Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
OAZETTB DH81'ARPBNWB8

20 AoBl 1315

Intrigues et des convoitises étrangères et, autant que possible, le cliamp de bataille européen ;
une Allemagne dam laquelle ,de petits Etats impuissanU suivraient les inspirations étrangères;
une Allemagne avec une industrie bouleversée, avec un petit commerce restreint aux marché*
intérieurs et sans flotte qui puisse naviguer sur la mer livrée à la grâce de l'Angleterre ; une Alle-
magne qui serait l'ttat vassal du gigantesque empire moscovite, qui dominerait l'est et le sud-est
de fEurope et réunirait tous les Slaves sous le sceptre de Moscou.

Voilà ce que l'on rêvait à Londres, i Paris et a Saint-Pétersbourg, du moins au début de la
guerre 1

Non, Messieurs, cette immense guerre, qui ébranle la charpente du inonde, ne ramènera pas
les anciennes situations. Il faudra qu'il en naisse une situation nouvelle t Si l'tiu.-
rope vent avoir la repos, elle ne pourra l'obtenir que par une forte et intan-
gible Allemagne-

L'époque qui a précédé celle guerre a parlé un dur langape. Pendant plus d» dix ans
les tendances et les efforts de tontes les autres puissances visaient uniquement
a iBoler l'Allemagne et àl'exolure de toute participation aus: aflaircs mondiales.

Pareille politique devait aboutir A un désastre. La politique anglaise de la « Balance of Power *
doit disparaître; car cette politique est, comme l'a récemment dit le poète anglais Sbuw, une
« couveuse de guerres •. A ce point de vue, une remarque que Sir Edward Grey fit a' notru
■mbassadeur, le prince Lichnowsky, lorsqu'il prit congé de lui le 4 août, est particulièrement
ligniGeatïve ; il disait, non sans appuyer sur ses paroles, que « la guerre qui venait d'éclater entre
l'Angleterre et l'Allemagne le mettrait à même de nous rendre, a la conclusion de la paix, des
services plus précieux que ceux que la neutralité lui aurait permis de rendre. » Devant ses yeux
surgissait sans doute déjà, derrière une Allemagne vaincue, le spectre d'une Russie victorieuse, et
■lors une Allemagne asservie lui eût fort bien convenu comme vassale et auxiliaire de l'Angleterre!

Messieurs, l'Allemagne devra établir; consolider et renforcer sa position de
telle manière que jamais plus les antres puissances ne puissent songer à nne
politique d'en oer oie ment. Pour notre protection et pour notre salut, comme pour celui do
tous les peuples, nous devons obtenir la libération des mers, non pas pour y dominer, comme le
veut l'Angleterre, mais pour qu'elles soient de la même façon ouvertes à tous les peuples.

Nous voulons être et rester un îouften de la paix et de la liberté des grandes et des pitites

nations. Ce n'est pas nous qui menaçons les petits peuples! Je ne parle pas seulement des peuples

.de race germanique.

Quels efiorls ne font pas les diplomates de la Quadruple-Entente pour convaincre les Etals
balkaniques que la victoire des puissances centrales les asservirait, alors que le triomphe de la
Quadruple-Entente leur apporterait par contre la liberté, l'indépendance, des gains de territoires
et la prospérité économique I H n'y a que peu d'années que la Russie, qui convoitait la
prépondérance dans la péninsule, avait créé sous la devise : » Les Balkans aux peuples
balkaniques I > la Ligue des Balkans, ligue qu'elle laissa s'écrouler ensuite en favorisant la rusdure,
par la Serbie, du traité que celle-ci avait conclu avec la Bulgarie.

Ce sont au contraire les victoires allemandes et austro-hongroises en Pologne qui libèrenftes
Etats balkaniques de l'oppression russe/

L'Angleterre a été naguère la protectrice des Etats balkaniques. Comme Alliée de la Russie,
elle ne peut qu'opprimer leur indépendance et, dûs maintenant, elle leur fait sentir le poids de sa
main égoïste.

Pour terminer, Messieurs, je résuma :

11 n'est pas un peuple qui, dans le courant du siècle dernier, ait eu autant a souffrir que le
peuple allemand, tt cependant, nous pouvons aimer noire nort, car ce soot ces souffrances qui
seules ont été lo stimulant nécessaire à nos extraordinaires efforts. Pour l'Empire enfin uni,
chaque année de paix était un gain ; car sans guerre nous progressions très heureusement. Nous
n'avions pas besoin de guerre. Jamais l'Allemagne n a aspiré a la prédominance en
Europe. Son ambilion était de marcher en tête de la concurrence pacifique entre grandes et
petites nations dans les œuvres de prospérité et de civilisation.

