Société de l'Histoire de l'Art Français [Editor]
Bulletin de la Société de l'Histoire de l'Art Français — 1918-1919(1919)

Page: 35
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/bshaf1918_1919/0041
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
35 —

de Santé. Directeur du Service de Santé au ministère de
la Guerre, Dujardin-Beaumetz réalisa le plan qu’il avait
tracé et organisa dans une grande pièce du pavillon
d’angle sud-ouest, sur la cour Broussais, et dans une
galerie du premier étage au-dessus du cloître ouvrant sur
la cour intérieure du monastère et longeant l’ancien
réfectoire, le « Musée historique du corps de Santé mili-
taire », inauguré en i8g3. Grâce à cette initiative, nombre
de pièces précieuses, soit par leur valeur historique, soit
par leur valeur artistique, furent ainsi préservées. Sous
l’impulsion du Médecin inspecteur général Dujardin-
Beaumetz, et plus tard du Directeur de l’École E. De-
lorme (1903 à 1908), des dons, des récupérations, des
fouilles dans les magasins augmentèrent la petite collec-
tion du Val-de-Grâce. Des portraits, des autographes-
furent empruntés au Conseil de Santé ; mais il faut dire
que le Musée historique, comme la Bibliothèque de
l’École, n’auraient pu atteindre un pareil développement
sans les donations multipliées du baron Hippolyte Lar-
rey, qui offrit peu à peu une partie de ses curiosités à
l’école où il avait professé, jaloux d’augmenter la renom-
mée de son illustre père, le chirurgien en chef de la
Garde impériale, et de survivre, lui aussi, dans la
mémoire des hommes, à l’abri de cette gloire légendaire.

La guerre européenne devait favoriser l’ancien Musée
historique du Service de Santé. En créant les « Archives
et documents de Guerre » (5 mai 1916), le sous-secrétaire
d’État au Service de Santé, Justin Godart, allait donner
une vie nouvelle à la vieille collection quelque peu
oubliée, complètement abandonnée depuis le premier
jour de la mobilisation. Il apparut, en effet, au chef de
cet office d’informations et d’études constitué pour recueil-
lir les documents scientifiques nés de la guerre, le profes-
seur O. Jacob, plus tard Médecin inspecteur et Directeur
de l’École d’application, qu’il convenait de relier le pré-
sent au passé et de réorganiser les collections historiques,
en éliminant les objets de simple curiosité, classant dans
des cartons les portraits gravés ou photographiés', expo- 1

1. Il peut être utile d’indiquer aux chercheurs qu’il existe au
loading ...