Cahier, Charles; Martin, Arthur
Mélanges d'archéologie, d'histoire et de littérature (Band 1,1): Collection de mémoires sur l'orfévrerie ... : 1 — Paris, 1849

Page: II
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cahier1849bd1_1/0012
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
H

PRÉFACF.

que puisse être l'objet de nos rêves les plus impétueux, quelle que soit la nature des obstacles
qui nous en interdisent la possession, se heurter contre d'insurmontables barrières n'est pas
exempt de quelque folie, que ne saurait justifier une certaine chaleur d'âme; le plus sensé,
le seul vraiment sage est celui qui, sachant se départir de l'impossible, se prend froidement
à réaliser tout ce qu'il peut : rien de moins, à la bonne heure; mais rien de plus.
Vers ce relai de la vie où la jeunesse va céder les rênes à la maturité, lorsque l'entraînement
de la course nous porte encore bien plus à presser l'éperon qu'à diriger le frein, quel est
l'homme d'étude qui n'a pas entrevu sur son passage une ou deux cimes oubliées que ses de-
vanciers lui ont laissé le soin de franchir. Dans ses vœux, si ce n'est déjà par ses efforts, il
s'élance vers ces hauteurs où il doit frayer un passage; il embrasse cette tâche avec transport
comme un lot qui lui est dévolu, et s'il faut y dépenser des années, il les engage d'une main
légère. Mais souvent trop de modération succède à trop de fougue, et l'âge de la raison calme
refuse de répondre pour l'âge de l'enthousiasme.
Sans nous être tout à fait livrés aux premières illusions de la science, le charme d'une étude
aussi entraînante que l'est celle des monuments chrétiens nous avait inspiré parfois le projet
de quelques livres à peu près impossibles, il faut l'avouer; mais c'est qu'il faudrait être fort peu
accessible à l'émulation pour ne pas se sentir éveillé de temps à autre par les trophées de l'ar-
chéologie profane. Musées splendides enrichis tous les jours par d'incessantes recherches; res-
sources de la science et du burin pour expliquer et reproduire ; collections académiques et
discussions qui s'échangent d'un bout de l'Europe à l'autre sans que la curiosité ou les sub-
ventions faiblissent jamais ; corporations nombreuses recrutées dans l'élite des érudits pour
maintenir en ce genre des tribunaux permanents ; catalogues critiques rédigés par des mains
habiles, et qui rendent sinon facile, accessible du moins, au monumentaliste un inventaire
comparatif des divers éléments de solution ; voilà ce qui n'est point donné à la science des mo-
numents ecclésiastiques, tandis qu'on l'accorde avec profusion aux antiquités païennes les plus
dépourvues du concours de l'art.... Laissons ce parallèle, qui semblerait fait pour décourager
ou pour faire rêver à des fantômes insaisissables ; et puisque l'on peut du moins réunir une à
une et déposer pêle-mêle les pierres d'un musée à construire au christianisme, sachons nous
contenter de les apporter sans ordre. Le temps saùh doute fera le reste, et ne dédaignera pas
les matériaux assemblés par des bras dévoués à cet office humble, mais utile pourtant. Ainsi,
de ces hauteurs fantastiques où l'illusion passionnée soulève la jeunesse, nous ne serons pas
retombés jusqu'aux froides langueurs d'une philosophie nonchalante. Nous limiterons nos désirs
pour les rendre réalisables, et nous restreindrons nos prétentions à celle de former une simple
collection de mélanges.
loading ...