Cette guerre a révélé de quelle grandeur nous somme» capables, soulcnur par notre force
morale, et la puissance que nous donne celle force intérieure, nous ne pouvons l'utiliser que dans
le sens de la liberté. Nous ne haïssons pas les peuples poussés dans cette guerre par leurs gouver-
nements, mais nous avons désappris la sentimentalité.

Nous soutiendrons la lutte jusqu'au moment où ces peuples exigeront la
paix des vraiB coupables, jusqu'à ce que ta voie soit libre pour une Europe
délivrée des intrigues françaises, de la soif de conquête moscovite et de la
tutelle anglaise.

sjue lehutde couvrir l'opération du barrage du port. A
wltt occasion ■• développa une lutta d'artillerie entre
loi navirsi d lei batterie» du part et de terre ; mu bat-
Urit du porl /ni rtduiii ou litentt; lei batteries de terre
turent bombardât! avec necii. En outra, ma capeer il lu
voitiert Win furent captura tt eoitcf»;

i I). Lui bateaui que Ici Runes prétendent avoir
prie ioût des Hpeura <f»i furent couUi par nous pour bar-
rir 4a Ufnu de nanfafion. n

Voict lM faits. Ce qui ait te plu» inléreeiant dan» la
tormalloa de oett* légende, ce n'es! pas l'Imagination
mue, changeant use défaite en victoire, o'aat la façon
dent on a enflé l'iflaire en Angleterre et eu France.

A Loadrea et 1 Parla on eemble a'étr» livré, 1 propo*
é» cil ta « victoire u, qui même dam 11 fanai* «raton
" n module, comparée aux détails! quoti-

dienne) d

Jopînton publique dea ' deux capitales

Plue ilgoiûcaUt encore noua parait le fait que les
radiogrammes officiel» trinçaia il anglala ont lance la
nouvelle par la inonde, en exagérant ancora, comme de
Coutume, l'Importance t ftuoge du iseufrea, démontrant
aisal nu* loli dt plua la pauvreté dea moyens auxquels
ee voit réduite la tactique alliée.

LA GUERRE NAVALE

"m Au golfe de Riga.

__ J3 août au soir un de noe petite
tardé et partiellement détruit la itaiion de tigniux russe
l'tle Dagoe. En même tempe un

lé al par

cap Sud

Le coulage du ■ U-3 ».

Loriqne la bulletin officiel Italien communiqua la doitruc-
Ben du loaa-marin auilro-bongrotl • U-3 ■, il plan soua
■Ueace la fait que cet exploit ne tut paa eiécutépar la marine
italienne, mila par la marina française. Aujourabul 11 vérité

m Italie, étant obligée d'avouer que le coulage tint glorlilé da
ce loua-marin (il en réalité un lait d'armea frencala.
Vapeurs coulés.

Londres, Il tôt.! 1913.
Lei vipeuri anglais . Cxrirsm:'. ., . .Vaguman • et
r . n,...,;!.; luiuiL's: ;:;L j1. !;.i . j v-:Ljiers

ont péri.

Le* bateaux de piehe t Jîoijderl ■ \'JM toaneaj et ■ Cnm-
mander Uoyle i ont été torpillée.

Lea bateau» de nèche t /riiejriiy > eWionriarianfi > elle
bateau poicur de cibiea . Slralficon* > ont été coulée.
Autour de 1' a Arable a.
De différent» cotée ou a constaté qu'on ne mît point exacte-

s de légitima défense.
Un radiogramme de New-York qui p
. Ji^i.i. d, Francfort . du ; . L--
e 1' • Arabie • a été le bateau le p

page étalant anr61éa

ebée de» périscope] 1

a Le» hommei de l'éqi
Ureura et falaaleot d
ix aoiquila on avait atl

LA GUERRE AEHIENnlE

r Gilbert minque à aa parole d'honnou

Le « Tmrl » publie la note suivanle : n L'aviateur.
Gilbert qui avait atterri in Suisse, le 27 juin, a la aulle
d'une pannsde moteur et qui était depuis Ion Interné à
Hospenthal, pria ci'Andermatl, dam le maeiil du Saint-

* par le généra

Le • Tempr ni oublié » le détail le plu» Important!
M. Gilbert otail donné ta parole d'honneur a ta CtmUdi-
ration iuiii» d* né pat t'iwtdtrt Voill. ce que 1* « iYtui
Zuercher Ziltunç, un impartant journal de la Suis le,
écrit i propos de cetli félonie :

