Cahier, Charles; Martin, Arthur
Mélanges d'archéologie, d'histoire et de littérature (Band 1,1): Collection de mémoires sur l'orfévrerie ... : 1 — Paris, 1849

Page: 59
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cahier1849bd1_1/0079
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
TYPE CHARTRAIN. Pl. XII ET XIII.

59

bien proprement que le siècle dût finir: car il cheait de l'air des pierres si grosses qu'elles
tuaient hommes et chevaux, et en furent les plus hardis ébahis, et adonc regarda le roi d'An-
gleterre devers l'église Notre-Dame de Chartres, et se rendit et voua à Notre-Dame dévote-
ment et promit si comme il dit et confessa depuis que il s'accorderait à la paix. D
La châsse soigneusement fermée et scellée n'était ouverte pour personne, et aucun moyen
n'avait été ménagé pour laisser entrevoir les reliques qu'elle renfermait. En 1679 quelques
pierreries s'en détachèrent, et par un petit trou qui se fit on introduisit une baguette d'or <( et
on sentit, dit Souchet dans son histoire encore manuscrite, les vestements qui remplissent la
sainte châsse d'un bon demi-pied; l'on sentit qu'il y avait aussi parmi quelque chose de so-
lide; l'on ne voulut pas attirer à soi les vestements dans la crainte de les déchirer, et l'on re-
boucha le trou avec de la cire. "
Trois ans plus tard d'autres trous se formèrent, et un chanoine, à l'aide d'un cierge allumé,
regarda dans l'intérieur. « L'on vit alors, dit Souchet, fort à clair dans la sainte châsse, et l'on
apperceut de l'estoffe comme droguet rayé blanchastre; au milieu de la chasse il y a sur le
linge un petit paquet de linge noué autour d'une boëte ronde d'argent ou d'autre métal de
la grosseur d'un pouce et demi de diamètre, etc. p (Y. ^ par
Aug. de Santeul, p. 5ft.)
La révolution française fit cesser le mystère, et vint révéler enfin ce qu'il importe tant de
connaître puisque c'est dans cette châsse que nous prétendons trouver l'explication du type
chartrain. Nous allons, les procès-verbaux authentiques à la main, assister à l'inventaire de
ces reliques si longuement vénérées par des personnes qui ne les avaient jamais vues.
VI.

INVENTAIRE DES RELIQUES DE CHARTRES.
Au mois de décembre 1793, des commissaires délégués par la ville de Chartres se rendirent
à la sacristie de la cathédrale, et se firent remettre avec les autres objets précieux du trésor la
châsse contenant le vêtement de la Vierge. M. l'abbé Jumentier, ci-devant curé de Saint-Hilaire
de Chartres, assisté d'un autre ecclésiastique, en fit l'ouverture en présence de cinquante
personnes au moins, et il retira d'une petite châsse d'argent le appelé la
Cette antique relique, qui consistait en deux voiles, dont l'un servait d'enveloppe à
l'autre, fut présentée à tous les assistants. Sur la réquisition des commissaires, il fut dressé
un procès-verbal contenant la désignation des deux voiles, la nature de l'étoile, leur longueur,
leur largeur et la description des animaux et des oiseaux qui bordaient celui qui servait d'en-
veloppe : quelques personnes en demandèrent et obtinrent des fragments; mais <t il fut arrêté
que ce qui restait des deux voiles serait envoyé à M. l'abbé Barthélemy, célèbre antiquaire,
loading ...