Société de l'Histoire de l'Art Français [Editor]
Bulletin de la Société de l'Histoire de l'Art Français — 1915-1917(1918)

Page: 124
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/bshaf1915_1917/0132
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
124

LETTRE ET MÉMOIRE DE VIEN

Le 22 nivôse an III, Vien adressait à une personne
qui n’est pas nommée la lettre suivante, accompagnée
d’un mémoire où il réclamait les sommes qui lui
étaient dues et où il exposait sa triste situation. Ce
mémoire contient des détails intéressants, mais dont
beaucoup sont connus. La partie la plus curieuse est
celle qui concerne son école. On voudrait savoir les
noms de ses élèves qui ont renouvelé l’art dans le
mobilier, dans l’orfèvrerie, dans la soierie et « dans
toutes les parties de l’industrie commerciale dont le
dessin est la base ».

G. Vauthier.

Citoyen,

Pénétré du véritable intérêt que vous portez aux arts
et aux artistes, j’ose espérer que vous ne me refuserez
pas celui que je vous prie de vouloir bien prendre pour
moi lorsque vous aurez fait la lecture du mémoire que la
confiance que j’ai en vous m’a dicté de vous adresser. Ce
mémoire a été envoyé au Comité d’instruction publique,
et comme la Commission exécutive peut être consultée et
même chargée d’en donner avis, personne mieux que vous
ne sait mieux l’usage qu’on en doit faire. Je me remets
entièrement à vos soins, me réservant de vous en témoi-
gner toute ma reconnaissance lorsque mon indisposition
et le temps me le permettront.

Salut et fraternité.

Le citoyen Vien, peintre, âgé de soixante-dix-neuf ans,
réclame la justice et la bonté pour le faire entrer en jouis-
sance des sommes ci-après qui, aux termes de la loi, lui
sont dues par la nation : i° pour un tableau de treize pieds
de long sur dix de hauteur représentant Enée et Hélène
loading ...