Sadurska, Anna; Michałowski, Kazimierz
Palmyre: fouilles polonaises (Band 7): Le tombeau de famille de Alainê — Varsovie, 1977

Page: 63
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/palmyra_bd7/0067
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
Chapitre VII

MENUS OBJETS

e catalogue des menus objets compte 34 positions. Ces objets appartiennent à des caté-


1—/ gories très différentes et couvrent un espace de temps entre la fondation du tombeau et les
XIVe-XVIIe siècle, quand la partie non écroulée de la galerie était utilisée par les habitants
du désert voisin et du village.
Au point de vue matière, nous avons trouvé dans le tombeau 10 objets en argile (en dehors
des lampes), 2 en verre, 9 perles en pâte de verre et pierre, 9 objets en bronze, 1 boule de pierre,
3 fragments des meules, 6 monnaies, dont malheureusement trois se sont égarées pendant la
campagne de 1971, avant le nettoyage, mais appartenaient probablement à la catégorie des
monnaies nabatéennes des IIe-IIIe siècles tout comme notre cat.m.o. 28. Les deux restantes sont
arabes.
Parmi les objets il faut distinguer 1 anse timbrée, 2 thymiateria (cat.m.o. 2-3), 7 vases et
fragments de vases (cat.m.o. 4-10), 1 fragment de vase en verre (cat.m.o. 11), 7 bijoux et fragments
de bijoux, auxquels il faut joindre 9 perles (cat.m.o. 12-18, 21-27), 3 ustensiles (cat.m.o. 19-20,
31).
Il faut remarquer que 16 objets à peine furent trouvés dans les travées : 2 thymiateria, 2 frag-
ments de vases (cat.m.o. 2-5), 8 perles (cat.m.o. 13-17), 3 boucles d’oreilles (cat.m.o. 21, 23) et
1 fragment de collier (cat.m.o. 24). Les travées dans lesquelles les objets ont été trouvés se limitent
au nombre de six : 3 (cat.m.o. 13), 5 (cat.m.o. 5), 13 (cat.m.o. 2), 14 (cat.m.o. 3, 4, 16, 17, 23, 24),
31 (cat.m.o. 14, 15), 38 (cat.m.o. 21).
La première conclusion à tirer est que les petits vases à fumigations (thymiateria) étaient,
comme les lampes, placées dans les sépultures durant les funérailles, peut-être avec de l’encens
brûlant. Dans le climat de Palmyre, l’usage est facilement compréhensible.
La seconde conclusion est que les bijoux laissés aux morts se bornaient aux bronzes, parfois
l’argent (absent dans le tombeau de 'Alainê), en pâte de verre et pierres semi-précieuses. L’or
n’avait d’ailleurs aucune chance de survivre dans un tombeau violé si systématiquement que
celui de 'Alainê. Mais nous croyons, d’après les autres trouvailles de ce type, qu’il existait à Paî-
myre des bijoux destinés à l’usage funéraire, qui remplaçaient pour le dernier voyage les orfèvreries
précieuses des Palmyréniennes et Palmyréniens. Le but était double : garder les bijoux véritables
et sauvegarder le tombeau contre les voleurs.
Un groupe à part est formé par les objets sans doute postérieurs à l’Antiquité : fragment
d’une bouteille de pèlerin (cat.m.o. 10), boule de pierre pour broyer les baies de térébinthe
(cat.m.o. 31), meules (cat.m.o. 32-34) et deux monnaies arabes (cat.m.o. 29-30). Ces objets
ont été trouvés dans l’exèdre gauche (fragment d’une bouteille, cat.m.o. 10, la monnaie, cat.m.o.
30), dans la galerie au-dessus du dallage entre les sarcophages (fig. 15 pour le dallage ; les objets :
fragments des meules, cat.m.o. 32-34, la boule, cat.m.o. 31) et sous le four, qui se dressait au
dessus du tombeau (la monnaie cat.m.o. 29). L’exèdre gauche, jamais aménagée dans l’Antiquité,
servait aux mêmes buts que la partie non écroulée de la galerie. Il nous semble, d’après ce matériel
loading ...