Cahier, Charles; Martin, Arthur
Mélanges d'archéologie, d'histoire et de littérature (Band 3,4): Nouveaux mélanges ... sur l'moyen âge. Bibliothèques — Paris, 1877

Page: 313
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cahier1877bd3_4/0345
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
ESPAGNE DU HAUT MOYEN AGE.

313

Saragosse à saint Eugène de Tolède servant d'introduction à son livre des Sentences ', la
règle monastique de saint Isidore de Séville*; les Morales de saint Grégoire le Grand, ma-
nuscrit exécuté en 914 par le diacre Gomez, religieux de Cardena, sur l'ordre de Damien
son abbé3; une Bible ou Bibliothèque, œuvre du même copiste, avec un prologue de saint
Isidore sur le livre de la Sagesse, celui de saint Jérôme sur les épîtres de saint Paul, et
un recueil de quatre-vingt-dix canons extraits de ces mêmes épîtres par un contemporain
de Priscillien pour réfuter les erreurs de cet hérésiarque* ; un Sanctoral en deux volumes
in-folio d'où Berg'anza tirait si à propos, au siècle dernier, pour la donner au public, l'his-
toire du martyre de sainte Argentée, tille de cet Omar ibn-Hafçoun, dont M. Dozv a retracé
d'après les historiens arabes les curieuses aventures, et les luttes victorieuses contre les
califes Omayades de Cordoue^; l'exposition de l'Apocalypse de saint Beatus de Liebana^;
les Commentaires de Cassiodore sur les Psaumes enfin les chroniques de Cardena, écrites
dans la Bible dont il vient d'être question, et que Berganza a publiées
Terminons cette nomenclature des bibliothèques du haut moyen âge espagnol, dont
l'existence à l'état de formation complète, ou de plein développement, nous est historique-
ment connue, par celle du royal monastère de Sahagun qui fut, pour le royaume de Léon,
ce qu'était en Castille San Pedro de Cardena. Cette riche collection avait, comme les précé-
dentes, subi des pertes immenses dès avant le xvi" siècle. Toutefois, lorsque Morales la visita
vers la fin de ce même siècle, il y trouva un exemplaire très-bien conservé de la collection
canonique de l'Eg'lise d'Espagne, les commentaires de saint Grégoire le Grand sur Ezécbiel,
la Cité de Dieu de saint Augustin, les œuvres complètes de ce même saint docteur en sept
volumes in-folio, copiées pour cette abbaye par l'ordre de son abbé dom Gutierre, dans la
seconde moitié du xn° siècle, les Sentences de saint Isidore de Séville, les ^cm/zY/æ d'Alvaro
de Cordoue, l'ami et l'historiographe de saint Euloge au ix° siècle, sans parler d'autres ma-
nuscrits que Morales ne put examiner parce qu'on venait de les prêter à l'évêque de Palencia,
et dont faisait partie un second exemplaire des conciles et des canons de l'Église d'Espagne,
et quelques ouvrag'es de saint Isidore de Séville L
II.

Monastère et maison d'étude, en même temps que de prière et de travail des mains, furent
des expressions synonymes, dès la naissance de la vie cénobitique, et ils le sont restés jus-
qu'à nos jours. Ils Tétaient plus que jamais dans l'Espagne chrétienne du haut moyen âge.
Personne ne s'y trompait alors, pas plus qu'on ne s'y trompe aujourd'hui, même parmi ceux
qui parlent le plus haut de l'ignorance des moines. Un monastère sans livres, c'est-à-dire

1. Berganza, IMd., p. 32, n. 8".
2. Id., fMd., p. gg, n. 144.
3. a Explicit 'féliciter liber Moralium Pape Gregorii pars
uitima. Deo gratias. Gomez Diaconus, peccator, hoc opus
era 952, v kalend. Decembris, ob jussionem Domni abbatis
prescripsi. " C'est en tète de ce manuscrit que ie même
Gomez a copié ia lettre de Taion à saint Eugène. Berganza,
îMcC, p- 177, n- 16-
4. Id., fMd-, 177, n. 17, et 178.
5. Berganza, fMd., p. 201, sgg.; Dozy, 77 A G des Hn-
SMiwmns, 11. Dans les actes de sainte Argentée, Omar-Ibn-
Hafgoun n'est jamais désigné que sous son nom chrétien de

Samuel, dont en revanche les historiens arabes ne se ser-
vent jamais.
6. Berganza, p. 214, n. 92.
7. Id., î&:d., 221, n. 111.
8. Id., fMd., t. H, p. 378-390.
9. Morales, Vmge, p. 39, 39. La Bibliothèque monastique
de Santa Maria de Sobrado devrait figurer dans cette pre-
mière section; je lis en effet, dans mes notes, l'extrait sui-
vant de l'inventaire des biens de cette abbaye : '< Libros
nimis abundanter. " Mais, ne pouvant retrouver la source
ou j'ai puisé ce renseignement, je ne mentionne ici cette
collection que pour mémoire.
loading ...