Cahier, Charles; Martin, Arthur
Mélanges d'archéologie, d'histoire et de littérature (Band 3,4): Nouveaux mélanges ... sur l'moyen âge. Bibliothèques — Paris, 1877

Page: 268
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cahier1877bd3_4/0300
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
268

MÉLANGES o'ARCHÉOLOGIE.

est renfermé dans mon testament y lisons-nous, doit rester en la possession des
religieux, afin que, distribué en entier par leurs soins aux pauvres, aux hôtes et aux voya-
geurs, il procure aujourd'hui et toujours, à ceux-ci le vivre et le vêtir, à moi l'éternelle ré-
compense*. Le vaillant roi de Léon, Ordono 11, insère les mêmes prescriptions dans sa
donation au monastère de Sainte-Colombe, afin, ajoute-t-il, que jamais les nécessiteux n'y
essuient un refusé Trois siècles plus tard, au moment même où se ferme le haut moyen âge
espagnol, Alphonse IX de Léon ne confirme les donations faites à l'hospice monastique d'Ar-
vas et n'y ajoute les siennes, qu'à la condition imposée aux religieux de donner un pain en-
tier et du vin à tout venant bon ou mauvais, de quelque part qu'il vienne, qui demandera
humblement et dévotement l'aumône à leur porter
Pour les moines dignes de ce nom, et c'était le plus grand nombre, cette pratique de la
charité envers les déshérités de ce monde n'était pas seulement un devoir de conscience,
mais aussi et plus encore un besoin du cœur. Enivrés de l'amour du Christ que le regard de
leur foi, perçant les voiles d'une chair mortelle, leur montrait présent et vivant dans chacun
de leurs frères, et plus particulièrement dans les pauvres, ils goûtaient une joie ineffable,
une sainte et pure volupté à se dévouer, à se dépenser, eux et tout ce que Dieu leur donnait
de richesses, au service de ce Sauveur tendrement aimé, et redevenu visible dans chacun de
ceux qui franchissaient le seuil de leur demeure, pour y chercher un abri ou un secours.
Tous étaient donc accueillis avec empressement, et l'hospitalité monastique, si lourdes qu'en
fussent les charges, ne chômait jamais. Ni l'insolence des grands ou de leur suite \ ni la
brutalité et les violences des soldats malades dont le comte de la province confiait la g'uéri-
son aux religieux\ ni les tentatives de friponnerie des faux indigents** ne lassaient ou ne
déconcertaient un dévouement, qui, venu de Dieu, ne s'adressait qu'à Lui et ne cherchait
qu'en Lui sa récompense. Dieu d'ailleurs savait au besoin protéger par d'éclatants prodiges
ses serviteurs dans l'exercice de leur infatigable charité. On le vit parfois frapper leurs op-
presseurs ou leurs spoliateurs des mêmes châtiments auxquels étaient voués d'avance, par
les imprécations finales des chartes de fondation des monastères, les misérables dont la cu-
pidité s'attaquait au divin patrimoine des pauvres".

1. « Que in hoc testamcnto résonant... per fratrum dis-
ponantur soiertia eteis mancant habitura, atquc pauperi-
bus, hospitibus et peregrinis distributa universa, si[n]t eis
amodo et deinceps temporale victum et tegumentum, et
nobisante Dominum premium indeficiens }Y. iwde/'eMSMH). a
S. Rosendo, ubi supr. (Yepes, Y, p. 424, recto et verso.)
2. « Pro victum ac tegumentum fratrum, sive pro adve-
nientium pauperum vel peregrinorum, unde humanitatcm
denegatam non habeant. a Ordono H (a. 923), Yepes, IV,
oser. 20.
3. « Concedo prefato monasterio et hospitali Sancte Marie
de Arvis omnes hereditates. quantascumquc avus meus
imperator bone memorie, et pater meus... et ego... dedi-
mus; tali tamen conditionc servata: de predicto hospitali
pancm integrum et vinum omni advenienti, undccumquc
adveniat, detur, tam bono liomini quam malo, dummodo
charitatis eleemosinam in predicto hospitali humiliter pc-
tat ac devote. w Alphonse IX (a. 1216), Æsp. Mgr., XXXVIH,
escr. 39, p. 361.
4. K Fatebatur enim quod quadam Dominice nativitatis
solemnitate, Orraca regina cum non minima militum mul-
titudinc Cellam novam dcvcnisse[tj... Inter hcc autem cum...

thesauri domus a sacrista peteretur, cumque in ipsius-
ascensu itineris, quidam miles... consederet cum aliis, illius
oram chlamidis casu accidente pedibus conculcavit. Moxqne
adversus Ileiservum maximo furorc infremuit, accontmne-
liosis verbis tractavit, etc. x S. Rudesindi, Mime., lib. il,
n. 12 (AfowMm. Boeing., Scriptores, I, p. 40).
5. Cf. l'Mct., lib. i, n. 2 (AT. R., i'6., p. 39).
6. Lire dans Gonxalo de Berceo (,Sau Domingo de Silos,
lib. u, copl. 376 sgg.), la grande courtoisie dont usa saint
Dominique de Silos envers les maraudeurs qui s'étaient
introduits la nuit dans le verger du monastère, et la façon
gracieuse et charmante dont il déjoua la ruse de faux pèle-
rins qui essayaient de lui escroquer des habits dont ils n'a-
vaient nul besoin (i&id., copl. 479-484).
7. Saint Rosendo termine sa donation à Celanova par
cette imprécation : <( Si quis exregiapotestate... pontifex,
cornes, propinquus, vel quisquis infaustus judex exsurgere
quieverit ad convellendum quod Deo et servis ejus per
hoc testamentum concedimus, in primis sit excommunica-
tus... et cum diabolo et Jtidaa sinistris discedens, pari pœna
damnetur. o Or, cent quarante ou cent cinquante ans plus
tard, un misérabieapostat, nommé par lasœur d'Alphonse Yl,
loading ...