* L'aviateur Gilbert interni! i Hospcnlhal aratt domU
sa parole d'AoaiMur d'o^cicr de ne po» fuir, et II ve uns
dire que pour celte ration on n'avait paa cru néceiiilre

e conlinuellemeat accompign:

D'autre part le n Berner laablall n
Iran ci fa a cru compatible avec ion
d'une façon ignoble de la confiance d

il honneur personnel pu
Nous ipprtnon» que l'avia

rupture o« ta parole d'I

te d'aonntur. Il appir.
dûment sa parole fl'/.on

Selon le radiogramme de la Tour Eiflel dn
4 heures de l'aprea midi un ivialeur Iraocafa a
bombes mr la gare de Loerrach, petite ville i pr

Le discours dn Chancelier cl 11 Frts>« Fr.:- ;. •*

Ce n'est pa» de» commentaire» connerés par la prene
française au discours il lobre et il porauasil du Chance-
lier allemand, dont la a Gatettt a publie aujourd'hui la
deuxième partie, que nous voulons parler Ici. 11 noua
suffira de conilaler le fait que la version française de ce
dlicoure, communiquée par l'agence officielle aux jour-
naux trsDceis et publiées par ceux-ci,élalt nnfaux carac-

Mtenlleft, ceux que M. von Beihmann■Hollweg' avait
if ri.i^nimi dettinti à tétranger. C'est ainsi que celle
traduction trançaisa ne contient ni les citation» ai gravée
dea rapports des ministre* belge» tur la politique belli-
queuse de la Tri pie-Entente, ni le passage trée important

- eipressèrent aoutlgné par fd. vos Bethmann-Holltraf

- concernant les niurparitri tntrt Berlin tt IWnM m mu
( lawfanUr la ptdi nropàuau.

Cette double amlaaion ait une nouvelle preuve de
nnnaue de ilncérlté et de 11 crilnte de la Vérllé qui ion!
l baie de la causa et data Ucllque des Alliée.

30T*1

Jorqa'il e'est éeHé ■ * 0o<

■viennent k
» le bruit del armes et dane l'inhumiineex
blinu, — qu'importe! Al Jour viendra, o

Bourse de Paris.

[îltililH ritiosplll lu H grandi pem

HonUnedT

- SepUmbté m4. — Victoire allcn____.
aeet OeOtUeettOa Sk Lod» et dn sud de la Pologne, wcwii
■reesa taBMben.prss de Samois-Tjaiawa. Bombard'
it da Cattaro par I» dolte françilse,
ÎSepItmbra f3it. — Anvera bombardé par un Zeppelii

Les sentiments humanitaires dont s'inspire la publication, dans la * Gazelle des Ardennes », des noms des £68,000 prisonniers français actuellement internéa en Allemagne, n'ont pea été .
apprécié» par toui avec la même équité. Que nous importe I Nos lecteurs oe pensent pas de même qu'on le fait dans certaines rédactions sur les boulevards parisiens. Nous ne laisserons donc pas troubler
l'intime contentement que nous éprouvons d'avoir pu contribuer à calmer les inquiétudes de milliers de familles françaises, portant un rayon de joie dans les foyers laisses dans la plus douloureuse incertitude
par le gouvernement français, en leur annonçant la bonne nouvelle que leur fils était sain et sauf, se trouvant en captivité allemande aussi heureux que le permetlcnt les circonstances.

Aussi sommes-nous persuadés que ces parents, dont nous avons allégé l'angoisse, ne manquent pas d'employer, dans nn sentiment d'humaine justice, tout ce qu'ils possèdent d'influence pour obtenir
que les prisonniers allemands en Afrique et en France soient traités do la même façon que leur propre fils en captivité allemande.

LISTE N° 45 CONTENANT 2,000 NOMS

(Reproduction strictement Interdits)

X-»» no ii- mm* »-lt« «roupo» da»l|yn#nt l„,, oaJrtitl. o Ci a* trouvent 1»- pcltonnlars dont Isa nonu aulvint

L« total dea nomi publiés jasqu'anjourd'hai ■« monta a environ 104,400. — Reste à publier environ 73,600 noma

friedrichsfeld b/wesel

Mathieu Achille, Bellicnk» (Nord), art. t.

Mathieu Alfrrd, Tournai (Nord), Inf. ié.5.

Mathieu Alfred, Bouirngei, inf. terril, î.

Hitbieu Alfnd, Taienitrel (Nord), In/, terril, t.

Mathieu Arthur, frainoy (Nord), garde-raie».

M•<>->"> fAsoett. ti]>d.,<een '.Nerdl, en '

Mathieu Edouard, Le Cute.u (Nord), brig., art. i.

