La chronique des arts et de la curiosité — 1917(1919)

Page: 153
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1917_1919/0173
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
ET DE LA CURIOSITÉ

153

toiles inégales de M. Xingg (1), à la galerie Druet,
témoignaient des efforts d’un artiste intéressant. A
côté de celles où il cherche l’équilibre de la com-
position et des masses de couleurs vives, nous
avons admiré deux beaux paysages de neige
pleins de mesure et de délicatesse. Les aquarelles
sans prétention, aux tons légers, aux abréviations
intelligentes, une figure de femme dans ses voiles,
prouvent en faveur de la sensibilité de M.
Lliote '2). Dès qu’avec de grands nus, aux plans
arbitrairement accentués, il fait montre de desseins
plus ambitieux, perce l’esprit de sy.-tème. Com-
bien redoutable pourtant semble l’intrusion de la
théorie dans l’art lorsqu’on en contemple chez
M. Laurens (3) les effets extrêmes! Peut-être ses
constructions de tôle ou de pierre ressortissent-
elles du domaine du géomètre; à coup sûr elles
échappent au nôtre.

Seule la réunion des Portraits d'écrivains (4)
nous offrait des œuvres d’artistes disparus. De
placides et honnêtes effigies par Delaroche, Ghamp-
martin, Carpentier, voisinaient avec une eau forte
fouillée de Bracquemond d’après Auguste Comte,
avec des sanguines d'Odilon Iledon, avec le beau
portrait de Roger Marx par Carrière et un admi-
rable masque de Baudelaire par Rodin. Des des-
sins de Victor Hugo et de Musset ajoutaient une
curiosité à cette attachante petite manifestation.

Au Musée des Arts décoratifs (5), nous voyons
des peintures murales aux tons froids et au modelé
plat par M.Edrne Couty, tandis que des vitrines
nous offrent la série des poteries exécutées par les
ateliers de Sèvres sous sa direction. La galerie
Devambez (6) avec son exposition des arts du
métal nous réserve un plaisir, rare d'être sans
mélange. Notre admiration est acquise aux mé-
dailles de Roty, de Charpentier, de MM. Yencesse
et Pommier, aux grandes plaquettes de M. Pierre
Roche, comme aux bijoux de M. Lalique et aux
vases de M. Dunand, tandis que nous suivons
avec une vive sympathie les efforts de Mme Cazin
pour créer des objets usuels en étain, et ceux de
M. Scheidecker pour renouveler la vaisselle plate.
11 plaît de constater une fois de plus dans ces arts
mineurs, liés à l’avenir économique de notre pays,
une tradition vivante et des réserves de talent.

Clotilde Misme.

Académie des Beaux-Arts

Séance du 9 novembre

Candidatures. — En vue de l’élection d’un nou-
veau membre dans la section de peinture en
remplacement de M. Raphaël Collin, décédé, la
section de pointure présente comme candidats :
MM. Chabas. Déchenaud, Friant, René Ménard et

J.-A. Muenier. A cette liste l’Académie a ajouté
les noms de MM. Francis Auburtin, Joseph Bail,
Laurent, Schommer et Wencker. Sont également
candidats MM. Lecomte de Noüy et J.-J. Weerts. 1

(1) Galerie Druet, 4-15 novembre. — (2) Gale-
rie Druet, 18-29 novembre. — (3) Galerie Léonce
Rosenberg, 5 31 décembre. — ^4) Galerie » Le Ta-
bleau d’art », 8-30 novembre. — (5) Jusqu'au
29 décembre, -? (6) 10 décembre à fin janvier,

Séance publique annuelle (16 novembre.)

Suivant la tradition, le président en exercice,
qui est M. André Allar, a ouvert la séance par une
allocution où il a rendu aux morts de l’année le
tribut d’hommages qui convenait. Il a particulière-
ment insisté sur une admirable figure de savant
provincial, l'abbé Requin, mort octogénaire, le 31
décembre dernier, à Avignon, et qui a jeté le pre-
mier la lumière sur la période la plus mal connue
de l'iiistoire dts arts en Provence.

La séance s’est terminée par l’éloge de Garolus-
Duran, prononcé par le secrétaire perpétuel de
l’Académie, M. Widor. Au cours de cet éloge, le
secrétaire perpétuel, parlant du rêve formé par
Carolus-Duran de la création d’une Académie de
France à Madrid, annonce, que le décret insti-
tuant cet!e Académie a paru dans le Journal offi-
ciel de Madrid le 26 octobre dernier. L’éditico
sera construit par un architecte espagnol aux frais
de l’Académie des B<aux-Arls aidée par une sub-
vention de l’État et des cotisations particulières.
Au nombre de ces dernières figure une somme
importante donnée par l’impératrice Eugénie.

Élection. — A l’issue de la séance publique
annuelle, l’Académie se réunit en séance ordinaire
à l’effet de procéder à l’élection d’un membre titu-
laire dans la section de peinture, en remplacement
de M. Raphaël Collin, décédé..

Il y avait 29 votants. M. Déchenaud a été élu au
dixième tour de scrutin par 15 voix, contre 11 à
M. René Ménard et 3 à M. Friant.

Séance du 30 novembre

Une Maison des artistes à Londres. — L’Aca-
démie des Beaux-Arts a décidé de créer à Londres
une Maison de France analogue à la villa Velas-
quez de Madrid, où séjourneront les artistes, les
écrivains, les savants.

Le baron Edmond de Rothschild s’est inscrit
comme donateur pour la somme de 300.000 francs-

Séance du 7 décembre

L’Académie s’est préoccupée des moyens prati-
ques d’obtenir de l'Allemagne la restitution ou le
remplacement des œuvres d’art soustraites ou
détruites par l’ennemi et elle a adressé au gouver-
nement, avec prière de le transmettre au Congrès
de la paix, un rapport réclamant la restitution
immédiate de tout ce qui a été emporté et, en com-
pensation des œuvres détruites, un prélèvement à
faire sur les musées allemands parmi les œuvres
d’origine française.

Comme on l’a lu plus haut, le gouvernement
s’est déjà préoccupé de la question des œuvres
d’art enlevées par l’ennemi, et la plupart ont déjà
été retrouvées.

Séance du 14 décembre

Candidatures. — Lecture est donnée des lettres
par lesquelles MM. Line, Maréchal, Messager et
Rabaud posent leur candidature au siège que
M. Widor, élu secrétaire perpétuel, occupait dans
la section de composition musicale.

L’élection aura lieu le samedi 28 décembre,
loading ...