Société de l'Histoire de l'Art Français [Editor]
Bulletin de la Société de l'Histoire de l'Art Français — 1918-1919(1919)

Page: 14
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/bshaf1918_1919/0020
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
— 14 —

Conseil des bâtiments civils et, le 22 juin 1807, l’architecte
Petit-Radel présenta le rapport suivant :

Son Excellence demande l’avis de son Conseil sur les répa-
rations à faire à l’eglise de Notre-Dame de Rheims, cette
eglise date de plus de 800 ans, l’on prétend qu’elle fut bâtie
sur les ruines d’un temple de Cerès, elle est le plus régulier,
le plus fin d’execution et enfin le plus beau monument gothique
que nous connaissions, il est heureux que le temps de la
dévastation ne l’ait pas anéanti. Comme partout ailleurs, l’on
a enlevé des plombs, des cheneaux du grand comble, les
ornements qui couronnaient la pointe de ce comble couvert
d’un faîtage, le tout en plomb, sur les tours et en nombre
d’endroits de cette couverture il en a été de même; depuis ce
temps, les eaux se sont infiltrées dans les joints des pierres,
dans les bois des charpentes, et fait par leur séjour, ainsi que
par les gelées, et ensuite par l’action du soleil, tendre le tout
à une destruction totale, qu’il serait difficile de prévenir, si
l’on n’y apportait un prompt remede.

Ces réparations proposées, suivant le devis très détaillé, se
montent au total à la somme de 38573 fr. 3i y compris
1836 fr. 82 pour frais de conduite et de reglement, dans le
quel le plomb y entre pour 24724 fr. i5, le reste sera employé
en mâçonnerie, charpente, serrurerie et couverture.

Après examen fait de ce devis, nous pensons que tous les
articles y portés sont d’une absolue nécessité pour mettre ce
monument à l’abri d’une ruine prochaine, il paraît que tout
tend à le couvrir c’est ce qui est le plus urgent, en consé-
quence, notre avis est que S. E. peut ordonner ces travaux
comme d’une absolue nécessité.

Conformement à l’avis de Petit-Radel, le Conseil des bâti-
ments civils prit cette decision :

Le Conseil des bâtiments civils, après avoir entendu ce rap-
port et avoir pris connaissance, par la lecture des pièces
jointes aux plans, de la nature des réparations proposées :

Est d’avis, attendu qu’elles ont toutes pour objet de préve-
nir de plus grandes et plus fortes dépenses et de ce qu’elles
ont toutes le caractère de l’urgente nécessité, qu’il y a lieu
d’en ordonner l’execution dans le plus court delai.

Le Conseil croit devoir insister d’autant plus sur les conve-
nances d’autoriser promptement ces travaux, que ce monu-
ment est dans son genre l’un des plus magnifiques et des
mieux exécutés qu’il y ait en France, et qu’ainsi que celui de
Saint-Denis, dont la restauration s’acheve en ce moment, il
loading ...