Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 25.1868

Page: 152
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1868_2/0162
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
152

GAZETTE DES BEAUX-ARTS.

cane ornée d’un petit drapeau 1 (collect. Wellesley, et maintenant au
Musée Britanique). La forme toute particulière de cette pièce, qui est très-
allongée en hauteur comme dans les deux précédentes, nous ferait croire
que nous avons sous les yeux les fragments d’un jeu de cartes inconnu,
dessiné et gravé par différents artistes florentins.

En parcourant un nombre assez grand d’anciens catalogues, nous
avons souvent rencontré des pièces qu’on aurait pu, à la rigueur, faire
entrer dans notre cadre; mais la manie des additions au Peintre-graveur
d’A. Bartsch ne nous gagne pas assez pour imiter Passavant, qui vrai-
ment, il faut bien le dire, va quelquefois beaucoup trop loin dans « l’art
de couper un cheveu en quatre, » tandis que trop souvent ses descrip-
tions sont loin d’être précises.

Bien des pièces, possédées par les riches et nombreuses collections
de l’Allemagne et de l’Angleterre, pourraient certainement être ajoutées
à notre catalogue. Mais nous n’avons pas eu la prétention d’être complet;
nous n’avons voulu qu’apporter quelques pierres au grand monument
biographique que nous désirons voir élever à la mémoire de l’immortel
Léonard. Aux iconophiles allemands et anglais, nous laissons le soin de
décrire leurs richesses, et nous prenons, congé du lecteur pour qu’il ne
dise pas que

Le secret d’ennuyer est celui de tout dire.

G. d’aDDA.

1. La collection Wellesley, dont la vente a eu lieu à Londres en 1860, possédait
sous le n° 102 une Tête de jeune homme sans barbe, que son propriétaire attribuait à
Léonard ainsi que le n° 101. Ces deux pièces sont maintenant chez sir Thomas Philips,
dont le cabinet très-riche est, dit-on, inaccessible.
loading ...