La chronique des arts et de la curiosité — 1917(1919)

Page: 73
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1917_1919/0077
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
1018.

BUREAUX : 106,13u SAIN T - G E R MAI X (6e;

Janvier-Mars.

LA.

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS
Les abonnés à la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement la Chronique des Arts ut de la Curiosité

X^e IN'-u.m.éro : O fr. 75

PROPOS DU JOUR

jEs mesures viennent cTêtre prises
en vue de préserver divers mo-
numents parisiens contre les in
cursions aériennes ennemies.
Toute une série de statues, de bas-reliefs,
dont on trouvera plus loin la nomenclature,
ont été recouverts de madriers et de sacs
de terre, voire de maçonnerie. Ces mesures,
extraordinairement tardives, ont ceci de bon
qu’elles enseigneront à beaucoup le respect
des œuvres d’architecture et de sculpture.
Du moins, faut-il le souhaiter. Et, en un
temps où on les méprise volontiers et les
entretient si mal, il est excellent de montrer
qu’elles font partie d’un patrimoine de gloire
et de richesse au même titre que les tableaux
et objets mobiliers si vivement évacués en
1914.

Pourquoi cette différence de traitement, du
reste, et ce long délai? L’Italie, pourtant,
n’avait point hésité, dès son entrée en guerre,
ii protéger nombre dhmvres exposées au dan-
ger, et les dispositions prises ont prouvé en
maintes occasions leur eflicacité. Là, encore,
nous sommes arrivés « bons derniers ».

En tout état de cause, on ne doit point ou-
blier que l’œuvre de nos sculpteurs à travers
les âges estpeut-être la manifestation suprême
du génie national, plus que la peinture, à
coup sûr. 11 faut la révérer et, parce qu’elle
est plus exposée aux outrages publics, l'en-
tourer de plus de soins.

Louons donc ce qui a été fait, bien que ce
fût tardivement, mais demandons-nous si
l’on a fait tout, ce qu’il fallait. Du moment
q u’on a cru devoir protéger tel monument des
Tuileries, dont le caractère patriotique cons-
titue le mérite principal, pourquoi, tout à
côté, la Jeanne d'Arc de Frémiet et, devant
Saint-Augustin, celle de Paul Dubois restent-
elles à découvert? A l’étiagc artistique du mo-
nument susdit, combien de statues aurait-on

dû prémunir, même parmi le peuple décrie
des efligies de rues et de carrefours? On a
été bien inspiré pourtant en recouvrant la
Danse de Carpeaux et non les autres groupes
de la façade de l’Opéra. Et il serait désirable
qu’on protégeât également, aux Tuileries, la
Flore du même maître, alors qu’à la colonne
de Juillet d’énormes travaux sont en cours,
qui ne nous paraissent guère justifiés.

Au Louvre, des sacs obstruent plusieurs
des baies du rez-de-chaussée. Mais, en fait, la
protection devrait s’étendre à toutes les ga-
leries de sculpture. Nous sommes heureux
que, du moins, on ait mis à l’abri entière-
ment les salles de sculpture française, trésor
inestimable et de si grand enseignement, ves-
tiges, du reste, d’un trésor bien plus riche
encore. En revanche, il est regrettable qu’à
l’intérieur de nos églises, certaines oruvres
comme le tombeau de Richelieu à la Sor-
bonne, celui du cardinal du Belloy et la
Madone du Rernin à Notre-Dame, la Vierge
de Pajou à Saint-Sulpice, n’aient pas encore
été l’objet de la sollicitude des « Beaux-Arts ».

NOUVELLES

Un décret en date du (j mars, rendu sur
la proposition du ministre de l’Instruction
publique et des Beaux-Arts, vient d’instituer
à ce ministère un service d’études des projets
ou questions qui intéressent l'action artis-
tique française à l’étranger, avec un Comité
consultatif d’action artistique à l'étranger,
composé de i 12 membres (dont on trouvera la
liste dans le Journal officiel du 8 mars) et
divisé en deux commissions techniques ainsi
composées: 1°représentations dramatiques et
lyriques, expansion littéraire, concerts, en-
seignement musical, musicologie, éditions
musicales, lacture instrumentale, cinémato-
graphe; — 2U expositions, peinture, gravure,
seul [dure, architecture, arts appliqués.

1 a.r décret du président de la Républi-
que en date du 21 février, rendu sur la pro-
loading ...