Jomard, Edme François [Hrsg.]
Description de l'Égypte: ou recueil des observations et des recherches qui ont été faites en Égypte pendant l'expédition de l'armée française, publié par les ordres de Sa Majesté l'Empereur Napoléon le Grand (Band 5,1,2: Texte 2): Histoire naturelle — Paris, 1813

Seite: 134
Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/jomard1813bd5_1_2/0136
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
124 DESCRIPTION DES MAMMIFÈRES

8. Roussette d'Egypte. Pterûpus JEgyptiacus.

Les sept genres de chauve-souris dont je viens de traiter, composent, à
quelques égards, un seul et même grand genre : toutes ces chauve-souris ont l'es-
tomac , les intestins, tous les viscères abdominaux et les dents molaires conformés
de même ; toutes aussi se nourrissent d'insectes.

Il est, en outre, d'autres raisons de les comprendre, comme je l'ai déjà fait,
sous le nom de chauve-souris insectivores. Aux organes de la digestion corres-
pondent ordinairement ceux de la locomotion; et, en effet, ce qui est ailleurs
dans une corrélation si bien suivie, qu'il ne survient point de modifications d'un
côté qu'elles ne soient comme par contre-coup éprouvées de l'autre, ne sauroit
manquer d'avoir son application dans le cas qui nous occupe, puisque les chauve-
souris seroient envain déterminées, par leur organisation, à vivre de proie, si
elles n'avoient les moyens de la poursuivre et de la gagner de vitesse dans les
régions atmosphériques.

Or, c'est précisément ce que nous allons trouver.

Nous avons bien constaté quelques différences dans les principaux organes du
mouvement, principalement dans l'aile, en traitant séparément des genres dont
se compose le groupe des chauve-souris insectivores ; mais si l'on y a fait atten-
tion , on a vu que ces différences ne portent que sur les parties extrêmes de
l'aile, et sont de peu d'importance.

Au contraire , l'aile considérée de plus haut et dans ce qui lui est tout-à-fait
essentiel, est conformée, chez toutes les chauve-souris qui vivent d'insectes,
d'une manière uniforme, et toute propre à leur procurer une extrême vitesse dans
le vol.

Sa partie humérale ne repose pas sur le tronc comme dans la plupart des mam-
mifères ; mais, comme dans ceux qui fouillent, ou plus généralement dans ceux qui
font un continuel et violent usage des extrémités antérieures, elle prend naissance
vers la moitié du cou. Comme en même temps la tête de l'humérus ne sauroit
abandonner son lieu ordinaire d'articulation, c'est-à-dire, la cavité que lui forment
l'omoplate et la clavicule à leur rencontre, il arrive que ces pièces, chargées de
supporter l'humérus, sont agrandies hors de toute proportion, et en quantité
suffisante pour que, sans quitter leur station ordinaire sur le tronc, elles four-
nissent à leur autre extrémité, vers la ligne des vertèbres cervicales, les moyens
d'articulation qu'en exige l'humérus.

II résulte de cet accroissement des os de l'épaule, que les muscles qui en
forment le revêtement sont beaucoup plus amples et plus forts, et ce sont pré-
cisément ceux qui meuvent l'aile ; que l'insertion au-delà et en avant du tronc
change l'équilibre de toutes les parties du corps à l'égard de l'axe autour duquel
se font tous les efforts du vol ; et qu'enfin cette modification a son influence sur
le port des chauve-souris, laquelle se manifeste, en ce qu'elles semblent privées
de cou et paroissent avoir la tête soutenue par les épaules.
loading ...