Société de l'Histoire de l'Art Français [Editor]
Bulletin de la Société de l'Histoire de l'Art Français — 1918-1919(1919)

Page: 13
DOI article: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/bshaf1918_1919/0019
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
i3 —

Du 23 octobre 1735, livré à Mme la Marquise d’Ambres pour
son chateau de Cramayel un coin de bois des indes avec son
marbre, 5o livres — de plus pour la pyramide 24 livres.

Le grand nombre et la diversité des meubles signés
Migeon, qui pourraient étonner les chercheurs, s’ex-
pliquent maintenant par l’identification de cette dynastie
d’ébénistes qui, pendant un siècle, a fourni les plus riches
particuliers et même la cour de meubles qui se sont for-
cément modifiés suivant les modes et les usages nouveaux
auxquels ils étaient destinés.

Nous avons déjà relevé deux estampilles différentes,
l’une portant simplement : Migeon, l’autre : P. Migeon.
Par la suite de nos recherches, nous espérons pouvoir les
identifier et restituer à chaque membre de cette famille
les meubles qui lui sont propres.

Les restaurations de la cathédrale de Reims
sous le Premier Empire.

(Communication de M. Alexandre Tnetey.)

Au moment où la rage destructrice des Allemands
s’acharne avec une intensité inouïe sur la cathédrale de
Reims, dont bientôt peut-être ne subsistera plus que le
souvenir, il nous a paru intéressant de montrer avec
quelle sollicitude il y a un siècle, au sortir de la Révolu-
tion, la ville de Reims, d’une part, l’État, d’autre part,
unirent leurs efforts pour en assurer la conservation.
Durant la période révolutionnaire, à part la mutilation de
petites figures d’anges sur les montants des portes de la
façade occidentale et la dégradation de quelques statues
au portail septentrional, la cathédrale n’avait eu à souf-
frir que des injures du temps, son entretien, jadis assuré
par le chapitre, ayant été négligé pendant nombre d’an-
nées; aussi au début du règne impérial avait-elle un
besoin urgent de réparations. Vers le milieu de l’an-
née 1807, le ministre de l’Intérieur demanda l’avis du
loading ...