu’en 1686 il fallut opérer Louis XIV d’une fis-
tule; on sait aussi quel était alors le culte des sujets pour
leur roi. Aussi, dès que les inquiétudes furent calmées,
quand on fut assuré que l’opération avait parfaitement
réussi, la France entière célébra par des actions de grâces
solennelles le rétablissement du souverain.

A Paris, un Te Deurn fut chanté le 29 décembre dans
toutes les paroisses. Cela ne parut pas suffisant : il n’y
eut pas une compagnie, pas un ordre religieux, pas une
association, pas un corps de métier qui ne tînt à l’hon-
neur de faire célébrer un office particulier.

Les membres de l’Académie de peinture et de sculp-
ture, s’associant à la joie publique, choisirent l’église des
Oratoriens pour remercier le ciel de la guérison du roi.
Les orfèvres de la garde du roi et les avocats du Grand
Conseil les y avaient précédés.

La cérémonie dont ils avaient pris l’iniative eut lieu le
samedi 8 février à deux heures de l’après-midi : l’évêque
de Nevers officiait; il y eut un sermon de Soanen, expo-
sition du Saint-Sacrement et exécution de VExaudiat de
Charpentier, à deux chœurs de musique. Brillamment
illuminée, ornée de riches tapisseries, l’église était en
outre décorée de tableaux composés spécialement pour
cette journée. Messieurs de l’Académie avaient voulu que
leur art fût employé à un témoignage de reconnaissance
et à la glorification du roi.

C’est ce dessein qui explique la date relativement tar-
dive de la cérémonie. Le temps, en effet, était bien court
pour exécuter ces peintures, et aussi pour imprimer un
livret qui en contînt la description. C’est à ces quelques
pages que nous empruntons ce qui va suivre. Nous les
avons trouvées aux Archives nationales dans un carton
de la série F17 consacrée à l’instruction publique. Épaves
des papiers de l’Académie, elles y sont perdues avec deux
lettres de Restout et des mémoires de serrurerie et de
loading ...