Société de l'Histoire de l'Art Français [Editor]
Bulletin de la Société de l'Histoire de l'Art Français — 1918-1919(1919)

Page: 68
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/bshaf1918_1919/0074
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
— 6S —

dévouement desquels on n’a jamais fait appel en vain,
iêtons le retour de ces toiles célèbres, de ces dessins
exquis qui font l’orgueil de nos musées du nord et de
l’est et qui reprennent peu à peu leur place au panneau
ou au cadre qui nous étaient familiers; fêtons aussi la
réouverture de nos musées parisiens successivement réor-
ganisés après l’exode, avec des modifications qui seront
peut-être des révélations, avec leurs nouvelles richesses
et les héritages dont ils ont largement bénéficié, même
aux heures les plus tragiques et les plus sombres dont
nous fûmes témoins. Car ce sera l’éternel honneur de nos
conservateurs du Musée du Louvre, notamment, d’avoir
fait tant et de si brillantes et pacifiques conquêtes tandis
que l’Allemand foulait le sol français à Noyon et à Châ-
teau-Thierry, prêt à fondre sur la capitale si ardemment
convoitée.

Quelques-uns de nos collègues, hélas ! n’auront pas eu
la joie d’applaudir aux derniers succès de nos armées,
d’entendre sonner les cloches de la délivrance, de nous
voir réinstallés à notre place d’antan sur la rive gauche du
Rhin : et celui qui devait, comme étant votre président,
vous convier à vous réjouir après tant d’épreuves n’est
plus là pour vous rappeler les dernières phases de l’èxis-
tence de notre association. Alexandre Tuetey nous a été
enlevé, après une courte maladie, le 7 août 1918; nous
l’avons conduit à sa demeure dernière dans un temps où
les derniers obus allemands faisaient dans la capitale leurs
dernières victimes et sifflaient au-dessus de nos têtes pen-
dant la cérémonie même. Né le 11 septembre 1842, sorti
le premier de l’École des chartes avec le diplôme d’archi-
viste-paléographe dans la promotion de 1863, Tuetey
s’était révélé de bonne heure travailleur acharné, cher-
cheur incomparable; ses premières études furent consa-
crées à l’histoire municipale et militaire de la Franche-
Comté, pays de ses ancêtres; mais il quitta bientôt ce
domaine étroit, sans jamais l’abandonner complètement
d’ailleurs, pour se livrer à des recherches et à des publi-
cations de textes sur l’histoire générale aux xive et
xve siècles principalement, jusqu’au jour où, les études
révolutionnaires étant devenues très à la mode et aussi
loading ...