La chronique des arts et de la curiosité — 1922

Page: 86
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1922/0098
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
8b

CHRONIQUE DES ARTS

des « manuels Roret » et qui est dû à un prote d’une
grande, imprimerie parisienne, s’occupe plus particu-
lièrement des. questions techniques d’établissement
d’un livre: après une notice préliminaire consacrée à
l'histoire de l’imprimerie (avec fac-similés de quelques
éditions célèbres), il initie successivement le lecteur
au matériel du typographe, aux différents types de
caractères, au mécanisme et aux règles de la composi-
tion, à la façon de corriger les épreuves d’imprimerie,
à la mise en pages avec la manière de disposer les titres,
à l’imposition et à la disposition des pages sur la presse
avant l’impression. D’autres chapitres sont consacrés
aux divers travaux d’imprimerie, aux journaux, à la
façon de composer un tableau en typographie, aux
caractères spéciaux de l’algèbre, des langues étrangères,
de la musique, puis à la stéréotypie, aux diverses machi-
nes employées dans l’imprimerie, au papier, enfin aux
divers modes d’illustration en noir ou en couleurs.
Rien n’est omis, dans ce petit manuel, de tout ce qui
concerne le sujet traité par l’auteur, et les profanes
comme les gens du métier y trouveront exposé dans une
forme très claire tout ce qu’ils souhaitent ou désirent
connaître du mécanisme de l’imprimerie.

Le second ouvrage, dû également à un professionnel,
mais beaucoup plus important et plus luxueux, traite
le même sujet plus en détail avec une érudition et une
abondance de reproductions qui le rendent des plus
précieux à consulter, non seulement par les techniciens
mais encore par les amateurs, et des plus intéressants à
feuilleter. A travers une suite de chapitres copieusement
illustrés de fac-similés, l’auteur, dans le premier
volume, nous fait l’histoire de la lettre d’imprimerie
depuis ses lointains ancêtres, les caractères de l’alpha-
bet phénicien, jusqu’à ses formes les plus récentes, en
montrant son évolution à travers les siècles : les incuna-
bles succédant aux manuscrits du Moyen âge, puis les
impressions en lettres mobiles de Gutenberg, de Fust
et Schôffer, les éditions des maîtres imprimeurs italiens,
puis français, soit parisiens, soit provinciaux, des xve
et xvie siècles, les impressions plantiniennes, les créa-
tions du xviie siècle (parmi lesquelles les impressions
elzéviriennes) et du xvine, enfin, au xixe, le
Didot, les-éditions romantiques, la typographie du
Second Empire, et, de nos jours, les caractères Grasset,
Auriol (dans lequel est composé cet ouvrage)-et divers
types d’éditions d’art, le tout accompagné d’innombra-
bles fac-similés, dont plusieurs, par leur importance
historique ou leur intérêt de simple curiosité, ajoutent
grandement à l’enseignement ou à battrait de ces pages.
Viennent ensuite, dans le second volume, d’allure plus
technique, des notices sur lee différents types de carac-
tères, la façon de les graver et de les fondre, les machi-
nes à composer ou à imprimer, le clichage et la
galvanoplastie, les différentes sortes de gravure en
noir ou en couleurs, la lithographie et ses dérivés,
l’impression en couleurs (avec de nombreuses et belles
planches,montrant des spécimens de tous les différents
procédés), enfin les encres, le papier, la reliure aux
siècles passés et de nos jours. C’est, on le voit, une
histoire complète des arts du livre que représente ce
bel ouvrage. Non seulement les travailleurs trouveront
à le lire autant de plaisir que de profit; les bibliophi-
les, eux aussi, tiendront à le posséder. A. M.

Camille Saint-Saëns. — Paris, éditions du « Guide

du Concert », 12, place d'Anvers. In-8, 72 p.

Notre intéressant confrère le Guide du Conceit a eu
la bonne pensée de réunir un certain nombre d’articles
se rapportant à Saint-Saëns, en. une brochure parée
d’illustrations parmi lesquelles se trouvent naturelle-
ment bon nombre de portraits et de caricatures. Par-
mi les noms des écrivains avant collaboré à cette an-
thologie, nous relevons ceux de M. Jean Bonnerot,
secrétaire du maître disparu, de MM. Prod’homme,
Gigout d’Estrée, Paul Viardot, Emmanuel, Gabriel
Bender, Louis Vierne, Le Borne, I. Philipp. Or
ce n’est pas seulement le musicien qu’ils ont étudié
sous tous ses aspects ; mais aussi l’homme, extrême-
ment multiple et divers, que fut l’illustre composi-
teur : Saint-Saëns philosophe, humoriste, astronome,
acousticien, protecteur des animaux ; il n’y manque
que Saint-Saëns archéologue... maison ne saurait tout
avoir. Une telle collection aurait été incomplète sans
une page de musique. Aussi les éditeurs nous en ont-
ils offert l’une des plus remarquables 'parmi tant de
belles œuvres : La marche du Synode, extraite du troi-
sième acte d’Henri VIII, cette noble partition, trop
délaissée et qu’assurément la direction de l’Opéra eût
préférée à Ascanio, si Saint-Saëns lui-même n’avait
insisté pour la reprise de cet ouvrage secondaire.

R. B.

-<»——•»—-

NÉCROLOGIE

Le 8 juin est mort à Versailles l’architecte Albert
Petit, ancien architecte de la ville et du département
de Seine-et-Oise; — le 10, à Gand où il était né le
9 janvier 1866, le peintre et graveur belge Albert
Baertsoen, membre de la Société des artistes français,
titulaire d’une médaille d’or à l’Exposition de 1900,
interprète des canaux et des paysages flamands dont il
sut rendre les aspects variés selon l’éclairage et la
saison, auteur, entre autres œuvres, des tableaux,: Le
Soir dans une ville flamande (1891), Soir sur l'Escaut,
Vieux canaux flamands, le Dégel (musées de Gand, d'An-
vers et du Luxembourg). On lui doit aussi des eaux-
fortes où les ciels sont particulièrement étudiés, par
exemple En ville flamande, le soir et La Grand Rue le
matin, publiées dans la Gaulle (1892 et 1898).

MOUVEMENT DES ARTS

Tableaux anciens, Objets d’Art et d’Ameublement,
Meubles, Tapisseries.

Vente faite à la galerie Georges Petit, le 24 mars,
par Me Henri Baudoin, assisté de MM. Féral, Mann-
heim et Gonnet.

Gravures en couleurs. — 2. Bonnet. The Charms
of the Morning et The Pleasures of Education :
3.150. — 4. Bonnet. Jeunes Filles, en buste :

3.300. — 5. Boucher (d’apr.). La Confidence et Le
Repos: 2.800. — 6. Debucourt. L’Escalade, ou les
Adieux du matin: 3.700.— 8. Reynolds (d’apr. Sir
Josuah). A Bacchante: 3.900.

Aquarelles, dessins, gouaches, pastel. — Blarenberghe,
loading ...