Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 3.1870

Page: 393
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1870/0407
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
0

COLLECTION LA CAZE

AU MUSÉE DU LOUVRE

SOTÂMSC. SùCOURTÎ

Nous avions depuis longtemps
nos libres entrées chez M. La Caze.
A l'époque, déjà bien lointaine , où
son petit musée était installé rue
Neuve-des-Mathurins, et plus tard lorsque ses richesses furent trans-
portées rue du Cherche-Midi, nous visitions parfois, le dimanche, le
bienveillant amateur, que nous avions grand soin de quitter assez vite
pour qu'il lui fût possible d'aller faire à l'hôtel Drouot son pèlerinage
habituel. M. La Gaze avait pour la peinture une passion intelligente, et
lorsqu'il parlait de ses tableaux, il était vraiment bon à entendre.
Trop libéral pour s'enfermer dans un système, il cherchait la vérité,
et, comme il possédait, à côté d'œuvres d'une authenticité irrésistible,
quelques peintures inquiétantes et d'un mystère troublant , il aimait à
questionner le visiteur, si petit qu'il fût, et à déchiffrer avec lui le
mot obscur de l'énigme. Dans sa sincérité parfaite, il a corrigé beau-
coup d'erreurs; mais il est mort sans avoir résolu tous les problèmes
au milieu desquels se passait sa vie.

Et c'est au Louvre maintenant qu'il nous faut poursuivre l'étude
commencée ailleurs. Là du moins nous aurons la grande lumière, la
libre discussion, et le concours des curieux qui, tous les jours renOUVe-
tB. — 2e PÉRIODE. §0
loading ...