Société de l'Histoire de l'Art Français [Editor]
Bulletin de la Société de l'Histoire de l'Art Français — 1918-1919(1919)

Page: 203
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/bshaf1918_1919/0211
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
— 203 —

QUELQUES

ÉMAUX DE COLIN NOA1LHER

ET LEURS MODÈLES GRAVÉS.

Parmi les émailleurs limousins du milieu du
xvie siècle, il en est un qui mérite une attention par-
ticulière à cause de certains des sujets qu’il a traités :
c’est Colin Noailher. Sans doute son répertoire ico-
nographique comprend, comme celui de tous ses
rivaux, les scènes pieuses que la dévotion contempo-
raine demandait en si grand nombre (vie du Christ et
vie de la Vierge, notamment); mais, d’autre part, il a
visiblement cherché à se distinguer par le choix de
compositions que les autres émailleurs ont complè-
tement ignorées ou ont reproduites très rarement.

Si son œuvre présente par là un intérêt spécial, on
ne devrait pas toutefois en faire honneur à son génie
inventif. Car, pas plus que les autres émailleurs
limousins du xvie siècle, Colin Noailher n’a été un
artiste créateur : il s’est borné, comme eux, à copier
des modèles gravés.

Du moins doit-on lui reconnaître le mérite d’avoir
pratiqué un style assez personnel, qui permet de
reconnaître aisément ses œuvres. Leur dessin, un
peu sommaire parfois, un peu rude, est franc et libre;
on n’y relève que peu de traces d’italianisme, sauf
dans certaines têtes qui ont un air farouche et des
barbes agitées par le vent; le souci du détail précieux
y fait presque complètement défaut et leur aspect
serait plutôt celui de fresques que de miniatures.
Leur technique accentue d’ailleurs encore ce carac-
loading ...