Société de l'Histoire de l'Art Français [Editor]
Bulletin de la Société de l'Histoire de l'Art Français — 1915-1917(1918)

Page: 172
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/bshaf1915_1917/0180
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
RAPPORT DU COMTE DE FORBIN

SUR LE SALON DE 1824

Paris, le 8 décembre 1824.

Le comte de Forbin, directeur général des Musées
royaux,

A Monsieur le vicomte de La Rochefoucauld, chargé du
département des beaux-arts au ministère de la Maison
du roi.

Monsieur le Vicomte,

On s’étonnerait moins du peu de réputation de notre
Ecole dans les pays étrangers si l’on réfléchissait à la
funeste influence de l’opinion émise par plusieurs jour-
naux. Quelques-uns d’entre eux ne semblent oublier leurs
divergences habituelles que pour flétrir les artistes fran-
çais, pour proclamer la déchéance d’une École dont ils
n’ont jamais reconnu la supériorité.

Il est à regretter que la critique des arts en France soit
abandonnée à des hommes qui, ayant vainement essayé
de s’y faire un nom, découragés de leur médiocrité, portent
ensuite dans la facile profession de médire par écrit toute
l’amertume de l’exil et toute la rage de l’impuissance.
J’apporterais vingt preuves irréfragables à l’appui de cette
assertion.

On ne cesse de répéter d’après de semblables autorités
que l’École française tombe, que les expositions sont
faibles, et l’éternel refrain de cette plainte qui fait tant de
dupes est toujours que la direction donnée aux arts est
fautive et surtout que les encouragements sont insuf-
fisants.

On ne dirige point les arts; on ne soumet pas le génie,
pas même le talent, à une marche régulière ; ils produisent
ce qu’on ne leur demande pas de préférence à ce qu’on
leur ordonne. Que nous reste-t-il de ce qui fut exécuté
loading ...