Société de l'Histoire de l'Art Français [Editor]
Bulletin de la Société de l'Histoire de l'Art Français — 1918-1919(1919)

Page: 96
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/bshaf1918_1919/0102
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
— 96 —

ordres : le dernier va-t-il, comme lui, se destiner au sacer-
doce? En 1780, Jean-Baptiste est au séminaire de Saint-
Sulpice : il est clerc tonsuré. Il pourra donc rentrer dans
le monde quand il le voudra, et c’est ce que semble pré-
voir son père quand il lui lègue 75000 francs, et 100000
(en tout) dans le cas où il renoncerait à l’état ecclésias-
tique.

C’est ce qui arriva. Le jeune homme revint à Bordeaux,
puis se mit à voyager. Il visite d’abord l’Italie, comme le fai-
saient les fils des riches familles auxxvue et xvme siècles.
Ils couronnaient ainsi leur instruction et, ajoutons-le,
d’après de nombreux témoignages, s’ils voyaient du nou-
veau et savaient le comprendre, en vrais Français, ils se
montraient volontiers verts galants :

... Nous donnions chez les dames romaines,

Et tout le monde, là, parlait de nos fredaines,

disait déjà le bonhomme Chrysale dans les Femmes
savantes.

Notre Dudevant se permit-il des distractions extra-
artistiques? Nous l’ignorons. Cependant, en raison même
de son entrée volontaire à Saint-Sulpice, on peut croire
au sérieux de son caractère. Il aime l’antiquité et, comme
nous disons aujourd’hui, il se spécialise, car ce qui l’in-
téresse, ce sont les camées, les pierres gravées et les
bronzes. Où ce goût s’est-il développé et éclairé? A Paris
probablement, car il dut être grand visiteur du Cabinet
des médailles, mais à Bordeaux il avait déjà pu trouver
des éléments pour s’instruire. L’intendant de la province,
Dupré de Saint-Maur, avait groupé dans une salle de son
hôtel les inscriptions et statues gallo-romaines dispersées
dans la capitale de la Guyenne. De plus, en 1768, cette
ville avait réorganisé son académie de peinture, sculp-
ture, architecture civile et navale, et, d’après certaines
expressions un peu vagues qu’on trouvera plus loin, le
jeune Dudevant n’aurait-ih pas essayé de dessiner et de
peindre?

C’est en 1786 et en 1787 qu’il est en Italie. — Il voyagea
pendant quatre ans. — Ce sont les dates que portent
quatre petites gravures charmantes de Pedroni qui repré-
loading ...