Société de l'Histoire de l'Art Français [Editor]
Bulletin de la Société de l'Histoire de l'Art Français — 1918-1919(1919)

Page: 50
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/bshaf1918_1919/0056
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
— 5o

Valenciennes, si on les y eût laissées à l’abri, eussent peut-
être moins souffert que dans un transport hasardeux et les
circonstances qui suivirent.

Burg, une fois la décision prise, déploya en la cir-
constance, dans la bousculade où l’autorité supérieure
l’engagea, avec d’invraisemblables moyens de fortune
comme emballage et comme transport, une activité
inquiète et un zèle anxieux que sa connaissance de l’im-
portance de son dépôt et son sens très aigu d’expert et
d’amateur durent rendre à certains moments véritable-
ment tragiques. Trois péniches furent chargées à Valen-
ciennes, des charrettes à bœufs servant au transport, sous
la menace de l’ordre qui allait faire sauter les écluses des
canaux, au milieu du pêle-mêle des voies de communi-
cations embouteillées, des trains de munitions et de maté-
riel, sous la menace du bombardement aérien, etc. Elles
mirent un grand mois pour atteindre Bruxelles, où, à
peine le déchargement commencé, pendant les premiers
jours de novembre, l’insubordination des soldats alle-
mands en crise de bolchevisme, l’annonce des désastres
définitifs firent abandonner la partie aux experts et em-
ployés du service de protection allemand.

Ceux-ci vinrent implorer alors le secours des autorités
bruxelloises et leur firent remise de leurs convois.
M. Fierens-Gevaert, conservateur des Musées royaux de
Bruxelles, intervint et, grâce au concours financier qu’il
obtint des échevins de Bruxelles, il put, pendant que les
Allemands s’enfuyaient, faire décharger les péniches et
hospitaliser les milliers de caisses, de tableaux et de
sculptures non emballés, partie au Musée d’art ancien,
partie au Musée moderne, partie au Palais de Justice de
Bruxelles. Grâces lui soient rendues pour ses soins et son
dévoûment !

Cet énorme dépôt fut visité une première fois en
décembre pendant que M. Fierens-Gevaert et ses col-
laborateurs en poursuivaient l’inventaire. Puis une recon-
naissance contradictoire y eut lieu entre M. Vitry et le
Dr Demmler à la fin de janvier sur les bases de l’inven-
taire belge. Entre temps, les conservateurs des Musées du
Nord y avaient été appelés pour démêler leurs richesses
loading ...