Société de l'Histoire de l'Art Français [Editor]
Bulletin de la Société de l'Histoire de l'Art Français — 1918-1919(1919)

Page: 204
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/bshaf1918_1919/0212
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
— 204 —

tère, car leur exécution est d’une liberté, voire d’une
négligence extrêmes; on croirait que l’artiste, con-
fiant dans sa virtuosité, ait eu la préoccupation de
travailler le plus rapidement possible. Il emploie
rarement des tons soutenus et s’en tient à des colora-
tions douces, translucides, noyées de fondant, un peu
vitreuses. La plupart de ses oeuvres sont des grisailles,
relevées de bleu ou de vert pâle, avec des rehauts
d’or. Quant au revers de ses pièces, il est très carac-
téristique : le plus souvent il est recouvert d’un « fon-
dant » que la cuisson a rendu rose et à demi opaque1.

Ces particularités techniques offrent d’autant plus
d’intérêt qu’elles ont permis de reconstituer l’œuvre
de Colin Noailher. On ne connaît, en effet, aucun
émail qui soit signé de son nom entier, et c’est seu-
lement en vertu d’une hypothèse (d’ailleurs très voi-
sine de la certitude) qu’on lui attribue depuis long-
temps, en plus des rares pièces qui portent ses
initiales2, celles que leur style en rapproche claire-
ment.

M. Maurice Ardant a expliqué dès 1865 que ces
initiales devaient désigner Colin Noailher, et son avis
a été accepté3. Mais si l’on est d’accord sur ce prin-
cipe, il subsiste une assez grave difficulté, à savoir
qu’il y eut sans doute deux artistes du même nom.
Les registres consulaires de la ville de Limoges4

1. Il convient également de noter, chez Colin Noailher, une
prédilection singulière pour les inscriptions; il les dénature
d’ailleurs par des fautes nombreuses, même quand il a sous
les yeux, correctement imprimé, le texte qu’il prétend repro-
duire.

2. Nous en connaissons à peine une douzaine.

3. Maurice Ardant, Émailleurs limousins, Couly Noylier
{Bulletin de la Société historique et archéologique de la Cha-
rente, i865).

4. Registres consulaires de la ville de Limoges, vol. I (1504-
1552), Limoges, 1867, in-8\
loading ...