Société de l'Histoire de l'Art Français [Hrsg.]
Bulletin de la Société de l'Histoire de l'Art Français — 1918-1919(1919)

Seite: 95
DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/bshaf1918_1919/0101
Lizenz: Freier Zugang - alle Rechte vorbehalten Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
- 95 -

Un collectionneur inconnu : J.-B.-A. Dudevant.

(Communication de M. Gabriel Vauthier.)

Dudevant! Ce nom, lorsque le hasard nous le présenta
dans un carton des Archives, inscrit sur une chemise, ce
nom nous frappa. George Sand n’était-elle pas baronne
Dudevant, et ne s’agissait-il pas, dans l’inconnu que nous
venions de rencontrer, d’un parent de son mari?

Le Cabinet des titres, dans les documents réunis par
Chérin, répondit tout de suite à notre question.

Originaires de la région de Nérac, les Dudevant ont
des prétentions à la noblesse. L’aïeul le plus lointain
auquel on puisse remonter est noble Jérémie d’Ude-
vant (sic), sieur de Villeneufve (1540). Au xvme siècle, un
de ses descendants, Jacques, est négociant à Bordeaux;
ancien consul et juge de la cour de la Bourse, il obtient
« un certificat de haut et puissant seigneur, portant qu’il
n’a jamais fait que le commerce en gros, qu’il appartient
à une honnête famille et qu’il jouit surtout d’une réputa-
tion de probité ».

Son testament, fait en 1780, nous permet de connaître
sa famille. Son fils aîné est à Québec, prêtre des Missions
étrangères; le second lui'a succédé dans son négoce; le
troisième est Jean-François Maisonneuve, qui sera colo-
nel, baron de l’Empire et député de Lot-et-Garonne. —
C’est le père de Casimir, futur mari de George Sand.
Restent deux enfants : une fille, qui épousa un secré-
taire du roi; enfin, un dernier fils : c’est celui dont nous
nous occupons, Jean-Baptiste-Arnaud Dudevant de Ville-
neufve, dit Broust, né en 1759.

Cette famille est riche; elle compte parmi les premières
de la ville; elle a de belles relations. Quand le cadet,
« écuyer, conseiller-rapporteur en la chancellerie établie
près le parlement de Bordeaux, et l’un des directeurs de
la Chambre de commerce », va à Paris pour épouser la
fille d’un fermier général, il a pour témoins le maréchal
de Richelieu, gouverneur de la Guyenne, et d’autres
nobles personnages. Elle se distingue aussi par sa piété.
Le père fait des legs pieux. Le fils aîné est entré dans les
loading ...