La chronique des arts et de la curiosité — 1917(1919)

Page: 253
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1917_1919/0297
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
loin.

BUREAUX: 106. BD SAINT-GERMAIN (6‘)

Décembre.

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS
Les abonnés à la Gazelle des Beaux-Arts reçoivent gratuitement la Chronique des Arts el de la Curiosité

Le LTuméro : 1 Franc

PROPOS DU JOUR

Qïm £ ’adminislration des Beaux-Arts sem-
^"3 b le appelée à des destinées nouvelles.
A p rès la nomination de M. Paul
Léon à la direction de cet important
service, et celle de M. Léon Bérard au ministère
de l'Instruction publique, le renouvellement de
la Chambre nous apporte quelques espoirs en
une meilleure organisation, en une meilleure
compréhension, surtout, du rôle dévolu en ce
pays, à un pareil dicastère.

Son existence même a été souvent critiquée;
on a discuté, avec âpreté parfois, la question de
savoir si l’art devait être administré ou non.
Sans chercher à élucider cette question de
principe, posons en fait que les problèmes
actuels, si nombreux et si graves, ne per-
mettent point pour le moment la disparition
d’un organisme qui aura à résoudre des pro-
blèmes tels que ceux des monuments saccagés,
des objels d’art dispersés ou des musées à
reconstituer. Ce n’est pas là, du reste, sa seule
tâche : l’enseignement artistique, l’organisa-
tion de nos collections publiques, la très grosse
question de l’Exposition internationale d'art
décoratif de 1922 et de l’appui qu’il y aura
lieu d’accorder aux artistes et artisans pour
qu’ils puissent s’y mesurer avec leurs concur-,
rents étrangers, doivent retenir promptement
son attention. Il est certain aussi qu’il faudra
songer à la façon dont s’exercera désormais la
sollicitude de l’administration dans les cas nom-
breux (décoration des édifices publics, concours,
fêtes et commémorations de tous genres, expor-
tation des œuvres d’art, etc.) où son interven-
tion sera requise. C’est une tâche très grande
pour laquelle on peut faire crédit aux personna-
lités placées maintenant à la tête du service.

Il faut souhaiter seulement que la Chambre
nouvelle se rende bien compte du rôle de l’art
dans la société moderne et qu’il est fonction
essentielle de notre prestige comme de notre
prospérité économique. Il nous souvient que
M. le député Perreau Pradier proposa la création

d’une commission parlemenlairedesBeaux-Arts,
proposition qui ne fut jamais rapportée, croyons-
nous. Peut-être le moment est-il venu de consti-
tuer au moins un groupe dont les membres se
pénètrent de la valeur de questions véritable-
ment vitales.

Et, enfin, c’est à peine s’il est besoin d’émettre
le vœu que des faits pareils à ceux qui se sont
produits pour la confection de la Croix de guerre
ou de la médaille de la Reconnaissance fran-
çaise ne se reproduisent pas pour la médaille
commémorative de la Victoire. Ainsi, par un
ensemble rie \ ues nettement exprimées, par des
dispositions qui modifient certains concepts
surannés, et par des méthodes de prévision et
d’attention, de même que par un sens très nef
de la diversité de la fonction, on peut attendre
beaucoup de ce renouvellement quasi-général
dont il serait déplorable que l’Art ne profilât
pas.

NOUVELLES

Par décret en date du 1 décembre rendu
sur la proposition du ministre de l’Instruction
publique et des Beaux-Arts, M. 11. Weingartner,
directeur de I’ ,cole nationale de musique de
Nantes, a été nommé chevalier de la Légion
d’honneur.

Par arrêté'du ministre de l'Instruction
publique et des Beaux-Arts en date du 20 novem-
bre, M. Maurice Denis, artiste peintre, a été
nommé membre du Conseil supérieur de l’en-
seignement des Beaux-Arts, en remplacement
de iVl. Ernest Laurent, nommé professeur chef
d’atelier à l Ecole nationale supérieure des
Beaux-Arts.

Par décret en date du 26 novembre rendu
sur le rapport du ministre de ( Instruction pu-
blique et des Beaux-Arts, ont été nommés
membres du Conseil des musées nationaux pour
une durée de trois ans à dater du 1er janvier
1920: MM. Léon Bourgeois, Eugène Lintilhac,
sénateurs; Louis Barthou, Georges Leygues,
députés; Jean Romieu, président de section au
Conseil d’Etat; Abel Combarieu, conseiller-
maître à la Cour des comptes ; Léon Donnât,
Jules Coutan, membres de l’Institut; Gustave
loading ...