Cahier, Charles; Martin, Arthur
Mélanges d'archéologie, d'histoire et de littérature (Band 1,1): Collection de mémoires sur l'orfévrerie ... : 1 — Paris, 1849

Page: 123
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cahier1849bd1_1/0143
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
DIVERS MONUMENTS D'ORFEVRERIE.

123

lorsque par le bon exemple ou la prédication nous convertissons les animaux méchants, c'est
à dire les hommes pervers. La chasse des chrétiens est la conversion des pécheurs. Ceux-ci
sont désignés par les lièvres, les chevreaux, les sangliers et les cerfs. Les lièvres signihent les
incontinents. Les chevreaux figurent les orgueilleux... Les sangliers indiquent les riches... Les
cerfs désignent les sages... Or [ces quatre animaux nous les frappons de quatre traits, lors-
que par l'exemple de la continence, de l'humilité, de la pauvreté volontaire et de la charité
parfaite nous convertissons les quatre espèces d'hommes pécheurs en donnant la mort aux ha-
bitudes de leur vie passée. Nous les faisons poursuivre par nos chiens lorsque nous les ef-
frayons par la voix des prédicateurs... C'est ainsi que nous les faisons tomber dans les filets de
la foi, et que nous les amenons à la pratique de la sainte religion, a
N'est-il pas permis d'inférer de tous ces témoignages que l'image des chasseurs sur les
monuments religieux n'a pas toujours été adoptée sans mystère, à une époque où les arts se
développaient sous l'influence immédiate de la science ecclésiastique? Dans l'abbaye d'Oi-
gnies, où vivait Hugo, ne devait-il pas exister d'intimes rapports entre l'atelier de l'orfèvre et
la classe du scolastique ? A la vue de scènes de chasseurs représentées par un pieux solitaire
sur deux monuments si importants et si sacrés je n'aurais pu me défendre de supposer un
motif grave ; mais cette vraisemblance ne devient-elle pas une certitude quand on rapproche
les monuments et les textes? D'après le sens allégorique reçu dans les écoles, les chasseurs
représentaient Jésus-Christ enseignant son Evangile, et voilà sur un évangéliaire des scènes de
chasseurs. Les chasseurs figuraient aussi les apôtres, et voilà de nouvelles scènes de chasseurs
sur une insigne relique du chef des apôtres. Enfin les chasseurs et les chiens de chasse sym-
bolisaient les prédicateurs, et voilà des chiens chassant des lièvres aux pieds des évêques suc-
cesseurs des apôtres. Est-ce l'effet du hasard? Et le choix des animaux poursuivis est-il aussi
l'effet duhasard? Hasard étrange, qui aurait précisément choisi pour la scène relative à S. Pierre
des cerfs et des lièvres, c'est à dire les symboles reçus des deux plus grands obstacles qu'ait eu
à vaincre la prédication apostolique : l'orgueil philosophique et la corruption des cœurs. Ha-
sard plus étrange encore, qui aurait retranché dans la scène relative aux successeurs des apôtres
l'image de l'incrédulité superbe et laissé celle de la licence, comme pour faire comprendre
qu'après le triomphe alors universel de la foi, il restait encore à la prédication évangélique, il
lui resterait toujours à combattre la mollesse des mœurs. ARTHUR MARTIN.

Hi designantur per lcpores , per capreo'os, per apros, per
cervos. Lepores significant incontinentes qui dicuntur fere
singulis anni mensibus concipere et parère.
Capreoü figurant eiatos ; dupiici cornu sciiicet : uno super-
bie. aitero vane glorie munitos.
Apri signant divitcs : dente cupiditatis et avaritie ceteros
comprimcntes; et tanquam setis pungentes; sic divitiis cres-
centibus contra Dcum se erigentes.
Cervi désignant sapicntes : arguinentorum muititudine, tan-
quam commun protectione se defcndentcs.

Hec itaque variorum animalium généra quatuor teiis percu-
timus ; quando per exempium continentie, humiiitatis, pau-
pertatis voiuntarie, caritatis perfecte; iiia quatuor hominum
gênera convertimus, et a prioris vite consuetudinc penitus
occidimus.
Aiiis enim sumus odor vite ad vitam ; aiiis odor mortis ad
mortem. Canibus eos fugamus, quando voce predicatorum eos
terremus. Sic nimirum hec animaiia, vei verbis vei exempiis
insequimur, cum canibus terrcinus, ad rctia fidei et ad cui-
tuni sacre reiigionis deducimus.
loading ...