Sadurska, Anna; Michałowski, Kazimierz
Palmyre: fouilles polonaises (Band 7): Le tombeau de famille de Alainê — Varsovie, 1977

Page: 71
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/palmyra_bd7/0075
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
Chapitre X

CHRONOLOGIE GÉNÉRALE

Première phase
L? histoire du tombeau commence avant l’an 138 avec les travaux de construction. En 138
de n.è. étaient achevés : l’entrée avec le seuil aménagé dans le soubassement, la porte d’entrée,
la galerie avec son décor architectonique, la chambre funéraire avec son podium sous l’arcade
supportée par deux piliers. Les travées étaient bâties dans le podium, couvertes des dalles amovi-
bles. En même temps on a construit dans la chambre funéraire les deux soubassements pour les
sarcophages dans les niches. Il est possible, que les travées dans l’exèdre droite étaient bâties
en même temps.
En 138 de n.è. sans doute on a inscrit sur le linteau le texte de fondation, qui évoque le nom
de 'Alainê fils de Hairan et qui laisse la place pour le nom du fondateur futur des sculptures
funéraires.
Au cours de la période entre l’an 138 et ca 240 on remplissait les tombes dans la chambre
funéraire. On y a enterré probablement le fondateur avec ses proches, son frère Soraikû et les
descendants de ce dernier. On a pu reconnaître parmi eux son fils 'Ogeilû et ses deux petit-fils,
enterrés tous les trois dans la tombe frontale, au centre du podium.

Deuxième phase
Après l’an 180 le dallage du podium a été consolidé. Entre 180 et 240, mais probablement
après 210 et avant 230 dans l’atelier du Maître des Rinceaux Animés a été exécuté le monument
grandiose de famille, composé de cinq lits et deux statues funéraires qui ont formé le penteklinium
sur le podium dans la chambre funéraire.
En même temps a eu lieu le démontage de l’entrée pour faire passer les sarcophages, de
0,15 m plus larges que la porte du tombeau. Durant ces travaux on a endommagé le seuil. Par
conséquent pour fermer le tombeau on a du reconstruir l’entrée avec un nouveau seuil, posé
au-dessus du premier et avec une nouvelle porte, de 0,20 m plus basse que la précédente (hauteur
du second seuil).
Toujours dans la deuxième phase, entre 180 et 240, les cinq tombes médianes de la première
rangée ont été obturées par les bustes funéraires, qui ont formés le décor symétrique du podium
au-dessus de son socle mouluré.

Troisième phase
En 272 de n.è., ou peu après, au temps de guerre et de désordre a eu lieu un pillage brutal
du tombeau. Les pilleurs ont ouvert les sépultures par l’enlèvement des dalles du podium et
celles de la première rangée par l’enlèvement des portraits funéraires, brisés en morceaux ou
loading ...