Revue égyptologique — 7.1896

Page: 28
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egyptologique1896/0038
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
28

J. de Rougé. Le poème de Pentaoue.

l. 69.

(en) tes-t àu-à uàkuà àu-à lier nevtu - em - uasx Nurâu-heru-tâ2
de nations. J'étais seul : j'étais avec Nechtemus (et) Nurahuret

p. s. viii, 7.
l. 69.
k. 60.

nai-â hetar-u aa-u ntu sen na kem-u-à er sep

mes chevaux grands : ce sont eux que j'ai trouvés à la prise

p.s.vni.7. ^é^Û^^®®^^^° eM^%!ÎM^()

l. 70. ^<$()

k.6o. ^M\mh^Wê. ^*K.?.ïkûÛ

II

^ I

mji ail I mm ^ m iii

tot-â àu-à uâu kuâ lier3 tes-tu asu n/amiui

de ma main. J'étais seul moi au milieu des peuples nombreux, se courbant

(La suite prochainement.)

(Bid.) donne le sens c

e.

< J'ai repoussé toutes les nations, et j'étais seul. » — Bkugsch

e «craindre», qui ne pourrait convenir dans ce passage : remarquez d'ailleurs le

< > n—^

déterminatif n—£>, qui se retrouve dans les mots signifiant : «côté, mettre de côté». Cf. , rek

A s-o

«cesser, être séparé».

1 «Victoire dans Thèbes et Mu-t satisfaite. » Ce sont les noms des chevaux de Ramsès, comme l'ex-
pliquent les textes monumentaux : le papyrus se contente d'ajouter le déterminatif des quadrupèdes. —

Doit-on lire dans le second nom V\ le vautour par mu-t, le nom de la déesse, ou par (_

neràu, nou-pe, qui est le nom du vautour? L'absence de phonétiques laisse dans l'indécision.

2 RU Q (1 l heru-tâ est le participe féminin de |"D 7ier « être tranquille », cf. oepi, quiesce?

Ex. : Champ., Notices, 164- Aménophis III : y aaaaaa ^ i «S. M. dirige la victoire, con-

dxà^ s-a I v^^-s-Ci

fiant dans sa vaillance» (cf. Louqsor, 1. 87).

3 Le papyrus a la variante : àu-à uâ-k her-à en em-xennu pe %erui-u «J'étais seul moi de ma personne

au milieu des ennemis ». Dans ^ ® le second signe est déterminatif.
(3 i 1 1

* 1; ^ ^ ^) ' Xamu*~u es* un ver0e assez rare : il exprime ici un sentiment de l'ennemi.

Si ce verbe est le même que l'on rencontre ainsi écrit ^ ' 06 sei a^ *es ennemis se cour-

bant par soumission-, mais le déterminatif dans notre texte £J) peut indiquer une autre nuance (cf. ci-

dessus : Louqsor, 1. 27 ^_d_a^_P s__a)' Faut"il rapprocher ce mot de ^ > qui est un verbe

de mouvement? M. Maspero {Hymne au Nil, p. 12) compare ce mot à ^ /-^> y\ «s'incliner». (V

plus loin Karnak, 1. 63 : « Ne tombez pas » ,_A_ [ vb\ /v^aa Q v\ y\ et Karnak, 1. (H :

iii

i jfj 1 q A <^> " ^*v^ «Quiconque vient à tomber», etc.)
loading ...