La chronique des arts et de la curiosité — 1917(1919)

Page: 27
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1917_1919/0031
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
ET DE LA CURIOSTIE

27

REVUE DES REVUES

Les Arts français (lre année, n08 1 à 4).— Nous
souhaitons la bienvenue à cette nouvelle revue (1),
dont le sous-titre : « Arts décoratifs, Métiers, In-
dustries » dit les préoccupations et le but. Chaque
livraison se compose de trois parties : l’une con-
sacrée aux études d’art ou d’art appliqué ; une
autre, contenant le Bulletin du Comité central
technique des arts appliqués et des Comités ré-
gionaux ; une troisième, résumant les nouvelles
artistiques, annonçant les concours, les exposi-
tions, etc.

Dans le premier numéro, on lira avec intérêt
des études de M. Gustave Geffroy sur Le Salon
des Armées (9 ill.) ; — de Mm* Ory-Robin sur
La Tapisserie moderne (9fig.); — de M. Jean
Balfier, Pour les arts du pays : poteries régio-
nales du Berry et du Nivernais (1 planche hors
texte).

Dans le deuxième numéro : L’Imagerie popu-
laire, par notre collaborateur M. Clément-Janin
(10 reprod.) ; — Le Métier du fer, par M. Emile
Robert (11 flg,); — des Idées et opinions d’Octave
Mirbeau sur le dessin ; de M. Auguste Rodin sur
le dessin et les couleurs (2 dessins) ; de M. Paul
Andra sur Nice, ville de la couleur.

Dans le troisième numéro : La Reconstruction
des villages dévastés, par M. Paul Léon “(Il fig.);
— Steinlen, par M. Georges Auriol (9 reprod.). —
et la réédition d’opinions deQuatremère de Quincy
sur la réforme de l’enseignement des Beaux-Arts.

Dans le quatrième numéro : La Sculpture orne-
mentale, par M. Alfred Lenoir (12 fig.) ; — Le Rôle
artistique de l’Union française, par M. Albert
Besnard ; — L’Ecole Estienne, par M. Charles
Saunier (7 fig.).

L’Art français moderne (n° 3, avril 1917). —
Dans ce troisième bulletin du Comité de l’Art
français moderne, M. G. Quénioux passe en revue
la situation actuelle des arts appliqués, les ré-
formes à accomplir et que le Comité poursuit,
parallèlement au Comité central et aux Comités
régionaux dont il est question plus haut, insti-
tués par le sous-secrétariat des Beaux-Arts; enfin
montre comme exemples d’heureuses réalisations
dans ce sens, un choix d’architectures, d’inté-
rieurs, de meubles, d’étoffes, de céramiques, de
bijoux, de toilettes, de poupées, de couvertures
de livres, de vignettes, etc., présentés en 21 plan-
ches en noir et en couleui’s.

— M. Edmond Pottier, en post-scriptum à son
étude du fascicule précédent sur Les Jouets de
France, parle ensuite de la deuxième Exposition
de ces jouets au Musée des Arts décoratifs et
signale le joli article que notre collaboratrice
Mme Jeanne Doin a consacré dans notre Gazette
à la renaissance de la poupée française.

Revue des Deux Mondes (1er mai). — Un
Crime allemand : la destruction de Coucy a ins-
piré à M. Germain Lefèvre-Pontalis des pages élo-

(1) Pievue mensuelle; Larousse, éditeur. Abon-
nement annuel : France, 12 fr. ; étranger, 15 fr.

quentes et érudites où il retrace le passé de l’ad-
mirable château et flétrit comme il convient la
destruction accomplie sans raisons valables de ce
chef-d’œuvre, unique au monde : « Il meurt, comme
notre Reims, tous deux, le temple et le donjon,
trop beaux, trop expressifs, trop français. Il meurt
d’un coup de basse lutte inavouable qui, sous le
couvert du mensonge méthodique, satisfait l’envie
d’un peuple et l’abjection de ses calculs. »

L’Art et les Artistes (n° spécial). — Ce nouveau
numéro est consacré à La Serbie glorieuse. Après
des pages du général Malleterre sur le martyre de
la malheureuse nation, M. Gabriel Millet retrace
l’histoire de l’art serbe dans le passé, et M. Ar-
mand Dayot donne des notes sur l’art serbe con-
temporain. 122 gravures illustrent cet intéressant
fascicule.

Revue des études napoléoniennes (janvier
1917). — Notre collaborateur M. Charles Saunier
conte, dans cette livraison, l’histoire et les aven-
tures d’une grande toile du peintre Ph.-A. Henne-
quin, élève de David: Les Remords d'Oreste, qui,
après avoir joui, lors de son apparition au Salon
de 1800, d’une vogue inouïe (Michelet l’appelle
« le tableau capital de ces temps-là », y voyant re-
présenté symboliquement l’esprit révolutionnaire,
incarné par Oreste, poursuivi par les Furies de la
contre-Révolution) et après avoir figuré au Louvre,
fut attribué en 1874 au musée de Saint-Pol et gît,
depuis plus de vingt ans, roulée au fond d’un gre-
nier, ses grandes dimensions l’ayant fait trouver
gênante. M. Saunier fait appel, avec raison, à un
de nos députés épris de choses d’art, pour faire
cesser ce scandale et exposer ce tableau soit dans
un musée assez vaste, soit dans une salle de tri-
bunal.

American Journal of archaeology, vol. XVIII,
1914 (janvier-mars). — Guy Blandin Colburn,
Civita Lavinia, le site de l’ancien Lanuvium (suite
dans les n'3 2 et 3). Portique, théâtre, mur, pont, etc.

— Duffield Osborne, Une pierre gravée gréco-
indienne (collection de l’auteur). Déesse à draperie
flottante portant une corne d'abondance (Lakshmi,
épouse de Vishnou?)

— Parmi les acquisitions du Metropolitan Mu-
séum de New-York mentionnées dans les Nou-
velles archéologiques sont figurées une cylix d’Eu-
phronius (Héraclès) ; une statuette en bronze de
l'Aphrodite de Cnide, et une autre (archaïque) re-
présentant Silène, avec des sabots de cheval, enle-
vant une nymphe (cf. les monnaies contemporaines
de Thasos). Est aussi reproduit un fragment de
predelle (Madeleine repentante) par Botticelli, de
la collection Johnson, à Philadelphie.

(Avril-juin). —- A. L. Frolhingham, Découverte
du Capitole et du forum de Vérone (1912). Le
forum occupait l’emplacement de la Piazza dell’
Erbe, le Capitole (sur un tertre artificiel) celui de
la Piazzetta di S. Marco. Epoque d’Auguste.

— Dioclétien et Mithra sur le Forum romain. Il
s’agit d’un des reliefs (face centrale) sculptés sur
la base de l’une des colonnes surmontées de sta-
tues érigées en 303 à Dioclétien et à ses collègues.
Derrière l’empereur sacrifiant Roma se dresse une
loading ...