La chronique des arts et de la curiosité — 1922

Page: 127
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1922/0139
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
ËT DE LA CURIOSITÉ

le catalogue des vases signés par Douris ou qui
peuvent lui être attribués (105 nos) ; 20 Université de
Philadelphie: Ephèbe et Amphore, style du « peintre
de Colmar » ; 30 Musée de Vienne : Buveur couché,
même style.

M. Rostovtzeff. Dynamis, reine du Bosphore. Buste
en bronze découvert en 1898 près de Novorossisk : tête
de femme coiffée d’un « bonnet phrygien » (tiare de
Mithra) incrusté d’étoiles en argent, les cheveux I
ondés, noués en chignon, d’où tombe une pluie de
longues boucles. L’identification est fondée, entre
autres, sur la ressemblance avec la tête du statère
(unique) de Dynamis.

G.-F. Hill. Notes sur le monnayage des Achéménides.
Le seul principe scientifique de classement chrono-
logique résulte des trouvailles de trésors. Les pièces
où le roi est représenté en archer sont les plus récentes.

J. Six. La quatrième peinture de Micon au Theseion.
Ce quatrième tableau (reproduit sur le revers du cra-
tère d’Orvieto au Louvre) serait la descente d’Héra-
clès aux enfers et la délivrance de Thésée. Le sujet
aurait été suggéré par Cimon, comme un symbole de
l’alliance lacédémonienne. C’est à Micon aussi que
serait dû l’original du cratère de Bologne (Thésée
chez Poséidon).

M. Rostovtzeff. La peinture murale décorative chez les
anciens. Résumé de l’ouvrage de l’auteur Ancienl déco-
rative paintings in the South of Russia (1914) et biblio-
graphie raisonnée du sujet.

Ida Carleton Thallon. Quelques relations entre la
civilisation Troyenne et celles des Balkans et du Danube.

W. R. Lethaby. La Vénus de Milo et l’Apollon de
Cyrène. L’Apollon est une excellente statue cultuelle du
11e siècle. La Vénus appuyait son bras gauche sur un
pilier ou hermès et du bras droit arrangeait sa
chevelure (?).

Vol. XL (1920). — J.-PU Mountford, La musique
grecque et ses rapports avec l’art moderne. Revient avec
raison à la théorie classique des modes.

Gisela M. Richter, Le sujet des reliefs de la villa Lu-
dovisi et de Boston. Le relief Ludovisi représente la
naissance d’Aphrodite ; le relief de Boston Eros,
comme serviteur d’Aphrodite, pesant la destinée (ma-
trimoniale ou maternelle) de deux femmes, dont l’une
s’afflige, l’autre se réjouit. Les figures accessoires sont
différents types. de servants d’Aphrodite, et les reliefs
ornaient les ailes d’un autel consacré à cette déesse.
Réfute les arguments récents de W. Klein (.Jahrlmch,
1916) contre l'authenticité du relief de Boston.

S. Casson, La « Hera » de Kanathos et le trône Ludo-
visi. La prétendue Aphrodite du trône Ludovisi serait
Héra baignant dans la fontaine de Kanathos (près de
Nauplie) d où, suivant Pausanias, elle émergeait tous
les ans comme Héra Parthénos ; le drap tendu par les
deux servantes se retrouve sur des statuettes en terre
cuite représentant Hera Teleia.

E.-J. Forsdyke, Une tête Cretoise taillée dans une
corne de cerf. Peut-être la pomme d’un sceptre. La
moustache et d’autres détails rappellent un des masques
d’or de Mycènes, la couronne une statuette d’ivoire de
Boston.

J.-Six, Agatharchos. Subtiles remarques sur les

inventions attribuées à Agatharchos, qui peignit les
décors d’Eschyle : — perspective linéaire, couleurs
complémentaires, — et leur influence sur la théorie
chromatique de Démocrite.

Frederik Poulsen, Un nouveau portrait de Platon
C’est un buste à Holkham Hall (propriété du comte
de Leicester) avec une fausse inscription au nom de
Lysias (L’expression est vivante, mais le nez bien
différent des répliques nombreuses du buste de Platon,
attribué à Silanion).

Ernest A. Gardner, L’ « Aphrodite « de Cyrène. Bel
exemplaire, un peu lourd, du type de l’Anadyomène;
serait un original alexandrin.

T. R.

BIBLIOGRAPHIE

G.-J. Demotte. La tapisserie gothique. ire

série. — Paris, éditions Demotte, in-folio.

Encore une admirable publication à laquelle M. De-
motte vient d’attacher son nom et qui, une fois termi-
née et pourvue des notices nécessaires, lui vaudra la
reconnaissance de tous les amis de l’art français. Les
23 planches en couleurs contenues dans le présent
fascicule sont la perfection même; elles font revivre
sous nos yeux les originaux et en permettent l’étude
minutieuse à tête reposée. Et quels chefs d’œuvre que
la plupart des pièces reproduites, empruntées aux trésors
des cathédrales d’Angers et de Sens, aux Musées de
Cluny et des Arts décoratifs, enfin à des collections
particulières. Ces dernières, moins connues, attireront
tout spécialement l’attention des érudits; elles repré-
sentent : n° 39 des Scènes de la vie du Christ(Bruxelles,
vers 1300), nos 78 et 80 la Crucifixion (Bruxelles, vers
1308, armes de Pierre Soderini), enfin •— et c’est
peut-être la pièce la plus curieuse — nos 138 et 139
la scène fameuse de Charles VI arrêté par un fou dans
la forêt du Mans. On ne peut que souhaiter à l’éditeur-
mécène de mener bientôt à bonne fin un ouvrage qui
ne devrait manquer dans aucune bibliothèque d’art(i),

T. R.

-<o>—*-s<38Ss 1-—---

NÉCROLOGIE

Vers le 14 septembre est mort à Neuilly-sur-Seine,
le ténor Adolphe Duchesne, de l’Opéra-Comique,
chevalier de la Légion d’honneur ; — le 16, à Bar-
bizon (Seine-et-Marne), le philosophe et critique d’art
Gabriel Séailles, né à Paris le 27 juin 1832, pro-
fesseur en Sorbonne depuis 188.6, auteur, entre au-
tres ouvrages, d’un Essai sur le génie dans l’art
(1873),de monographies sur Alfred Dehodencq (1883),
Léonard de Vinci (1892), Eugène Carrière (1900),
Watteau (1902) ; •— le 19, à Paris, le compositeur
Emile Bourgeois, chef de chant et chef d’orchestre à
l’Opéra-Comique, chevalier de la Légion d’honneur ;
— le 21, à Long Island (Etats-Unis), le sculpteur
Charles-Cary Rumsey, né à Buffalo en 1879 ; — le

(1) L’auteur me permettra de lui signaler parmi les
spécimens dignes d’être reproduits le très curieux Tubal-
caïn de la collection Saint-Marceaux, sûrement une pièce
de corporation.
loading ...