Mathieu François, Efeien (HirauU), Inf. (1,

Mathieu Jean-Baptiste, Mireichea (Nord), art, i.

Mathieu Jute., Benilllcs L'Abbaye (Belgique), inf. Icritt. (.

Malhieu Henri, St.-Armand (Nord), art. i.

Mathieu Joseph, Aniche (Narj), ut. i.

Mathieu Uoa, Haulmonl (Nord), (.rde-ioies,
■Malhnu Maii.ne, Ba-iï (Nord), inf. Unit. i.

Mathieu Kicolaa, Sous le-Uoii (Nerd), inf. ISS.

Mathieu René", Mauieugc (Nord), msr.-dei log., »rt. i.

Mithleu ZipW.r, UuTron-nar-Biviï l^rd), art. i.

Malhleuws Edouard, Sin-le-Noble (Nord), inf. lirrit. i.

Mathii bout. Parla, cap., lui. terril, a.

Mathi^f Antoine, Clermonl-Fenlnt (Puj-de-IMniO, inT.lSJ
- UtiW Aime, Ftlicriet (Nord), cap., gnrdc-foles.

tMalhon Edmond, Rumancouil de-Caliii), art. t.
Mathon Hubert, Lecluie, art. i, •
Mathon Paul, Erquelinea (Belgique), Inf, i"4(,
MiUllon Thomas, Romigueui (litre) Inf. jj.
Maton Achille, Trot on (Nord), lof. terril, a.
Matraa Lucien, Si.-Julien Calonn* (Calvados;, Inf .ai.
Ha Ion Charlea, Pari», saua-chef artiOcler, art. i.

Miltelin Hsnri, Ltns (Ppa-de-C^Uis), inf. ÏH5.
Malle Jean-Marie, Colinout (11 auto-Garonne), inf. <j(,
Matton Cyriaque, Elrooungt (Nord), art. i.
Mstusieth Françoie, Buiellea. inf. i45.
Miuberet Edouard, Marseille, inf. 75.

I I r M 1 . ] ^ ,

Maudet Louis, Monlauban de Breiagnc, génie io,
Maudhnil Eraejt, La Rouerie cn-C^rnbourg (I.^t-V.), IrJ. M
Mnudouit Eugino, Vnodrime.nil (Manche), art. 3.
Mandant AuSU!lo, B.y>ï (Nord), art. i,
Maufroid Allii-n. Enndl,-i, inf. lerrit. ».
Maufroid Alphonse, Burt-PateriM (Nord), inf. lerrit. j.
Maufroid Arthur, Ferriere-la-i;rindo (Nord), art. »,
Wiufroid Emile, Feniire-la-Ci,mdo (Nord), art. i.
Mauger Daniel, U Bouline, Inf. >r9.
Manger Julea, Roti-par-tlretlcvills (Calvados), inf. col. II.
llaurau Joaepli, Montauriol (Pny d'Or), inf, 36.
Maureau Juin, Poitiers, inf. M.
Mauret Henri, 8t.-Amand Soulle, chats, al p. 7.
Maurice Jean, Glcnac (Morbihan), inf. il.
Maurice Joaeph, ChorS Henry (Mainc-el-Lotre), inf,
Maurice ïiea, Crcarei par Ganwa], genio 10.
Maurice Ï.ea-Marie, Le.ncven (Finiilire), art. J.
Maurin Louis, Martcille, Int. 7b.

Maurin Théodore, Leneder pnr Choml:on-le-Clialcau, Inï. go
Mnnrj Aleaii, La ltonhinait (lllc et-Vilaine), art. 1.
Manry Jean, Rion inr-MonlnRiie (Cantal), chaas. ap. SI.
Miuirat Victor, Cambrée (Maine el Lotrc), genio iô.
Majeur Arthur. Thivencelta (Nord), art. i.
Majeur Augustin, Bullj-lei-Miiics (l'is-dc Cslai.)', Int. iV. '
Majeur Albert, Mène, luri :T„i ;]■ Cj1uli!, art. i.
Majaux Julea, Couloirs (Nord), infanleria lerrilo.lale (.
Majer Ceorgea. Paris, art. 1.

Mayor Alb'crt, Trcton (Nord), art. ï.
Mayslin Xavier, Tourcoing (Nord), inf. lerrit. ï.
Marari Elle, Carnru, l'.-vrjlis (Av.iron), aerg., inf. oC.
Msiaje Edmond, Vcyrca (Puj.de-DOii.e), drng. 3o.
Uaze Emile, BrettvUte (Slinche), art. 3.
Mticai Jeon, Brest, mar..dc-log,. art. 3.
Maiéai Jean, Landcnnic fJllIsaliliQ. inf. toi. 7.
Mnemonl Adolphe, Houbali (Nord), inf. tib. .
Meikr Ferdinand. St.-Pois (Manche), mar. de-Iog., irt, ).
Maalngue François, Bully Crenay (Pas de-Cal ait), int. ijS.
Maiiouï Jtpn-Miiiif. N;iirc:sl.le ;L<jire), inf. 75.
Mmoujer Camille, Jcvcie (Ille et Vilaine), art. 3.
Maïajcr Louis, Chinihon-Fcugerolles (Loire), Inf. ÏB.
Uaïuel Anloine, Chenpcal (Puy-dc Dorne), chus, t p. ii-
Muuro Armand, Pool a-Mnreq (Nord), inf. ttS.
Masure Henri, Watrcloi (Nord), inf. lerrit. 1.
Masure Paul, Vilfjen (Artois), Inf. .i5.
Muure Zéphlr, Rohcraaen (Nord), Inf. terril, t.
Maiurier Arthur, Denain (Nord), ert. I.
Meer ïre», La Vanjre (Finiaiere), iri. 1.
Mehosae Auguste, Tourcoing (Nord), art. i.
Ucda Paul Toulouse (Haute Garonne), inf. (6.
Mddnrd Charles, Lelorcrt (Nord), inf. terril. ,.
KetK J.jsc|.|tl LormiK- (Sorji, inf. lerrit. i.
Mcoieniacclier Hector, Brouckerque (Nord), art". î.
Meffret Emile, Genève (Suisse), caporal, infanterie «.
Megal Pierre, Elincourt par Mareli, inf. terril, i.
Meyanch ImOi, Haulmout (Nord), art. I.
Vf . s ftadri, Chauffeur (Dordognc), art. Eï.
M(haui Emile, Aïesnet (Nunl), Inf. lerrit. t.
Mthaj Louis, Vemclles (Pas-de-Calais), Inf. JiS.
Meher Bene, Ennclicra.en-Weppcs (Nord), Inf. terril, i.
Meheul CtlesUn. 51,-Donoa (l'JHea-du-Nord), inf. 7*.
Uihaui Guitin, Paris, op., inf. terril. (,

MedlaMoui Lucien, Boubail (Sord), serg., Inf. ttrrlt. ï.
Mcignoile Joseph, Courneres (Pas-de Calaia), lui. iiS.
Mcillassoui Maurice, Hem (Nord), serg., Inf. lerrit. t.
Mcjano Germain, Entraje (Aia/ron), Inf. 06.
Mcjean Pierre, Moral (Ardeche). InJ. f/fi
Mtlin Emile, Cambrai (Nord), Inf. ii5.
Mclio Henri, Cumbrin (Pas-de Calait), Int. US. .
Mcllhche Léon, Itril II Ifpli (Nord), lof. 14s.
Melle Julien, Calais, art. ».

M cl lier Julea, Trtmgot» pnr Deat (H le-et-Vilaine), art. J.

M,::;:; McJ-ilf, lkii;r, Li.'îard (l>ris-de-Cali,t;, art. i.

Membre Joaeph, Aniin (Nord), art. 1.

Ménage Lionel, Confiant S le.-Honorine, génie 3,

Ménager Pierre, Vitré (Tile-el-VUlIne), ml. col. If.

Menand Henri, Ctmctourl (Manche), Inf. S3S.

Menant laldore, Freanaul (Oise), ehass. 1 p. (S.

Ménard Charle», Haubourdln (Nord), loi. 137.

Ménard Louis, Pré St.-Ger.al» (Seine), eouaiea i.

Ménard Lucien, Litlau (Calradoa), Int. col. J r.

Ménard Paul, Tourcoing (Nord), lut. aiS.

Ménard Paul, Marcq-en-Baroeul (Nord). Inf. lerrit. ï.

Ménard Pierre, RouLali (Nord), tuf. 3i5.

Mcntoùf Paul, Hautourdin (Nord), Inf. 14S.

Ménéles Charles, Sl.-Nuaire (Loire-Inférieure), tri 1

Menel Armand, Routiea (Nord), Inf. lerrit. 4.

Menet Edouard, Gart-Poleriei (Nord), art. 1.

Menel George», Lille (Nord), génie 3.

Mené» Cation, Pâturages, inf. lerrit. I.

Menei Guillaume, Tourbian (Finiilire), ut. 3.

Menguv Charlea, Corl.j (Cotea-du-Nord), lof. cot. Si.

(A aui.re.1

X-« enJU dee noma de la Hat* 4B a» troor* sa
■op pM m eut joint h 0* numéro.
 
Annotationen